Home / Actualités / Estimations conjointes sur la malnutrition infantile : niveaux et tendances (édition 2018)

Estimations conjointes sur la malnutrition infantile : niveaux et tendances (édition 2018)

  |   Réseau des Nations Unies pour le Mouvement SUN

© UNICEF/UN0126944/Wessels

Mai 2018 a vu la publication par l’UNICEF, l’OMS et le Groupe de la Banque mondiale de l’édition 2018 des estimations conjointes sur la malnutrition infantile (niveaux et tendances) pour la période allant de 1990 à 2017. Cette édition présente les chiffres régionaux et mondiaux les plus récents. Des tableaux d’indicateurs interactifs disponibles en ligne ont été conçus pour permettre aux utilisateurs d’explorer toutes les estimations mondiales et régionales de la période de 1990 à 2017 concernant la prévalence et le nombre de personnes souffrant de retards de croissance, de surpoids, d’émaciation et d’émaciation sévère. Ces estimations sont présentées selon différentes classifications régionales et nationales par tranches de revenus utilisées par diverses agences comme les Nations Unies, l’UNICEF, l’OMS et le Groupe de la Banque mondiale.

Toutes les estimations sont présentées avec des intervalles de confiance de 95 % indiquant leur niveau d’incertitude. Il est important de prendre en compte ces intervalles au moment d’interpréter les estimations. Un intervalle de confiance de 95 % indique que l’on peut être certain à 95 % qu’une donnée est correcte. Cela permet d’évaluer les changements importants au fil du temps ou dans différentes régions géographiques. Un intervalle plus grand est synonyme d’une plus grande incertitude, parfois en raison d’un manque de données ou de leur hétérogénéité au sein d’une région pour un indicateur spécifique.

L’équipe interagence a publié de nouvelles estimations conjointes sur les retards de croissance, le surpoids, l’insuffisance pondérale, l’émaciation et l’émaciation sévère chez les enfants (édition de mai 2018) mesurées selon la même méthodologie que celle utilisée au cours des années précédentes. Ces nouvelles estimations remplacent les résultats des analyses précédentes publiés par l’UNICEF, l’OMS et le Groupe de la Banque mondiale. Du fait que les données par pays sont pour la plupart issues d’enquêtes menées au cours des années précédant l’exercice de modélisation (2018), les estimations conjointes englobent des données datant jusqu’à 2017 avec une extrapolation pour les retards de croissance jusqu’à 2025.

Le rapport indique qu’en 2017, 151 millions d’enfants souffraient d’un retard de croissance et 51 millions d’enfants étaient émaciés, tandis que 38 millions d’enfants étaient en surpoids. Le rapport explique les outils d’évaluation de la malnutrition infantile utilisés pour procéder au suivi des progrès vers l’atteinte des objectifs de nutrition infantile de l’Objectif de développement durable n° 2. Les estimations indiquent qu’au niveau mondial, les avancées dans le domaine des retards de croissance sont constantes mais le rythme de progression ne permet pas d’atteindre les objectifs. En outre, cela fait plus de dix ans que le nombre d’enfants en surpoids dans le monde n’a pas diminué.

Ces nouvelles estimations suggèrent que des progrès sont possibles. Cependant, elles indiquent également que le monde est loin d’avoir éradiqué la malnutrition et que les efforts actuels doivent être renforcés si l’on souhaite atteindre les objectifs mondiaux en termes de nutrition infantile.

 

Les estimations conjointes sur la malnutrition infantile (édition 2018)

Une bonne nutrition assure à chaque enfant sa survie, sa croissance et son développement. Elle lui permet en outre d’apprendre, de jouer, de participer et de contribuer à la vie en général. La malnutrition les prive de leur avenir et emplit leur vie d’incertitude. Les retards de croissance sont le résultat dévastateur d’une malnutrition in utero et pendant l’enfance. Les enfants qui souffrent de retards de croissance risquent de ne jamais atteindre leur taille normale et leurs capacités cognitives ainsi que leur potentiel s’en trouvent entravés. Dans le monde, près de 151 millions d’enfants âgés de moins de 5 ans souffrent de retards de croissance. Ces enfants se lancent dans la vie avec un fort handicap car ils auront des difficultés d’apprentissage scolaire, gagneront moins bien leur vie en tant qu’adultes et ne pourront pas pleinement participer à la vie sociale de leur communauté.

L’émaciation chez les enfants est le résultat grave d’un apport nutritionnel insuffisant et/ou de maladies. Un enfant émacié est immunodépressif, souffre, sur le long terme, de retards du développement et ses risques de mortalité s’en trouvent accrus, notamment s’il s’agit d’une émaciation sévère. Ces enfants doivent recevoir une alimentation, un traitement et des soins en urgence pour survivre. En 2017, près de 51 millions d’enfants âgés de moins de 5 ans souffraient d’émaciation et 16 millions étaient gravement émaciés.

Mais la malnutrition a aussi un autre visage, celui de l’obésité et du surpoids infantiles. À l’heure actuelle, 38 millions d’enfants sont en surpoids dans le monde, soit 8 millions de plus qu’en 2000. L’émergence des phénomènes de surpoids et d’obésité est essentiellement due au marketing des industriels et à un accès de plus en plus aisé aux aliments transformés, ainsi qu’au manque d’activités physiques.

 

Informations connexes

Rapport des estimations conjointes sur la malnutrition infantile: En anglais 

• Projet d’estimations conjointes

Post A Comment

No Comments