Home / Actualités / Quelle est la valeur nutritionnelle de votre produit ?

Quelle est la valeur nutritionnelle de votre produit ?

  |   Blogs, Réseau du secteur privé SUN

Blog d’ Iquo Ukoh soutenu par le Réseau du secteur privé du Mouvement Scaling Up Nutrition au Nigeria
article original (anglais) : www.businessdayonline.com/how-nutritious-is-your-product


© Photo : International Institute of Tropical Agriculture via Flickr

D’après l’Enquête à indicateurs multiples 2017, 43,6 % des enfants nigérians souffrent de retard de croissance, c’est-à-dire qu’ils ne grandissent pas au rythme attendu. Ce chiffre est stupéfiant. Vous travaillez dans une entreprise qui produit des aliments industriels ? Quelle est la valeur nutritionnelle de votre produit ? Votre produit permet-il de nourrir les consommateurs en respectant suffisamment leur santé pour qu’ils puissent l’acheter de manière répétée ?

Seule une approche pluridimensionnelle peut permettre de remporter le combat contre les déficiences nutritionnelles. Elle consiste à inviter les individus, les producteurs de denrées alimentaires et le gouvernement à unir leurs efforts pour garantir la réussite. Ces dernières années, le niveau de sensibilisation des Nigérians aux questions de nutrition a considérablement augmenté. Cela s’explique principalement par la quantité d’information disponible sur Internet. Toutefois, le niveau des connaissances en nutrition de la majeure partie de la population reste insuffisant. Que répondre à ce consommateur qui vous explique que « le maïs bouilli comporte moins de glucides que le maïs grillé » ? Ou à cette jeune femme qui suit un régime amincissant tout en mangeant des fruits à volonté et qui se désole : « J’essaie de perdre du poids mais l’aiguille de ma balance ne bouge pas d’un pouce » ? Cette jeune femme pense que les fruits ne contiennent pas de glucides et qu’ils ne devraient donc pas affecter son poids.

De l’autre côté, les producteurs ou fabricants d’aliments doivent absolument s’assurer que les aliments destinés aux consommateurs leur apportent les nutriments dont ils ont besoin. En outre, les emballages de leurs produits doivent comporter suffisamment d’informations nutritionnelles pour permettre aux consommateurs d’acheter leurs aliments en toute connaissance de cause. Une mère qui achète de la nourriture pour son enfant dépend entièrement du producteur pour s’assurer que le contenu du produit acheté répond aux besoins de son enfant. Nous pouvons tout à fait manger une portion de frites ou un paquet de chips sans nous rendre compte de la quantité de glucides, de lipides ou de sel que nous ingurgitons.

Les producteurs d’aliments savent-ils que ce qu’ils peuvent faire ?

S’il est indiscutable que toute entreprise est conçue pour être financièrement viable, le producteur d’aliments doit néanmoins envisager son activité du point de vue d’un entrepreneur social. Un changement d’orientation est nécessaire pour permettre au producteur d’aliments d’atteindre ce double objectif. Pour commencer, le producteur d’aliments doit posséder des connaissances en nutrition ou faire appel à un expert dans ce domaine. Cette démarche permet de garantir l’apport de produits nutritifs et d’indiquer clairement la valeur nutritive de chaque produit sur son étiquette.

On observe que certains producteurs d’aliments emballés profitent du manque de connaissances des consommateurs et inscrivent des informations mensongères sur les étiquettes de leurs produits. D’autres surfent sur la vague de la dernière mode. Que vient faire la mention « sans gluten » sur la farine d’igname ? Le gluten se trouve uniquement dans certaines céréales, alors pourquoi apposer une telle mention sur une farine de racine tubéreuse ? Dans d’autres cas enfin, l’emballage ne contient aucun élément d’information nutritionnelle. Doit-on en déduire que le producteur ne connaît pas la valeur nutritionnelle de son produit et qu’il n’est donc pas en mesure de l’indiquer correctement, ou que le produit ne possède aucune valeur nutritionnelle ?

Existe-t-il un déficit de connaissances chez les consommateurs ?

Pour la plupart des Nigérians, le contact quotidien avec la nutrition se résume aux étiquettes des produits alimentaires. À l’école, la nutrition en tant que telle reste une matière optionnelle qui n’est enseignée qu’à partir du cycle secondaire. Même là, elle est intégrée dans un cours intitulé Économie domestique et nutrition, où l’économie domestique est la matière principale. Dans ces conditions, il n’est pas étonnant qu’une fois parvenus à l’âge adulte, les consommateurs aient du mal à faire des choix alimentaires éclairés. La recherche révèle qu’une bonne connaissance en matière de nutrition permet d’éviter la plupart des maladies courantes liées à l’alimentation, comme le diabète ou l’obésité, ou de réduire leur incidence. Le système éducatif pourrait envisager d’enseigner la nutrition dès l’école primaire. Il existe sans aucun doute de réelles lacunes de connaissances en nutrition.

Il est possible de produire des aliments nutritifs

© Photo : @savouryqueen

Alors que les consommateurs peinent à comprendre les règles de base d’une alimentation équilibrée, les producteurs d’aliments devraient être en mesure de fournir des informations nutritionnelles en termes simples et compréhensibles pour les aider à choisir des aliments sains. Il s’agit d’une responsabilité que le producteur d’aliments ne peut pas laisser aux seuls organismes publics de réglementation des denrées alimentaires. En tant que consommateur, je veux savoir ce que représente – sur le plan nutritionnel – un paquet de chips par rapport à la ration alimentaire quotidienne dont j’ai besoin. C’est vrai, qu’est-ce que cet aliment apporte à mon corps ? Il ne suffit pas de lister les ingrédients et d’énoncer des quantités que je ne comprends pas. Je veux savoir si ce produit peut améliorer ma vue, redonner de l’éclat à ma peau ou augmenter mon énergie au travail. S’il s’agit de nourrir un enfant, sa mère veut savoir si cet aliment favorise la croissance ou renforce les os et les dents.

Un appel pour l’impact social

« Comment garantir que la consommation de votre produit peut contribuer à améliorer la main-d’œuvre de demain ? » « Votre produit offre-t-il une bonne nutrition ou apporte-t-il des calories vides ? »

En tant qu’entrepreneur, vous contrôlez votre produit, vous pouvez atteindre le consommateur et déclencher ses désirs. Faites bon usage de vos atouts, vous avez un rôle crucial à jouer dans la lutte contre la malnutrition. L’Enquête démographique et de santé 2013 du Nigeria révèle que 25 % des femmes de notre pays sont en surpoids ou obèses. Il est temps pour les producteurs d’aliments – surtout les petites et moyennes entreprises – d’agir. Après tout, vous ne pouvez pas mentir sur ce que contiennent vos produits.

À l’heure où le gouvernement et les chercheurs identifient les déficits nutritionnels et les carences les plus courantes, il incombe à l’ensemble des producteurs d’aliments d’assumer leur responsabilité sociale et de contribuer à combler ces déficits. Il est clair aujourd’hui que nous avons un problème de carences en micronutriments. La vitamine A, le fer et le zinc sont les principaux éléments sur lesquels les producteurs d’aliments peuvent agir pour améliorer la consommation garantie de la population. Il peut s’agir d’incorporer certains nutriments aux aliments par la méthode d’enrichissement ou de veiller à utiliser des produits alimentaires contenant déjà ces nutriments.

Il nous appartient d’améliorer la santé de notre nation pour renforcer demain la productivité de notre main-d’œuvre.

 


 

Post A Comment

No Comments