Burkina Faso

Home / Pays SUN / Burkina Faso

Le 28 juin 2011, le Burkina Faso a rejoint le Mouvement SUN avec une lettre d’engagement d’Adama Traoré, ministre de la Santé. À cette date, le Burkina Faso avait mis en place une plate-forme multi-sectorielle, le Conseil national de concertation en nutrition (CNCN) au sein du ministère de la Santé. Le Burkina Faso disposait également d’un plan stratégique pour la nutrition (2010 – 2015) qui était également une priorité dans le nouveau Plan national de développement sanitaire (PNDS 2010 – 2011) et la Stratégie de croissance accélérée et de développement durable (SCADD 2011 – 2015).

Progrès

Amener les acteurs à travailler ensemble
69% 2016

Amener les acteurs à travailler ensemble

Mobilisation des ressources
61% 2016

Mobilisation des ressources

Mise en œuvre et harmonisation des programmes
43% 2016

Mise en œuvre et harmonisation des programmes

Mobilisation des ressources
35% 2016

Mobilisation des ressources

TOTAL
52% 2016

TOTAL

Situation nutritionnelle

32.9%

Retard de croissance des enfants de moins de cinq ans

16.2%

Faible poids à la naissance

50.1%

Allaitement exclusif des nourrissons de 0-5 mois

10.9%

Émaciation des enfants de moins de cinq ans

0%

Surpoids des enfants de moins de cinq ans

49.5%

Anémie des femmes entre 15-49 ans

4.2%

Diabète chez les adultes

23.6%

Surpoids chez les adultes

6.3%

Obésité chez les adultes

Objectifs stratégiques

Le Conseil national de nutrition – CNCN, plateforme multisectorielle et multi-acteurs abritée par le ministère de la Santé, est également décentralisé dans les treize régions depuis plusieurs années. Les acteurs de la plateforme se rencontrent deux fois par an. Le réseau des Nations Unies (RESONUT) et celui de la société civile sont mis en place et sont très actifs principalement en matière de plaidoyer, de sensibilisation de la population et d’appui aux actions de nutrition. Les réseaux du secteur privé et des parlementaires, quant à eux, ont récemment été formés, tandis que le réseau du secteur académique est en train d’être créé.

Dernière mise à jour: Décembre 2016

2015
Le Conseil national de concertation en nutrition (CNCN) créé en 2008 est la plateforme multisectorielle (PMS) désignée. Rattachée au ministère de la Santé, elle inclue les ministères de l’agriculture et de la sécurité alimentaire, de l’Eau et de l’Assainissement, de l’Action sociale et de la Solidarité nationale et de l’Économie et des Finances, de l’éducation, du commerce, de la promotion de la femme, de la recherche scientifique, des enseignements secondaire et supérieur. Elle comprend aussi la société civile, le milieu universitaire, et le secteur privé est représenté par la fédération des industries agroalimentaires et le groupement des transformateurs de produits oléagineux (huileries). Le réseau des Nations-Unies est en place, coordonné par UNICEF et un réseau des journalistes en nutrition est officiellement reconnu. Le réseau de la société civile pour la nutrition (RESONUT) attend des documents de reconnaissance officielle. En revanche, il n’y a ni coordinateur ni plan de travail commun aux donateurs.
Suite aux évènements des 30 et 31 octobre derniers et la dissolution de l’Assemblée Nationale, les travaux sur la nutrition menés par le réseau des parlementaires ont été arrêtés.

L’initiative AGIR (Alliance pour la résilience) est pilotée par le Ministère de l’agriculture et prend en compte la nutrition à travers ses piliers 2 et 4.

Dernière mise à jour: Octobre 2015

La Politique nationale de nutrition ayant été révisée, le CNCN attend désormais son adoption officielle. Le plan stratégique multisectoriel de nutrition n’est pas encore finalisé, ce qui affecte encore la mise en œuvre de l’approche multisectorielle. Toutefois, la nutrition s’intègre progressivement, et de manière croissante, aux politiques et stratégies sectorielles. Par ailleurs, une société de nutrition du Burkina existe depuis 2013. Enfin, le code de commercialisation des substituts de lait maternel est en cours de révision.

Dernière mise à jour: Décembre 2016

2015
La politique de nutrition est en cours de révision pour mieux considérer la multisectorialité de la lutte contre la malnutrition. Le pays s’est engagé à finaliser son nouveau plan national multisectoriel de nutrition (2016-2020) et à évaluer les ressources financières nécessaires à sa mise en œuvre d’ici la fin de 2015. Ceci devrait permettre de mieux responsabiliser les différents secteurs.
Plusieurs plans stratégiques pluriannuels sectoriels incluent la nutrition, notamment ceux de: réduction de la pauvreté, développement économique, éducation, développement durable, agriculture, sécurité alimentaire et nutritionnelle, développement rural.

Dernière mise à jour: Octobre 2015

En juillet 2015, le cadre commun de résultats a été achevé, tandis qu’un plan stratégique budgétisé pour la nutrition devra être finalisé d’ici 2017. Les interventions du cadre commun de résultats commencent à être mises en oeuvre avec l’appui de divers intervenants. Toutefois, des plans de travail annuels contenant des cibles mesurables devront encore être développés pour guider la mise en oeuvre, ainsi qu’un plan de suivi et d’évaluation des activités.

Dernière mise à jour: Décembre 2016

2015
Le cadre commun de résultats multisectoriel a été finalisé en juillet 2015, au cours d’un atelier de restitution relatif à la cartographie des interventions spécifiques et sensibles de nutrition, qui a réuni différents secteurs, les partenaires, la société civile et le secteur privé. Il doit encore être affiné avec les différents secteurs. La mise en oeuvre des interventions spécifiques et/ou sensibles est dévolue aux responsables au niveau intermédiaire et périphérique du système.
Les interventions spécifiques de nutrition sont alignées sur la Politique Nationale de Nutrition. Les programmes de protection sociale, de sécurité alimentaire, d’éducation, d’eau hygiène et assainissement et autres interventions sensibles seront mieux pris en compte dans la politique nationale révisée.

Le Burkina Faso prévoit également de renforcer le système de surveillance nutritionnelle existant avant la fin de 2015. A cet effet, un projet pilote est appuyé par l’OMS pour intégrer d’autres indicateurs de nutrition dans le logiciel de collecte national et central. Plusieurs systèmes de suivi sectoriels existent maisles résultats ne sont pas mis en commun.

Dernière mise à jour: Octobre 2015

Une cartographie des intervenants et des parties prenantes de la nutrition a été réalisée, et une étude sur les investissements pour la nutrition est en cours d’élaboration. Le Burkina a réalisé le chiffrage des investissements pour la nutrition, avec le soutien du Secrétariat SUN. La traçabilité du financement de la nutrition doit encore être améliorée afin de rendre accessible au public et aux acteurs des informations financières transparentes et fiables. Le financement de la nutrition est encore insuffisant et les fonds
de développement, ou ceux de longues durée, sont rares ce qui rend difficile la planification stratégique à moyen et long termes.

Dernière mise à jour: Décembre 2016

2015
Les fonds destinés à la nutrition, classés en « souscomité » du budget national pour la santé maternelle et infantile, ne sont pas aisément traçables. La mise en œuvre du plan chiffré relève principalement du Ministère de la Santé avec l’appui d’autres ministères. Le décaissement des engagements financiers du gouvernement est rendu difficile par la lourdeur administrative et la conjoncture, alors que les fonds dédiés à la nutrition par les Partenaires relèvent souvent de l’urgence, rendant la planification pluri annuelle difficile.
La garantie de financements pour la mise en œuvre de différents plans en cours d’élaboration (plan stratégique, micro plan de lutte contre les carences en micronutriments…) n’est pas assurée, ni pour le plan de passage à l’échelle de l’ANJE qui est en cours de mise en œuvre. Un travail a commencé pour évaluer les financements publics et externes investis dans la nutrition depuis 2011, avec l’appui de l’UNICEF.

Dernière mise à jour: Octobre 2015

Point focal SUN du gouvernement

Bertine Ouaro
Directrice de la nutrition Ministère de la santé

Coordinateur des donateurs

  • Union européenne