Cameroun

Home / Pays SUN / Cameroun

Le 18 février 2013, la République du Cameroun a rejoint le Mouvement SUN avec une lettre d’engagement d’André Mama Fouda, ministre de la Santé publique. À cette date, le Cameroun etait doté d’un Groupe de travail national sur la nutrition dont la mise en place datait de 2008.

Progrès

Amener les acteurs à travailler ensemble
33% 2017

Amener les acteurs à travailler ensemble

Mise en place des politiques
40% 2017

Mise en place des politiques

Mise en œuvre et harmonisation des programmes
39% 2017

Mise en œuvre et harmonisation des programmes

Mobilisation des ressources
26% 2017

Mobilisation des ressources

TOTAL
35% 2017

TOTAL

Découvrez d’autres études de cas nationales

Situation nutritionnelle

31.7%

Retard de croissance des enfants de moins de cinq ans

11%

Faible poids à la naissance

28.2%

Allaitement exclusif des nourrissons de 0-5 mois

5.2%

Émaciation des enfants de moins de cinq ans

6.7%

Surpoids des enfants de moins de cinq ans

41.5%

Anémie des femmes entre 15-49 ans

9%

Diabète chez les adultes

33.5%

Surpoids chez les adultes

11.4%

Obésité chez les adultes

Objectifs stratégiques

Le Comité interministériel pour la lutte contre la malnutrition, établi au niveau de la primature, a poursuivi ses travaux. Un guide alimentaire et nutritionnel a été élaboré et validé. Il est nécessaire de redynamiser la plateforme multisectorielle et multi-acteurs qui réunit les différents réseaux SUN pour renforcer le dispositif actuel et pallier l’absence de certains secteurs clés (eau et assainissement, sécurité alimentaire et affaires sociales) aux réunions mensuelles. Cela permettrait également de renforcer les quatre groupes de travail constitués au niveau des régions les plus touchées par la malnutrition, avec les mêmes acteurs. Les réseaux de la société civile, des donateurs et des Nations unies sont établis. La formalisation du réseau du secteur privé est en cours. Le réseau des parlementaires pour la lutte contre la malnutrition serait plus efficace s’il était doté d’une feuille de route plus exhaustive.

Dernière mise à jour: Novembre 2017

2016
Les rencontres du Comité interministériel pour la lutte contre la malnutrition ont permis la validation d’un plan opérationnel de lutte contre la malnutrition et le déblocage de fonds pour l’élaboration d’un guide nutritionnel à l’intention des populations. Les quatre plateformes régionales sont toujours actives et mettent en œuvre les plans opérationnels locaux. Des points focaux ont été nominés pour les réseaux SUN, tandis que la nomination d’un point focal stratégique SUN de haut-niveau reste encore à faire. Un réseau de journalistes a été mis en place dans un but de plaidoyer.

Dernière mise à jour: Décembre 2016

2015
Au niveau national, la coordination se fait à différents niveaux, au sein du Comité Interministériel de lutte contre la malnutrition et des groupes de travail nutrition au niveau central et régional (4 Régions sont concernées: Extreme-Nord, Nord, Adamaoua et Est). Le groupe de travail nutrition se réunit mensuellement. La plateforme multiacteurs n’a pas encore de coordination à haut niveau. Un Point focal stratégique Mouvement SUN qui pourrait être un représentant du Premier Ministre ou de la Présidence devrait être nommé.
Le Comité Interministériel a été mis sur pied et est fonctionnel. La présidence est assurée par le Ministre Secrétaire Général des Services du Premier Ministre.
La plateforme de la société civile (OSC) présidée par Helen Keller International associe divers secteurs (santé, éducation, agriculture). La cartographie des OSC et l’élaboration du plan d’action pour ce réseau sont en cours, de même que la redynamisation des activités des OSC, avec en perspective la légalisation, le lancement offciel de la plateforme.

Le Réseau des Nations-Unies pour le Mouvement SUN, sous le leadership de l‘UNICEF, est fonctionnel. Une invitation a été adressée aux autres agences (UNHCR, FIDA, UNFPSA).

La Coopération française, représentant des donateurs, travaille à la création d’une plateforme des donateurs.

Un Réseau du secteur privé pour le Mouvement SUN a été lancé en 2014. Un cadre de concertation, un mécanisme de mise en œuvre et de suivi et un fond d’investissement pour la nutrition ont été créés.

Un réseau de parlementaires pour la lutte contre la malnutrition est également très actif.

Dernière mise à jour: Octobre 2015

La Politique de nutrition a été révisée pour être en phase avec les nouvelles preuves qui pointent la nécessité de multisectorialité et la mise à l’échelle des interventions coût-efficacité pour accélérer la réduction de la malnutrition. Une mise à jour de l’analyse de la situation nutritionnelle et du cadre légal a été faite avant de développer le cadre commun des résultats et le plan opérationnel de mise en œuvre de la politique. Des missions de contrôle sont effectuées pour veiller à l’application de la fortification alimentaire et du Code de commercialisation des substituts du lait maternel. À toutes les sessions parlementaires, les membres du gouvernement ont été interpellés par les députés afin de faire de la nutrition une priorité nationale.

Dernière mise à jour: Novembre 2017

2016
La Politique multisectorielle d’alimentation et de nutrition a été révisée, en accord avec les résultats de l’analyse coût-efficacité des interventions, en vue d’accélérer la réduction de la malnutrition. La nouvelle politique s’ancre sur les mécanismes de coordination pour la nutrition, établis au sein de la Primature. Le réseau des parlementaires met déjà en œuvre des actions de plaidoyer et de communication pour la nutrition, alors les médias nationaux ont été sensibilisés à la thématique de la nutrition. Un partenariat entre le Parlement et les médias a même été créé.

Dernière mise à jour: Décembre 2016

2015
Le document d’orientation stratégique pour la lutte contre la malnutrition dans les régions du nord, extrême-nord, Adamaoua et de l’Est a été validé par le Comité Interministériel et intègre la nutrition dans les nouvelles stratégies du développement rural et de sécurité alimentaire, la santé, les pratiques d’eau, d’assainnissement et d’hygiène (WASH), la protection sociale, la promotion de la femme, les actions en milieu éducatif. La nutrition est intégrée dans les plans d’action des agences des Nations-Unies mais de manière timide dans l’UNDAF.
Enfin, une caravane de sensibilisation des leaders traditionnels, des autorités administratives, et des parlementaires a eu lieu pour l’élaboration d’un Plan d’Action Prioritaire 2015-2020 pour la lutte contre la malnutrition. Il est admis que les efforts de mise en œuvre et de diffusion des politiques doivent être renforcés.

Dernière mise à jour: Octobre 2015

En mai 2016, le développement du cadre commun de résultats a démarré avec l’appui de l’UNICEF, sur la base de la nouvelle Politique multisectorielle d’alimentation et de nutrition, avec la participation de tous les acteurs concernés par la malnutrition. Les domaines d’interventions retenus dans ce cadre commun de résultats ont permis de développer un plan opérationnel multisectoriel. Tous ces documents seront soumis à l’approbation du Comité interministériel avant la fin de l’année 2017.Un atelier national a préalablement été organisé en juin 2017, afin d’évaluer et de renforcer les capacités des acteurs de mise en œuvre de ce plan au niveau national. Une fois ces instruments adoptés, la coordination des politiques et des plans entre les ministères concernés sera plus concrète et efficace.

Dernière mise à jour: Novembre 2017

2016
En mai 2016, le développement du cadre commun de résultats a débuté, sur la base de la nouvelle Politique multisectorielle d’alimentation et de nutrition, avec l’appui technique et logistique du bureau local de l’UNICEF. Le réseau de la société civile participe aussi à ce processus. Des systèmes d’information seront intégrés au cadre commun de résultats afin de suivre la mise en œuvre des actions prioritaires pour l’amélioration de la nutrition.

Dernière mise à jour: Décembre 2016

2015
Le cadre commun de résultats n’est pas encore élaboré, cependant, le document d’orientation stratégique de lutte contre la malnutrition a identifié les domaines prioritaires sur lesquels l’accent sera mis pour obtenir des résultats probants.
Du point de vue des programmes, les interventions directes en matière de nutrition sont concentrées sur la « fenêtre d’opportunité » des 1000 premiers jours. Les activités sont centrées sur les interventions essentielles concernant la nutrition, la lutte contre les carences en micronutriments grâce à une campagne de grande envergure sur l’enrichissement des aliments à large échelle et l’enrichissement à domicile à l’aide de poudre de micronutriments, la supplémentation en vitamine A, en fer et en acide folique ; la prise en charge de la malnutrition aiguë, l’eau, l’assainissement et l’hygiène, le déparasitage ainsi que la nutrition maternelle.

Dernière mise à jour: Octobre 2015

D’ici la fin de l’année 2017, le cadre commun de résultats élaboré sera budgétisé. Le processus de recrutement d’un consultant à ces fins est en cours. Le Ministère de la santé alloue des fonds spécifiques pour la nutrition. Parallèlement, le plaidoyer se poursuit au Parlement pour l’inscription d’une ligne budgétaire spécifique au cours de l’année 2018. La Banque mondiale s’est également positionnée sur le financement d’un programme santé comprenant des activités de nutrition. Il est espéré que la finalisation du plan opérationnel, qui définit les mécanismes de mobilisation des ressources, permettra aux bailleurs d’aligner leurs ressources.

Dernière mise à jour: Novembre 2017

2016
La budgétisation du cadre commun de résultats sera réalisée une fois que ce dernier sera terminé et validé. De plus, un cadre de suivi et évaluation des activités sera développé. Une étude sur les allocations budgétaires des dépenses publiques pour la nutrition a été réalisée pour l’année 2015, avec l’appui du Secrétariat du Mouvement SUN.

Dernière mise à jour: Décembre 2016

2015
La part du budget consacrée à la nutrition n’a pas évolué dans les administrations sectorielles. L’exercice de budgétisation a cependant démontré que les interventions indirectes occupent plus de 90% du budget des secteurs. Chez certains partenaires, on a noté une augmentation significative des ressources en 2014.
Le chiffrage du plan ne pourra intervenir qu’une fois le plan d’action multisectoriel achevé. Il n’existe pas actuellement de système de suivi des financements consentis pour les activités et programmes de nutrition. Il n’existe pas de ligne budgétaire spécifique à la nutrition. Cependant, le plaidoyer a permis d’inscrire dans le cadre des dépenses à moyen terme du Ministère de la Santé Publique une ligne budgétaire sur l’alimentation du nourrisson et du jeune enfant.

Dernière mise à jour: Octobre 2015

Point focal SUN du gouvernement

Georges Okala
Sous-directeur de l'alimentation et la nutrition Ministère de la santé publique

Coordinateur des donateurs

  • France