SUN Newsletter
Home / Actualités / Le soutien nutritionnel, une orientation spécifique du Mécanisme de financement mondial

Le soutien nutritionnel, une orientation spécifique du Mécanisme de financement mondial

  |   Réseau de la société civile SUN

En septembre 2017, Action contre la faim a présenté un rapport intitulé « Emerging Financing Mechanisms: where is the value for nutrition? A Specific Focus on the Global Financing Facility (GFF) » (Les nouveaux mécanismes de financement : quelle valeur pour la nutrition ? Gros plan sur le Mécanisme de financement mondial). Ce quatrième rapport de la série « L’aide à la nutrition » d’Action contre la faim présente un compte rendu de deux événements organisés parallèlement par ACF et ses partenaires sur le thème des mécanismes de financement innovants : tout d’abord, au cours du forum de politique générale de la société civile en marge des réunions annuelles de la banque mondiale et du FMI en octobre 2016, puis au cours des réunions du printemps 2017 de la Banque mondiale.

Ces dernières années, trois nouveaux mécanismes de financement mettant l’accent sur la nutrition ont été lancés : le Mécanisme de financement mondial (GFF – Global Financing Facility), Power of Nutrition et UNITLIFE (le GFF étant le mécanisme le plus perfectionné). Pour intensifier les actions en matière de nutrition, il est essentiel d’accroître les financements dans ce domaine, et le GFF est très bien placé à ce titre.

Selon l’analyse menée dans le cadre de ce rapport, le GFF semble intégrer des activités liées à la nutrition dans tous les projets qui ont été approuvés jusqu’à présent, et la nutrition figure dans les cadres de résultats de la plupart des projets (p. ex. dans les objectifs et/ou les indicateurs). Cependant, les projets du GFF accordent des niveaux de priorité sensiblement différents au thème de la nutrition, et la documentation disponible ne permet pas d’évaluer avec exactitude le montant de financement du GFF qui est accordé à la nutrition.

Le GFF pourrait apporter une contribution importante dans le domaine de la nutrition au cours des années à venir, et la société civile sera un partenaire majeur pour concrétiser ces opérations. Il s’agit notamment des fonctions qu’elle assume à l’échelle des pays en tant que responsable de l’exécution et partenaire technique, et de son rôle plus général en matière de plaidoyer, de redevabilité, de transparence et de gouvernance. La société civile peut tirer parti de ces fonctions pour contribuer à garantir la solidité des investissements et des processus du GFF et faire en sorte que ce dernier mette l’accent sur la nutrition et sur les populations vulnérables. Elle peut aussi guider l’orientation stratégique du GFF et participer à l’amélioration continue de son modèle d’activités.

Ce rapport examine de quelle manière les nouveaux mécanismes de financement innovants (et plus particulièrement le GFF) peuvent combler le déficit de financement dans le domaine de la nutrition. Il fournit :

• Une vue d’ensemble approfondie des financements accordés à la nutrition : les différentes sources internes et externes de financement dans ce domaine, y compris les nouvelles évolutions et les tendances s’y rapportant.

• Une analyse des premières expériences relatives au GFF, qui examine les premiers investissements réalisés par le mécanisme, pour mieux comprendre de quelle manière il contribue aux efforts déployés dans les pays en matière de nutrition

• Un exposé des perspectives pour la société civile (à l’échelle nationale et internationale) pour appuyer le GFF, ainsi que des nouveaux mécanismes plus généraux de financement de la nutrition.

• Des recommandations spécifiques aux responsables des groupes de travail de la Banque mondiale (à l’échelle nationale, régionale et internationale), au groupe d’investisseurs, aux gouvernements des pays fortement touchés et aux bailleurs de fonds.

 

Télécharger le rapport

 

Post A Comment

No Comments