Lesotho

Home / Pays SUN / Lesotho

Le 2 juillet 2014, le Royaume du Lesotho a rejoint le Mouvement SUN par une lettre d’engagement du Premier ministre Motsoahar Thomas Thabane. À cette période là, le Lesotho disposait d’un programme de nutrition doté d’un bureau de coordination de l’alimentation et de la nutrition, chargé de la coordination des programmes de nutrition dans le pays. Le ministère de la Santé était responsable des stratégies de nutrition curative et préventive, le ministre de l’Agriculture et de la Sécurité alimentaire était responsable des activités de nutrition préventive au niveau communautaire, et le ministère de l’Éducation quant à lui était chargé du développement global des enfants de moins de cinq ans.

Progrès

Amener les acteurs à travailler ensemble
28% 2017

Amener les acteurs à travailler ensemble

Mise en place des politiques
34% 2017

Mise en place des politiques

Mise en œuvre et harmonisation des programmes
26% 2017

Mise en œuvre et harmonisation des programmes

Mobilisation des ressources
4% 2017

Mobilisation des ressources

TOTAL
23% 2017

TOTAL

Situation nutritionnelle

33.2%

Retard de croissance des enfants de moins de cinq ans

10.7%

Faible poids à la naissance

66.9%

Allaitement exclusif des nourrissons de 0-5 mois

2.8%

Émaciation des enfants de moins de cinq ans

7.4%

Surpoids des enfants de moins de cinq ans

26.8%

Anémie des femmes entre 15-49 ans

10.5%

Diabète chez les adultes

35.4%

Surpoids chez les adultes

14.2%

Obésité chez les adultes

Objectifs stratégiques

En octobre 2016, le lancement de la Politique nationale de nutrition, , et l’étude sur le coût de la faim en Afrique a aidé à réunir les diverses parties prenantes au Lesotho, y compris celles du secteur privé. Une collaboration récente avec les Ministères des finances et de la planification du développement, ainsi qu’une sensibilisation à la création de réseaux SUN avec les organisations de la société civile, le secteur privé, les organismes des Nations unies, le monde universitaire et les médias, vont contribuer à la future mise en place de ces réseaux, qui se fera avec le soutien de REACH. À l’avenir, d’autres activités nationales de plaidoyer seront proposées, en collaboration avec Sa Majesté le roi Letsie III, ainsi qu’un accroissement de l’engagement politique, afin de garantir le financement et l’efficacité des structures de coordination.

Dernière mise à jour: Novembre 2017

2015
Le Bureau de coordination de l’alimentation et de la nutrition (FNCO) basé dans les services du Premier ministre est chargé de fournir l’orientation de la politique, des conseils techniques, la coordination, la supervision, le suivi et l’évaluation et la mobilisation des ressources des programmes d’alimentation et de nutrition sur la base d’une vision. Il est également chargé de coordonner la mise en œuvre de la Politique nationale de nutrition (en cours de rédaction). Le Bureau de coordination de l’alimentation et de la nutrition coordonne différents secteurs gouvernementaux, organisations non gouvernementales (ONG) et partenaires de développement. Ce bureau comprend quatre équipes de travail multi-sectorielles : l’équipe technique de la nutrition ; le sous-comité de la politique ; le sous-comité de la recherche et un groupe de travail sur les micronutriments. Le Royaume du Lesotho n’a pas encore établi des partenariats avec le Secteur privé, mais reconnaît qu’il a un rôle crucial à jouer dans les initiatives de plaidoyer, qui favorisent le renforcement des efforts en matière de nutrition. Le Royaume du Lesotho entend organiser en 2015 une réunion de sensibilisation avec les différentes parties prenantes, afin de les sensibiliser aux principes du Mouvement SUN.

Dernière mise à jour: Octobre 2015

L’élaboration, la révision et la validation de la Politique nationale de nutrition ont nécessité l’examen attentif d’autres politiques pertinentes pour garantir une approche globale et adéquatement centrée sur des actions spécifiques à la nutrition ou qui y contribuent. Tous les acteurs concernés ont participé à sa création ; et des rapports d’évaluation sur l’incidence de cette politique sont régulièrement produits pour éclairer les décisions stratégiques. En outre, la Semaine nationale de la nutrition d’octobre permet de sensibiliser le public à la nutrition.

Dernière mise à jour: Novembre 2017

2015
Une analyse approfondie des politiques et programmes existants pertinents pour la nutrition a été réalisée avant l’élaboration de la politique nationale de nutrition, dont l’ébauche a déjà été rédigée. La nutrition a été intégrée dans plusieurs politiques, y compris la Politique de sécurité alimentaire du Lesotho et les Orientations stratégiques (2003), la Politique nationale sur le VIH et le sida, la Stratégie du secteur agricole et le Document stratégique de réduction de la pauvreté, qui a été adopté concomitamment avec la Vision nationale 2020. Plusieurs législations pertinentes pour la nutrition ont été rédigées par les ministères du Commerce et de la Santé avec un accent sur les normes de santé, de sécurité alimentaire et celles sur les produits alimentaires.

Dernière mise à jour: Octobre 2015

Le Lesotho ne dispose pas encore d’un cadre commun de résultats officiel, mais celui-ci est en cours de développement. Le Bureau de coordination de l’alimentation et de la nutrition (FNCO) et l’initiative REACH élaborent un plan stratégique national de nutrition. Les partenaires du secteur privé soutiennent des interventions spécifiques à la nutrition comme l’enrichissement des aliments, tandis que les organismes des Nations unies et les ONG soutiennent des interventions spécifiques ou contribuant à la nutrition, de divers ministères. En réaction à la sécheresse de 2016, un forum national de coordination a été organisé et un plan commun mis en place, avec des responsabilités et un budget clairement définis.

Dernière mise à jour: Novembre 2017

2015
Un Plan d’action national pour la sécurité alimentaire (2007-2017) soutient l’amélioration de la planification et la mise en œuvre des activités alimentaires et nutritionnelles menées par les ministères de tutelle. Ces activités sont supervisées par le Bureau de coordination de l’alimentation et de la nutrition et bénéficient du soutien de divers organismes des Nations Unies et des ONG.
Avec l’appui technique des partenaires au développement, toutes les parties prenantes nationales concernées ont été consultées en 2014 pour élaborer un «Plan d’action intersectoriel de nutrition » (CSNAP), qui possède de nombreux attributs d’un cadre commun de résultats (CCR). C’est un plan national de nutrition global avec une approche multi-sectorielle de mise en œuvre des programmes de nutrition par les différentes parties prenantes. Le Plan d’action intersectoriel de nutrition décrit clairement les moyens par lesquels les programmes peuvent s’arrimer aux politiques nationales pertinentes pour la nutrition. Ce plan définit aussi le rôle de diverses parties prenantes, propose un cadre de suivi et d’évaluation, ainsi que des outils standard de reporting.

Dernière mise à jour: Octobre 2015

À ce jour, il n’y a pas encore eu d’effort systématique de suivi financier et de mobilisation de ressources supplémentaires pour la nutrition. Le suivi des investissements, via l’approche en trois étapes du Mouvement SUN, ne prend en compte que les investissements spécifiques à la nutrition : en raison de la nature du budget du Lesotho, les investissements dans des activités contribuant à la nutrition s’avèrent très difficiles à déterminer. A l’avenir le roi Letsie III, champion de la nutrition de l’Union africaine, contribuera au plaidoyer; le fonds de nutrition du Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique peut offrir des possibilités de financement ; et un engagement accru du Ministère des finances est nécessaire. Des dons ponctuels sont demandés aux entreprises et aux organisations de la société civile locales pour des événements spécifiques.

Dernière mise à jour: Novembre 2017

2015
Le chiffrage du Plan d’action intersectoriel de nutrition n’a pas été réalisé, ce qui a entravé la mobilisation des ressources. L’analyse du budget 2015 entrepris cette année a révélé l’existence d’importantes allocations budgétaires pour la nutrition, même si leur répartition ne permet pas d’estimations fiables de la part qui revient à la nutrition. Le ministère de la Santé, avec le soutien de la Clinton Health Access Initiative, effectue la cartographie annuelle des ressources financières qui compare les dépenses et l’information budgétaire projective entre les gouvernements et les partenaires de développement pour identifier le niveau des ressources disponibles. Cette cartographie peut être améliorée afin de mieux saisir les allocations contribuant à la nutrition. Enfin, le Royaume du Lesotho va bientôt commencer une étude sur le coût de la faim en Afrique (COHA) afin d’aider à mobiliser des fonds.

Dernière mise à jour: Octobre 2015

Point focal SUN du gouvernement

« L'état d'esprit et le comportement des professionnels de la nutrition doivent se transformer effectivement pour faciliter un environnement véritablement propice à l'engagement de toutes les parties prenantes dans la lutte contre la malnutrition. Tout progrès significatif n'est possible que si et seulement si la « fraternité » de l'alimentation ouvre son « territoire » à toutes les parties prenantes afin qu'elles puissent jouer leur rôle ».

Tiisetso Elias
Responsable de coordination régional pour l'alimentation et la nutrition à la direction régionale de coordination de la nutrition (FNCO), Bureau du premier Ministre du Lesotho

Coordinateur des donateurs

  • À déterminer