Home / Actualités / Apprendre à pêcher à un pêcheur aguerri : l'expérience du ANLP

Apprendre à pêcher à un pêcheur aguerri : l’expérience du ANLP

  |   Blogs

Un blog écrit par *Arthur Pagiwa ,
nutritionniste agréé au Zimbabwe, détenteur d’une licence et un master en sciences et santé publique


 

Chaque fois que l’on rencontre de nouvelles personnes, il y a toujours un moment d’hésitation où chacun est simplement enfermé dans sa coquille. C’est le même sentiment que lorsque vous venez de commencer votre première année à l’université et que vous êtes encore en train d’évaluer les autres étudiants pour parvenir à identifier ceux avec qui vous pourriez commencer à vous lier d’amitié. C’est ainsi que nous étions le moment où nous nous sommes rencontrés pour la première fois, nous avions seulement jusqu’alors pu voir le nom des participants sur la liste de diffusion et la répartition aléatoire qui avait été effectuée pour les présentations. Chacun devait donc faire un effort pour établir le contact et aller vers la personne qu’il devait présenter, et c’est comme cela que les conversations ont commencé. Je ne vais pas vous ennuyer en vous racontant le voyage de Johannesburg à Elgro River Lodge, Potchefstroom. Mes collègues qui m’avaient encouragé à poser ma candidature pour le  Programme africain de leadership nutritionnel  (African Nutrition Leadership Programme, ANLP) 2018 m’avaient prévenu de me préparer à être surpris, et j’étais donc rongé d’anxiété, me demandant ce que les 10 jours allaient me réserver.

 

L’ANLP se consacre au développement des capacités de leadership, tant des individus que des organisations, dans le domaine général de la nutrition sur le continent africain.

L’ANLP m’a apporté de nombreuses choses, j’en suis revenu enrichi, et je suis persuadé qu’il en va de même pour mes collègues, même si la plupart d’entre nous disposaient déjà d’une solide expérience de travail. Dans une large mesure, le programme de l’ANLP a appris à pêcher à des pêcheurs et pêcheuses aguerris et il a contredit le dicton qui prétend que « ce n’est pas à un vieux singe qu’on apprend à faire des grimaces ». L’expérience vécue sur les rives de la rivière Vaal et le parcours « High ropes » d’accrobranche m’a donné un regain d’énergie et une perspective nouvelle dans mon travail de nutritionniste, me permettant d’encore progresser dans ma profession. Les enseignements étaient très nombreux, et toujours apportés de sorte que nous étions amenés à dépasser nos limites tant mentales que physiques, des défis dont je pensais chaque fois ne pas pouvoir les relever pour réaliser finalement qu’il s’agit simplement d’un choix de décider que je n’en suis pas capable ou que je ne veux pas le faire. J’ai réalisé que c’était plutôt que je ne voulais pas et c’est aussi ce que j’ai pu constater chez mes collègues au fur et à mesure des journées. Le choix est alors revenu à dire « bien sûr, on peut y arriver, et on va le faire », et nous l’avons fait.

Quant aux réactions et retours, nous pensions tous que nous pouvions donner et recevoir des retours et des réactions de nos collègues et d’autres personnes, mais une surprise nous attendait. Les retours et la réflexion, deux outils puissants dont on peut se servir sur le lieu de travail comme dans la vie en général. J’étais impatient d’apprendre ce qu’il y avait de nouveau en la matière. Imaginez, un groupe de collègues professionnels qui vous donne un retour sur votre présentation sans que vous ne puissiez vous justifier sur ce que vous avez fait. Si les retours sont partie intégrante d’un processus de communication réciproque, ils sont également fondés sur la confiance, l’intention, le fait d’assumer ses responsabilités et d’être sincère aussi bien quand on les donne que dans l’acceptation en les recevant, peu importe que ceux-ci soient bons ou mauvais. Les effets de la séance sur le groupe ont pu être mesurés par les contributions, les discussions et les confessions liées aux réactions et retours qui ont suivi. La séance parlait à mon moi intérieur et me poussait à réfléchir sur mon travail et sur les interactions que j’ai au sein de mon organisation comme en dehors. Ceci, mesdames et messieurs, fut une révélation dès le début du programme de 10 jours que j’espérais grandement pour tout ce parcours, mais aussi de laquelle j’ai été surpris et qui m’a beaucoup appris.

Le programme m’a donné beaucoup d’enseignements inestimables dans ma vie et professionnellement et, si je me suis ici concentré sur un seul de ceux-ci, je pourrais cependant en décrire de nombreux autres. C’était vraiment stimulant et revigorant de vivre cet ANLP, avec le soutien d’une équipe professionnelle d’animateurs et de merveilleux participants. Nous étions des individus en arrivant ; en partant, nous étions devenus une famille.

 


*Arthur est nutritionniste agréé au Zimbabwe, fondateur et actuel Président de la Zimbabwe Nutrition Association ; il travaille actuellement en tant que conseiller en matière de suivi auprès de Project Healthy Children  dans le cadre du programme d’enrichissement des aliments à large échelle. Il a plus de 12 ans d’expérience de travail à divers postes dans les secteurs de la sécurité alimentaire, de l’aide humanitaire et de la nutrition, principalement la planification, la conception, le suivi de la mise en œuvre et la gestion des programmes.

 

 

Post A Comment

No Comments