Home / Actualités / Implication du maintien du renforcement de la nutrition : quelques réflexions sur la Zambie

Implication du maintien du renforcement de la nutrition : quelques réflexions sur la Zambie

  |   Blogs
by Danny Harvey, directeur pays de Concern Worldwide en Zambie

Je suis arrivé en Zambie en 2013, au tout début du soutien apporté par le Fonds SUN au Programme des 1 000 jours les plus critiques (MCDP) du gouvernement de la Zambie et à un moment très intéressant du déroulement des travaux nutritionnels. Alors que Concern se prépare à quitter la Zambie cette année pour se concentrer sur d’autres zones plus fragiles et que le Mouvement SUN organise une seconde phase de financement, je souhaitais faire part de mes réflexions sur les progrès réalisés depuis 2013 et rendre compte de ce qu’il faut faire pour poursuivre le rythme de nos activités.

Conserver nos acquis

Fin 2017, avec l’aide de CARE et d’autres parties prenantes de la nutrition, Concern a rédigé trois études de cas examinant différents aspects du Mouvement SUN en Zambie et déterminant ce qu’il convient de faire pour maintenir le renforcement de la nutrition. Nous avons étudié en détail : la coordination et l’harmonisation de la mise en place entre différents secteurs, la volonté des gouvernements et des bailleurs de fonds de coopérer et de collaborer dans le cadre de leurs interventions et le rôle que la société civile peut jouer dans le renforcement de la nutrition.

Leadership et coordination

Selon une étude de la démographie et de la santé réalisée en 2015, les retards de croissance persistent à des niveaux très hauts, les plus élevés dans le monde avec un chiffre de 40 %, et l’obésité progresse, faisant de la malnutrition l’un des enjeux de développement les plus difficiles à surmonter en Zambie. L’une des principales initiatives prise par le Mouvement a été une volonté de coopération et de coordination afin de faire face à ce défi et c’est la Commission nationale de l’alimentation et de la nutrition (NFNC) qui se charge de la mise en œuvre. Celle-ci a su concilier les différents rôles du Mouvement SUN et faire preuve de leadership dans le développement du programme en se fondant sur des données probantes et sur l’expérience de ce qui a bien fonctionné par le passé. En arrière-plan du travail du NFNC, le Mouvement SUN a su, de manière exemplaire et efficace, réunir des fonds de bailleurs internationaux comme Irish Aid, l’Agence suédoise de coopération au développement international (SIDA), le ministère britannique du Développement international (DFID) et plus récemment, USAID. Chacun a ainsi pu œuvrer dans le cadre d’une approche unique, éprouvée et testée plutôt que de se disperser risquant d’obtenir des résultats moindres.

C’est autour de ces entités phares que se déploie un grand nombre d’ONG, d’acteurs du monde universitaire, d’instituts de recherche, d’organes des Nations Unies et de parties prenantes aussi bien du secteur public que privé qui sont tous informés et guidés par les cadres des programmes et politiques du NFNC. Dans la plupart des cas en Zambie, du moins dans le domaine de la nutrition, nous utilisons des ressources gouvernementales, des outils de formation et des aides à l’emploi qui témoignent de la qualité et de la pertinence de ce qui est disponible.

Coordination au niveau des districts

En 2012, Concern a travaillé avec l’Institut international de recherche sur les politiques alimentaires (IFPRI) pour instaurer une plateforme de coordination multisectorielle au niveau des districts. Le Comité de coordination de la nutrition du district (DNCC) a pour objectif la création d’un espace de rassemblement des ministères compétents et des acteurs de la société civile afin qu’ils harmonisent leurs interventions nutritionnelles par une planification conjointe et une compréhension commune forte de l’approche multisectorielle de la nutrition. L’objectif final était d’assurer la convergence des mesures prises au niveau des foyers où le renforcement des connaissances, des conditions d’hygiène et de santé et un meilleur accès à un régime alimentaire nutritif peuvent, ensemble, avoir un impact significatif sur la nutrition maternelle et infantile.

Après un long apprentissage, le modèle du DNCC a été généralisé et est considéré comme un moyen essentiel de s’assurer que la nutrition reste une priorité de la planification locale et bénéficie toujours de ressources.

l est essentiel d’aller de l’avant et une nouvelle phase de financement sera lancée cette année pour soutenir la seconde étape du Programme des 1 000 jours les plus critiques. Le nouveau MCDP vise à préciser les interventions prioritaires sur la base d’une revue des coûts-avantages et de preuves nouvelles et à fournir un cadre de travail pour l’élargissement à plus grande échelle de l’approche multisectorielle. En outre, la priorité est mise sur l’autonomisation des femmes et sur les adolescentes chez qui les grossesses indésirées sont de l’ordre de 41 %[1] en Zambie, tout en résolvant les problèmes de nutrition des jeunes mères. Le Réseau du secteur privé SUN fait d’immenses progrès pour renforcer la participation du secteur privé pour une meilleure disponibilité et offre d’aliments nutritifs à des prix abordables.

Faire en sorte que la nutrition ne soit plus quelque chose d’exceptionnel

Le travail de Concern dans le domaine du suivi des dépenses dans la nutrition indique que le financement de la nutrition par le gouvernement de Zambie n’a pas vraiment progressé. Ainsi, il est nécessaire de faire davantage pression en faveur de plus de financement gouvernemental pour faire face aux problèmes à plus grande échelle. Pour assurer la pérennité, il faut également que la nutrition ne soit plus quelque chose à caractère exceptionnel pour le gouvernement afin d’assurer la constante disponibilité de ressources et de personnel dédiés à la fourniture de services de base et à la mise en œuvre de programmes spécifiques de nutrition. En plus des efforts du gouvernement, nous devons bénéficier d’un soutien plus dynamique de la société civile pour créer une demande en aliments nutritionnels de qualité et responsabiliser davantage les services privés et publics qui sont en charge de les fournir.

[1] Population Council, FNUAP et gouvernement de la République de Zambie. 2017. « Le mariage des enfants en Zambie. » Lusaka, Zambie. Date du ZDHS 2014-2015

Danny Harvey est le directeur pays de Concern Worldwide en Zambie et travaille sur des projets spécifiques et en lien avec la nutrition, dont entre autres le projet de réalignement de l’agriculture pour améliorer la nutrition (projet RAIN), le Fonds SUN et le Projet d’amélioration des moyens de subsistance et de la nutrition des jeunes femmes zambiennes (Zambia Female Youth Nutrition and Livelihood Enhancement Project).

 Études de cas dans le domaine du renforcement de la nutrition : les leçons à tirer des expériences en Zambie

Post A Comment

No Comments