Bangladesh

Home / Pays SUN / Bangladesh

En septembre 2012, la République populaire du Bangladesh a adhéré au Mouvement SUN avec un engagement de haut niveau de son Premier ministre, Sheikh Hasina. « La malnutrition est la cause la plus importante des retards de développement physique et psychologique, et des maladies. Par conséquent, le Mouvement SUN qui vise à susciter une action collective à l’échelle mondiale contre la malnutrition infantile notamment est une entreprise à long terme. L’objectif ultime est de garantir la santé des générations futures dans le monde entier. Je suis personnellement engagé à relever ces défis à tous les niveaux. » a déclaré Sheikh Hasina, Premier ministre du Bangladesh (Septembre 2012)

Progrès

Amener les acteurs à travailler ensemble
54% 2016

Amener les acteurs à travailler ensemble

Mise en place des politiques
58% 2016

Mise en place des politiques

Mise en œuvre et harmonisation des programmes
35% 2016

Mise en œuvre et harmonisation des programmes

Mobilisation des ressources
50% 2016

Mobilisation des ressources

TOTAL
49% 2016

TOTAL

Lisez d’autre articles sur le sujet
Découvrez d’autres études de cas nationales

Situation nutritionnelle

36.1%

Retard de croissance des enfants de moins de cinq ans

21.6%

Faible poids à la naissance

55%

Allaitement exclusif des nourrissons de 0-5 mois

14.3%

Émaciation des enfants de moins de cinq ans

1.4%

Surpoids des enfants de moins de cinq ans

43.5%

Anémie des femmes entre 15-49 ans

8%

Diabète chez les adultes

18.1%

Surpoids chez les adultes

3.6%

Obésité chez les adultes

Objectifs stratégiques

En 2015, le mandat du Conseil de direction et des souscomités techniques permanents du Conseil national de la nutrition (BNNC, d’après ses sigles en anglais) du Bangladesh a été formulé avec des rôles et redevabilités détaillés. D’autres ministères de tutelle ont été intégrés à la plateforme multi-acteurs pour
créer des coopérations et s’assurer que le travail des ministères concernant les programmes contribuant à
la nutrition est pris en compte. Des discussions ont été entamées avec le ministère des Industries et des
partenaires de développement pour lancer l’Alliance nationale d’enrichissement des aliments.

Dernière mise à jour: Décembre 2016

2015
Le Conseil national de la nutrition du Bangladesh (BNNC) a été revitalisé et devrait être le plus important mécanisme de coordination de la nutrition, présidé par le Premier ministre. Les termes de référence du Conseil exécutif, des sous-comités techniques permanents et du Secrétariat du Conseil national de la nutrition du Bangladesh ont été révisés. Avec leurs rôles et redevabilités désormais décrits, ces termes sont en cours d’approbation par le Premier ministre.
Le Comité directeur pour la mise en œuvre de la nutrition est dirigé par le secrétaire du ministère de la Santé et du bien-être familial (MOHFW). Il assure la collaboration multisectorielle et multi-acteurs entre 13 ministères et 10 départements, ainsi qu’entre les donateurs, les organismes des Nations Unies (ONU), les universités, le Groupe de travail sur la nutrition et l’Alliance de la société civile Mouvement SUN (ASC SUN). Il y a une forte coordination interne entre le ministère de la Santé et du bien-être familial et le ministère de l’Alimentation (MoF).

Le mécanisme REACH de l’ONU facilite la collaboration entre les agences de l’ONU et favorise la coordination multisectorielle pour la nutrition. Il offre un soutien pour renforcer les progrès par rapport aux quatre processus de Mouvement SUN. L’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) et le ministère britannique pour le développement international (DFID) sont co-organisateurs du Réseau de donateurs et ont promis d’intensifier leur engagement. L’ASC SUN a étendu son adhésion de 125 organisations (en 2014) à 187 organisations. L’an dernier, il y a eu une intensification d’activités par les autres groupes de parties prenantes, y compris du Secteur privé et de tous les réseaux ayant accru leur présence dans les médias.

Dernière mise à jour: Octobre 2015

En 2015, la Politique nationale de nutrition était approuvée. En 2016, la Stratégie globale de communication pour le changement social et de comportement a été mise en place. La Stratégie nationale de prévention et de lutte contre les carences en micronutriments est la première de la région. Le septième plan quinquennal comprend la nutrition et la sécurité sanitaire des aliments et a été intégré aux plans ministériels. Le ministère de l’Éducation primaire et universelle a commencé à élaborer une politique nationale de cantines scolaires et la Stratégie nationale de sécurité sociale inclut actuellement le retard de croissance comme indicateur clé.

Dernière mise à jour: Décembre 2016

2015
La Politique nationale de nutrition (PNN) a été élaborée avec la contribution de toutes les parties prenantes et est actuellement en attente d’approbation par le Cabinet. Un document d’information substantiel a été préparé pour informer le 7e plan quinquennal (FYP) qui sera opérationnel à partir de la mi-2016. La nutrition est également intégrée dans différentes politiques sectorielles : vulgarisation agricole, protection sociale et sécurité alimentaire.
La révision du Plan d’action national de politique alimentaire (NFP-PoA, 2008 – 2015) et du Plan national de mise en œuvre (CIP; 2010-2015) est en cours.

La République populaire du Bangladesh a mis au point un projet de stratégie nationale de communication et de plaidoyer pour la nutrition, lequel est facilité par le mécanisme REACH de l’ONU. Cinq partenaires au développement (Ministère canadien des Affaires étrangères et du Commerce international, ministère britannique pour le développement international, Union européenne, USAID, Banque mondiale) ont développé conjointement le Common Narrative on Undernutrition (Récit de faits communs sur la sous-nutrition) pour soutenir les efforts de plaidoyer.

La législation en place est conforme au Code international de commercialisation des substituts du lait maternel, de même que la loi sur le congé de maternité dont la durée est de six mois rémunérés. Des progrès ont été réalisés dans l’application de ces législations. Après approbation de la politique nationale de nutrition, le Plan d’action national de politique alimentaire sera élaboré avec une participation multi-sectorielle et multi-acteurs.

Dernière mise à jour: Octobre 2015

Le Plan d’action national pour la nutrition est élaboré avec pour objectif d’être aligné à la politique nationale en matière de nutrition. Un cadre de résultats de développement, qui examine les indicateurs des
objectifs de développement durable, a été créé et incorporé au septième plan quinquennal. Le cadre de résultats est chiffré et suivi par le comité exécutif du Conseil économique national et les ministères de la
Planification et des Finances. Le gouvernement et les parties prenantes élaborent actuellement un cadre
multisectoriel commun de résultats pour améliorer la mise en œuvre du Plan d’action national sur la nutrition.

Dernière mise à jour: Décembre 2016

2015
Le gouvernement, avec d’autres prenantes pertinentes, élabore actuellement une ébauche de cadre commun de résultats multi-sectoriel de la nutrition (CCR), englobant les indicateurs sectoriels spécifiques à la nutrition et contribuant à la nutrition. Le plan opérationnel des Services nationaux de nutrition (NNS) facilite le déploiement d’un système de nutrition global et multisectoriel dans les communautés.
Il existe une surveillance annuelle régulière des activités de nutrition dans le cadre de deux mécanismes de suivi solides opérationnels au ministère de la famille et du bien-être familial (MOHFW) et au ministère de l’Alimentation (MoF). Les rapports nationaux de surveillance produits concernent 17 ministères / organismes partenaires. Une unité de planification d’information nutritionnelle (NIPU) a été établie et reçoit des rapports de diverses plates-formes de prestation de services pour la nutrition.

Des efforts sont en cours pour intégrer le Cadre commun de résultats dans le processus global de rapport sur le 7e plan quinquennal (FYP) du gouvernement et le Plan Annuel de Développement (ADP). Ces efforts s’appuient sur la Politique nationale de nutrition (PNN) et sont mis ensemble grâce aux mécanismes existants et alignés sur les engagements pris lors de la deuxième Conférence internationale sur la nutrition (CIN 2) et les objectifs de développement durable.

Dernière mise à jour: Octobre 2015

Dans le cadre du processus de suivi du Plan d’investissement national du gouvernement, la disponibilité, l’accessibilité et l’utilisation des ressources financières pour des interventions contribuant à la nutrition et des interventions spécifiques à la nutrition sont en cours d’analyse. S’appuyant sur les expériences des démarches sectorielles précédentes, le programme de développement du secteur de la santé, de la population et de la nutrition a adopté une modalité de financement révisée fondée sur la performance. L’analyse des allocations budgétaires relatives à la nutrition est effectuée par les équipes thématiques des ministères participants aux programmes.

Dernière mise à jour: Décembre 2016

2015
Des rapports sont régulièrement faits sur le Cadre de résultats relatifs au développement national pour le programme annuel de développement (ADP) au titre du suivi du 6e plan quinquennal. Le suivi est réalisé par le Comité exécutif du Conseil économique national (ECNEC), dirigé par les ministères de la Planification et des Finances.
Le coût du plan quinquennal national a été évalué, mais il reste encore à élaborer un plan de faisabilité financière. Le processus de suivi du programme annuel de développement suit les dépenses dans le cadre de toutes les activités du gouvernement, même s’il importe de le rendre plus exhaustif. Le processus de surveillance nationale de la sécurité alimentaire et nutritionnelle est aligné au Plan d’action national de politique alimentaire, au Plan national de mise en œuvre, aux projets et programmes spécifiques à la nutrition et à ceux contribuant à la nutrition pertinents dans le cadre du programme annuel de développement. Ce processus de suivi permet également d’identifier les lacunes en matière de ressources.

Le récent rapport de suivi montre que la contribution nationale pour la nutrition a été considérablement accrue. Des discussions sont en cours au sein du groupe de travail parlementaire pour dissocier le budget de la nutrition de celui de la santé. Un cadre budgétaire à moyen terme élaboré par le ministère des Finances prévoit une enveloppe de ressources pour les 3 prochaines années, améliorant ainsi la prévisibilité du financement.

Dernière mise à jour: Octobre 2015

Point focal SUN du gouvernement

Ms. Roxana Quader
Deuxième secrétaire Ministère de la Santé et du Bien-être familial

Coordinateur des donateurs

  • USAID
  • DFID