Gambie

Home / Pays SUN / Gambie

Le 18 juillet 2011, la Gambie a rejoint le Mouvement SUN avec une lettre d’engagement d’Aja Isatou Njie-Saidy, Vice-président. À cette date d’adhésion, la Gambie avait déjà mis en place une Agence nationale de nutrition (NaNA) en 2000 rattachée au Bureau du Vice-président conformément à la politique nationale sur la nutrition (2000 – 2004). En Tanzanie, la nutrition était reconnue comme prioritaire dans le programme de développement socio-économique.

Progrès

Amener les acteurs à travailler ensemble
79% 2017

Amener les acteurs à travailler ensemble

Mise en place des politiques
96% 2017

Mise en place des politiques

Mise en œuvre et harmonisation des programmes
40% 2017

Mise en œuvre et harmonisation des programmes

Mobilisation des ressources
54% 2017

Mobilisation des ressources

TOTAL
67% 2017

TOTAL

Situation nutritionnelle

25%

Retard de croissance des enfants de moins de cinq ans

10.2%

Faible poids à la naissance

46.8%

Allaitement exclusif des nourrissons de 0-5 mois

11.1%

Émaciation des enfants de moins de cinq ans

3.2%

Surpoids des enfants de moins de cinq ans

45.3%

Anémie des femmes entre 15-49 ans

9.9%

Diabète chez les adultes

32.5%

Surpoids chez les adultes

10.9%

Obésité chez les adultes

Objectifs stratégiques

La plateforme multi-acteurs de la Gambie demeure performante grâce à la tenue de réunions trimestrielles. Au cours de la dernière année, le Comité consultatif technique national sur la nutrition (NTAC) a incorporé l’organisme gouvernemental gambien spécialisé dans les questions de genre, le Women’s Bureau, et l’unité consacrée à l’eau, l’assainissement et l’hygiène (WASH). Ce- pendant, une participation plus active de la société civile, des universités et du secteur privé demeure nécessaire. La participation des structures régionales telles que les Co- mités consultatifs techniques régionaux (TAC) doit aussi être renforcée.

Dernière mise à jour: Novembre 2017

2016
La Gambie dispose de plateformes multi-acteurs fonctionnelles. Le Conseil national de la nutrition (NNC, d’après ses sigles en français), dirigé par le Vice-pré- sident est l’organe de pilotage politique, tandis que le Comité consultatif technique national sur la nutrition coordonne les représentants des ministères, des universités, de la société civile et de l’Organisation des Nations Unies depuis 2012. Différents groupes de travail sont en place, tels que les groupes de travail techniques sur la Gestion intégrée de la malnutrition aiguë et le groupe sur la communication pour le changement social et de comportement pour une meilleure santé et nutrition. Dans l’ensemble, il est nécessaire de renforcer la participation de la société civile, du milieu universitaire et du secteur privé aux plateformes de coordination.

Dernière mise à jour: Décembre 2016

2015
La République de Gambie est engagée au plus haut niveau pour aborder la question de la sous-nutrition. La vice-Présidente et ministre des Affaires féminines, S.E. Dr. Aja Isatou Njie Saidy est une fervente partisane des efforts de renforcement de la nutrition en Gambie. L’Agence nationale de nutrition (NaNA), sous la supervision du Bureau de la vice-Présidente, est chargée de superviser et de coordonner la mise en œuvre de la Politique Nationale sur la Nutrition (2010-2020) et de produire un rapport adressé directement à l’Assemblée nationale. La NaNA coordonne tous les secteurs gouvernementaux concernés à travers le Conseil national de la nutrition, lui-même présidé par la vice-Présidente.
La Gambie vise à améliorer la participation des ministères mandatés sur la nutrition. Des sous-groupes thématiques ont été mis en place : Nutrition pour la santé maternelle et infantile ; Contrôle de la carence en micronutriments ; Information, Éducation et Communication ; Suivi et évaluation et Mobilisation des ressources).

La Gambie a des plans de décentralisation des mécanismes de coordination cependant, une participation plus forte des ministères clés concernés par la nutrition reste nécessaire.

Un comité consultatif technique multisectoriel de nutrition a été créé en 2012 et comprend des acteurs du secteur public, de la Société civile et les partenaires au développement. L’Association des Organisations Non-Gouvernementales (TANGO) est un corps composite des ONG, avec près de 80 membres nationaux et internationaux dont la mission est de faire impact sur les décideurs politiques afin de galvaniser les efforts de renforcement de la nutrition dans le pays.

Dernière mise à jour: Octobre 2015

De nombreux programmes et politiques sectoriels accordent une place centrale à la nutrition. La plateforme multi-acteurs a réalisé une analyse des goulots d’étranglement en matière de nutrition afin d’éclairer un examen de la Politique nationale de nutrition 2010 – 2020. Cet examen débouchera sur une version révisée de la Politique nationale de nutrition pour la période 2017-2025, qui sera accompagnée d’un plan stratégique chiffré. Au cours de la dernière année, une nouvelle politique pour le développement de la petite enfance et l’alimentation scolaire a été élaborée avec la participation de la plateforme multi-acteurs, de même qu’une Stratégie de communication pour le changement social et de comportement pour la période 2016-2020. Enfin, les agents des forces de l’ordre, tels que les policiers et les douaniers, ont été davantage sensibilisés aux réglementations existantes en matière d’enrichissement des aliments et d’iodation du sel.

Dernière mise à jour: Novembre 2017

2016
Depuis que la Gambie a actualisé sa politique nationale de nutrition 2010 – 2020, le pays a intégré la nutrition dans diverses politiques sectorielles, notamment dans la nouvelle politique de l’éducation 2015 – 2025. La Loi sur les aliments de 2005 a été mise en pratique, par le biais du Règlement sur la promotion de l’allaitement maternel, du Règlement sur l’enrichissement des aliments et du Règlement sur l’iodation du sel. La nutrition est prise en compte dans le Plan-cadre des Nations Unies pour l’aide au développement (UNDAF, d’après ses sigles en anglais) et dans d’autres programmes nationaux des Nations Unies.

Dernière mise à jour: Décembre 2016

2015

La Gambie a mis à jour sa politique nationale sur la nutrition (NNP)(2010 – 2020) et validé le Plan national stratégique chiffré de nutrition (NNSP) (2011 – 2015) et le Plan du Secteur privé pour une meilleure nutrition. Les politiques et législations pertinentes pour la nutrition sont effectives dans des secteurs clés tels que l’agriculture, la réduction de la pauvreté, la santé et l’éducation.
La Gambie dispose d’une Politique nationale du Genre et d’Autonomisation de la femme (2010 – 2020) et de la loi de 2010 sur la Femme (Women’s Act 2010) qui garantissent le congé de maternité pour une durée minimale de six mois. Le ministère de l’Agriculture est en train d’intégrer la nutrition dans ses propres programmes. Les efforts déployés pour intégrer la nutrition dans les politiques à travers le conseil d’administration seront accélérés, en consultation avec la NaNA.

Avec une implication croissante du Secteur privé, des normes et des capacités pour la sécurité et la qualité des aliments ont été mises à jour avec un accent sur la transformation, l’emballage et l’étiquetage des aliments. Une nouvelle loi sur la sécurité et la qualité des aliments (2011) a été promulguée et l’Autorité en charge de la sécurité et la qualité des aliments, mise en place pour coordonner l’exécution de la loi. Le Code de commercialisation des substituts du lait maternel est entièrement traduit en loi (Règlement sur la promotion de l’allaitement maternel 2006).

Dernière mise à jour: Octobre 2015

Bien qu’un cadre commun de résultats pour la nutrition reste à définir, la plateforme multi-acteurs participe à l’élaboration du Plan national de développement 2018-2021 et du Plan-cadre des Nations unies pour l’aide au développement (PNUAD), pour lesquels elle s’assure de la prise en compte des questions de nutrition. Après l’examen de la Politique nationale de nutrition et l’élaboration du nouveau plan stratégique de nutrition qui suivra, l’objectif sera d’élaborer un cadre commun de résultats.

Dernière mise à jour: Novembre 2017

2016
La Plateforme multi-acteurs a proposé de créer un cadre commun de résultats après la révision en cours de la Politique nationale de nutrition 2010  –  2020 et du Plan stratégique de nutrition. Le processus de création s’inspirera de l’Analyse des goulots d’étranglement dans les interventions en matières de nutrition de 2015, du Plan national de mise en œuvre de la politique de gestion de la nutrition élaboré avec le soutien de l’initiative pour le Partnenariat visant à éliminer la faim et la dénutrition chez les enfants (REACH) des Nations Unies  ; et de la cartographie des parties prenantes, des bénéficiaires cibles et des interventions contribuant à la nutrition ou spécifiques à la nutrition etc. prévue en novembre 2016.

Dernière mise à jour: Décembre 2016

2015

Pour suivre les progrès de la NNP et du NNSP, la Gambie a élaboré un cadre de suivi et d’évaluation pour la période 2011 – 2015.
Le NNSP, qui inclut le programme des 1000 premiers les plus décisifs doit être réexaminé pour l’intégration de plusieurs autres points d’entrée pour la nutrition. Cette question sera examinée lors de l’examen à mi-parcours du NNP. L’examen de ces deux documents conduira à l’élaboration d’un plan stratégique multisectoriel pour la nutrition, qui sera le Cadre commun de résultats devant harmoniser les programmes sectoriels et renforcer les capacités en Gambie, pour la mise en œuvre des programmes de nutrition. Une stratégie nationale de communication pour la nutrition a été finalisée pour aligner les efforts de communication de toutes les parties prenantes.

Des programmes et des systèmes à grande échelle sont en place, mais pas encore à pleine échelle. La Gambie suit un processus visant le renforcement des interventions dans le cadre de la prise en charge de la malnutrition sévère et aiguë modérée (MAM) et des interventions en vue d’améliorer la consommation de sel iodé et d’aliments riches en micronutriments par les ménages.

Dernière mise à jour: Octobre 2015

Le financement supplémentaire du projet de Système intégré d’information relatif à la gestion financière (IFMIS) pour la Gambie vise à renforcer la capacité du gouvernement en matière de gestion des ressources publiques. Bien que le système IFMIS soit en mesure de fournir des informations sur les taux de réalisation du budget, il n’existe aucune plateforme spécifique regroupant ce type d’informations pour assurer le suivi des investissements consacrés aux mesures nutritionnelles. Le Plan stratégique national de nutrition, qui est arrivé à son terme en 2015, constituait le document de référence pour identifier les déficits de ressources en matière de nutrition. L’élaboration d’un nouveau plan stratégique chiffré s’avère donc nécessaire.

Dernière mise à jour: Novembre 2017

2016
La Stratégie nationale de nutrition, qui est chiffrée, permet de déterminer les ressources et les lacunes en matière de financement pour la nutrition. Elle a également été utilisée par les partenaires pour déterminer le soutien nécessaire aux interventions avant son expiration en 2015. Il est nécessaire que le gouvernement utilise la stratégie mise à jour pour orienter les allocations nationales de ressources pour la nutrition. Le gouvernement n’a cessé d’augmenter cette allocation et d’autres partenaires, dont l’UNICEF et la Banque mondiale, sont de grands partisans de la nutrition en Gambie. Des efforts sont nécessaires pour mieux recenser les ressources disponibles et les lacunes.

Dernière mise à jour: Décembre 2016

2015

L’UNICEF et la Banque mondiale sont les principaux investisseurs dans les programmes spécifiques à la nutrition. Le gouvernement alloue également des fonds publics pour la mise en œuvre des programmes de nutrition.
La Gambie a participé à l’exercice d’analyse budgétaire du Mouvement SUN pour le suivi des ressources financières destinées à la nutrition. La NaNA dispose de mécanismes de suivi des ressources disponibles en son sein mais les investissements en faveur de la nutrition dans d’autres secteurs restent un défi. La Gambie reconnaît l’importance du suivi des dépenses spécifiques à la nutrition en plus de la santé et de la nécessité de cartographier le financement de la nutrition.

Dernière mise à jour: Octobre 2015

Point focal SUN du gouvernement

M. Modou Cheyassin Phall
Directeur exécutif Agence nationale de nutrition

Coordinateur des donateurs

  • TBC