Home / Actualités / L’amélioration des régimes alimentaires à l’ère de la transformation des marchés alimentaires : les difficultés et les possibilités en matière d’engagement entre les secteurs public et privé

L’amélioration des régimes alimentaires à l’ère de la transformation des marchés alimentaires : les difficultés et les possibilités en matière d’engagement entre les secteurs public et privé

  |   SUN dans la pratique

Les régimes alimentaires se transforment rapidement à l’échelle mondiale. Actuellement, les dirigeants de la majorité des pays à faible revenu et à revenu intermédiaire sont confrontés à un défi politique complexe : comment surmonter la persistance de la sous-nutrition et des carences en vitamines et en minéraux tout en prévenant la hausse mondiale des problèmes de surpoids et d’obésité ? Des mesures urgentes sont essentielles, car c’est grâce à des régimes alimentaires sains qu’il sera possible de faire face à l’intensification de la crise de santé mondiale. En effet, la réalisation des Objectifs de développement durable (ODD) est aujourd’hui menacée par la mauvaise qualité des régimes alimentaires.

Les responsables politiques doivent être réalistes quant à leurs propres limites en matière d’influence sur le comportement des consommateurs. De même, ils doivent faire preuve de pragmatisme en s’efforçant de convaincre leurs partenaires industriels d’assumer un rôle plus actif pour améliorer les régimes alimentaires. L’industrie alimentaire accomplit déjà beaucoup pour répondre aux besoins nutritionnels d’une population mondiale qui croît rapidement.

Toutefois, ses activités sont généralement axées sur la fourniture de produits alimentaires individuels plutôt que sur l’amélioration des régimes alimentaires et des systèmes alimentaires globaux eux-mêmes. Elle réalise des bénéfices considérables en répondant aux exigences actuelles des consommateurs, qui demandent des produits alimentaires pratiques, savoureux et ultra-transformés, mais qui ne contribuent pas à un régime alimentaire de haute qualité. Par conséquent, il est nécessaire de focaliser les politiques afin qu’elles encouragent et habilitent les entreprises de ce secteur à réorienter leurs activités en faveur de produits – notamment des produits frais – qui sont plus nutritifs et plus abordables, et accessibles à tous.

 


« Notre dernier condensé politique présente des éléments probants et soulève une série de questions à l’attention des responsables politiques et du secteur privé pour les aider à instaurer une compréhension commune des moyens qui permettent d’améliorer l’environnement alimentaire, dans le but de promouvoir de meilleurs choix diététiques »

Sir John Beddington, coprésident du Panel mondial et ancien conseiller scientifique en chef du gouvernement britannique


 

L’essentiel est d’établir une compréhension commune du rôle majeur de la qualité des régimes alimentaires dans la nutrition. Les circonstances devraient ensuite orienter deux types de mesures : des mesures incitatives – afin que les sociétés soient assurées dans les décisions qu’elles prennent et dans les risques associés en matière d’approvisionnement et de fourniture d’aliments et de produits nutritifs ; et des mesures favorables – pour que l’environnement commercial vise à encourager plutôt qu’à inhiber l’adoption d’approches innovantes.

Panel mondial – Condensé politique de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO)

Le condensé politique, rédigé par le Panel mondial sur l’agriculture et les systèmes alimentaires pour la nutrition en partenariat avec l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), propose des moyens permettant aux gouvernements de convaincre les partenaires industriels d’offrir aux consommateurs un accès amélioré à des régimes alimentaires plus sains.

Ce condensé politique a pour objectif d’inciter les gouvernements et les autres parties prenantes à soutenir l’élaboration de stratégies visant à encourager le secteur privé afin que celui-ci exerce une influence sur les systèmes alimentaires de façon à améliorer l’environnement alimentaire et à promouvoir de meilleurs choix diététiques. Le Panel mondial propose six mesures prioritaires et soulève des questions utiles pour rechercher des solutions permettant d’instaurer des liens bien plus ambitieux et plus efficaces entre les secteurs public et privé.

 

 

Le condensé présente les possibilités et les avantages qu’offre l’établissement de partenariats, dans l’intérêt de tous, tant du secteur public que du secteur privé. Afin d’y parvenir, l’instauration d’un dialogue ouvert est essentielle pour renforcer la confiance. Par conséquent, il est vital que les gouvernements, les donateurs, le secteur privé et les organisations internationales considèrent les régimes alimentaires de mauvaise qualité comme un problème de distribution d’importance majeure qui mérite le même niveau d’attention que d’autres aspects de la distribution, tels que les revenus ou le bien-être.

Le condensé conclut que, compte tenu du fardeau de morbidité associé à des régimes alimentaires de mauvaise qualité qui affecte déjà un tiers de la population mondiale et de la probabilité que ce problème touche une personne sur deux au cours des prochaines décennies, les responsables politiques et le secteur privé ne peuvent pas se permettre de l’ignorer.s

Documents associés

• Condensé politique – Anglais

• Résumé exécutif du condensé politique – Anglais

• « « Public-Private Partnerships to Improve Diets » (La mise à profit des partenariats entre les secteurs public et privé pour améliorer les régimes alimentaires) » – Article d’opinion de Sir John Beddington, coprésident du Panel mondial.

 « Shifting the balance: getting the private sector to favour nutritious, affordable and accessible diet » (Réorientation de l’équilibre : amener le secteur privé à favoriser des régimes alimentaires plus nutritifs, plus abordables et plus accessibles) – Communiqué de presse.

Post A Comment

No Comments