Madagascar

Home / Pays SUN / Madagascar

Le 28 février 2012, la République de Madagascar a rejoint le Mouvement SUN avec une lettre d’engagement de Jean François, Coordonnateur national de l’Office national de la nutrition. À cette date, la nutrition était déjà identifiée à Madagascar comme l’un des domaines prioritaires dans les stratégies de développement contre la pauvreté, en particulier, dans le « Document des Stratégies pour la Réduction de la Pauvreté (DSRP) » et le « Plan d’action de Madagascar » (MAP). Le Conseil National de Nutrition (CNN) avait également été créé et coordonnait la « Politique nationale de nutrition » (2005 – 2015).

Progrès

Amener les acteurs à travailler ensemble
76% 2017

Amener les acteurs à travailler ensemble

Mise en place des politiques
73% 2017

Mise en place des politiques

Mise en œuvre et harmonisation des programmes
75% 2017

Mise en œuvre et harmonisation des programmes

Mobilisation des ressources
63% 2017

Mobilisation des ressources

TOTAL
72% 2017

TOTAL

Situation nutritionnelle

49.2%

Retard de croissance des enfants de moins de cinq ans

16%

Faible poids à la naissance

41.9%

Allaitement exclusif des nourrissons de 0-5 mois

15.2%

Émaciation des enfants de moins de cinq ans

6.2%

Surpoids des enfants de moins de cinq ans

31.8%

Anémie des femmes entre 15-49 ans

6.8%

Diabète chez les adultes

22.8%

Surpoids chez les adultes

5.4%

Obésité chez les adultes

Objectifs stratégiques

L’Office national de nutrition (ONN), plateforme multisectorielle et multi-acteurs rattachée à la primature, est opérationnel aux niveaux national et régional et sa capacité institutionnelle a été analysée. La supervision de ses activités par le Conseil National de Nutrition, doit être renforcée. L’engagement du secteur ‘Eau, Assainissement et Hygiène’ (EAH), récemment acquis, a permis d’organiser une sensibilisation. La plateforme du secteur privé, Anjaramasoandro, et celle des chercheurs ‘Mikasa’ lancées en 2015, ont été officialisées en 2017, alors que le réseau des Nations Unies vient d’être lancé. La plateforme de la société civile (HINA), seule à être décentralisée, axe sa stratégie de plaidoyer sur l’augmentation des financements et le renforcement de la coordination/gouvernance et a lancé un site internet et des bulletins d’informations réguliers. Un réseau de champions regroupant artistes et athlètes et une réserve de journalistes sensibilisés à la nutrition ont été lancés.

Dernière mise à jour: Novembre 2017

2016
Depuis l’auto-évaluation de 2015, les membres de l’Office national pour la nutrition, la plateforme multiacteurs SUN, se sont rencontrés à deux reprises. La création des plateformes des réseaux SUN a été formalisée. D’une part, les plateformes du secteur privé et celle des chercheurs ont constitué un membre de bureau. La plateforme de la société civile (HINA), approuvée par arrêté Ministériel en juillet 2015, est aujourd’hui décentralisée dans 13 régions. Elle gère des microprojets dans la nutrition, participe de façon effective aux mécanismes nationaux de planification ainsi qu’à l’évaluation de la mise en œuvre du Plan National d’Action en Nutrition 2012-2015 (PNAN II) effectuée au mois de mars 2016.

Dernière mise à jour: Décembre 2016

2015
L’Office National de Nutrition a été créé par le Gouvernement Malagasy pour coordonner les interventions de lutte contre la malnutrition, il est rattaché à la Primature et à ses représentations, les Offices Régionaux de Nutrition, dans les 22 régions de Madagascar. Le Conseil national de la nutrition (CNN) est la plateforme multisectorielle et multi-acteurs pour la nutrition. Il est présidé par le Premier Ministre et est composé de plusieurs ministères et membres du parlement, des bailleurs et partenaires technico-financiers, des ONGs. Le CNN supervise l’Office national de nutrition (ONN). Chaque département ministériel rend compte à sa hiérarchie. Les plateformes de la société civile (HINA) et des Nations Unies sont opérationnelles. La plate-forme du secteur privé et de la recherche sont en train de valider leurs termes de référence.
Une table ronde du secteur de la nutrition a été organisée afin de réaffirmer l’engagement des donateurs et du gouvernement pour la nutrition.

Le gouvernement, les Nations Unies et la société civile participent de façon systématique aux réunions du cluster nutrition.

Un mapping des interventions et des intervenants a été réalisé et diffusé.

Dernière mise à jour: Octobre 2015

La législation protégeant la nutrition est disponible mais pas toujours respectée. La nutrition est proéminente dans divers secteurs tels que l’agriculture (programme sectoriel agriculture, élevage, pêche), la santé (politiques nationale de santé, de développement sectoriel et sanitaire), la protection sociale (politique nationale de protection sociale), l’éducation (plan sectoriel de l’éducation, politique nationale d’alimentation scolaire) et l’environnement (politique nationale de l’environnement). Des analyses relatives à l’intégration des autres secteurs, à savoir l’EAH, d’autres au niveau des autres ministères concernés, avec les parlementaires ; dans la politique nationale de nutrition (PNN) permettront prochainement d’actualiser ces documents.

Dernière mise à jour: Novembre 2017

2016
L’évaluation de la Politique Nationale de Nutrition et du PNAN II a des recommandations pour leur mise à jour. La nutrition est reconnue comme une priorité nationale avec son intégration dans diverses politiques et programmes (tels que la Politique générale de l’État 2014-2018 et le Plan National de Développement 2015-2019), dans les débats du Groupe de Dialogue Stratégique entre bailleurs et gouvernement, et dans les plans sectoriels qui seront présentés lors de la Conférence des Bailleurs et des Investisseurs prévue pour fin 2016.

Dernière mise à jour: Décembre 2016

2015
La Politique Nationale de Nutrition date de 2004 et a été déclinée en Plans National d’Actions pour la nutrition (PNAN I en 2004-2009 et PNAN II pour la période 2012-2015). Ces documents sont utilisés comme cadre de référence pour les acteurs.
La législation nationale en matière de fortification des aliments, d’iodation du sel et de protection de la maternité est en place. Cependant, le décret d’application du Code National sur les substituts du lait maternel n’est pas appliqué. La Nutrition est relativement bien intégrée dans les politiques sectorielles et en particulier dans le Plan Sectoriel d’Agriculture, d’Elevage et de Pêche PSAEP 2015-2025. Mais Madagascar a entamé un processus de rédaction et d’actualisation des directives sur l’intégration de la nutrition dans les politiques sectorielles afin d’en guider l’application.

Intégration de la nutrition dans le Plan National de Développement (PND 2015-2019) et son Plan de Mise en Œuvre (PMO).

Dernière mise à jour: Octobre 2015

Les communautés et les plateformes ont été associées à la revue du Plan National d’Alimentation et de Nutrition (PNAN) 2012-2015 et à la rédaction du PNAN 2017-2021 (PNAN III). Ce dernier, lancé en mai 2017 par le président de la république en présence du premier ministre, repose sur une analyse situationnelle et une cartographie des ONG qui ont été actualisées. Un plan de mise en œuvre budgétisé, assorti d’un cadre commun de résultats, sont en cours de développement. La société civile est associée au niveau régional aux groupes de suivi et évaluation, dont le système est fonctionnel mais doit être mis à l’échelle dans toutes les régions du pays.

Dernière mise à jour: Novembre 2017

2016
Le cadre commun de résultats fait partie intégrante du PNAN II. Tous les acteurs des secteurs reliés à la nutrition ont participé à l’évaluation de la mise en œuvre du PNAN II ainsi qu’à la mise à jour de la Politique Nationale de Nutrition. Tous ces secteurs sont fermement engagés pour l’intégration de la nutrition dans leurs plans sectoriels. Non seulement le système de suivi et d’évaluation est opérationnel mais la plateforme HINA participe activement aux activités du groupe régional de suivi et d’évaluation. Enfin, plusieurs études ont été réalisées : Les déterminants de la malnutrition ; Le Coût de la Faim ; L’analyse du coût de l’accès aux nutriments ou la cartographie des intervenants.

Dernière mise à jour: Décembre 2016

2015
Le PNAN II couvre la période 2012-2015 et est actuellement mis en œuvre. Il bénéficie d’un plan de mise en œuvre et d’un plan de suivi-évaluation élaboré de façon collégiale. Il prend en compte les plans sectoriels des ministères, des donateurs et des ONG.
Le PNAN II comprend cinq priorités stratégiques couvrant la prévention et la gestion de la malnutrition, l’amélioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle et l’efficacité de la coordination en matière de nutrition. L’approche des 1000 jours guide le PNAN II. Un processus d’évaluation du PNAN II est en cours.

Les groupes régionaux de suivi-évaluation (GRSE) sont aujourd’hui opérationnels et permettent de suivre la mise en œuvre du PNAN II.

Coordination des interventions des acteurs par l’ONN avec notamment la mise en place des villages de nutrition dans les 22 Régions.

Dernière mise à jour: Octobre 2015

La budgétisation du PNAN III est en cours. L’étude sur les allocations budgétaires dédiées à la nutrition entre 2012 et 2015 est utilisée par HINA pour influencer le budget 2019. Si les ressources internes de l’ONN ont été doublées ces dernières années, le Premier Ministre s’est engagé publiquement à augmenter le budget alloué à nutrition lors du lancement du PNAN III. En décembre 2016, la conférence des Bailleurs et des Investisseurs pour Madagascar tenue à Paris a emporté des engagements de financement pour la nutrition de la Banque Africaine de Développement, alors que l’étude sur le cout de la faim a révélé que la malnutrition coutait au pays, 14,5% de son produit intérieur brut.

Dernière mise à jour: Novembre 2017

2016
Le suivi budgétaire est soumis de façon trimestrielle au ministère des Finances. Un plan d’investissement a également été élaboré en partenariat avec UNICEF. Par ailleurs, la mobilisation de ressources est intégrée au plan stratégique de plaidoyer de la plateforme HINA. Néanmoins, malgré les inscriptions budgétaires du gouvernement pour la nutrition, le taux de régulation limite les décaissements et par la suite la réalisation des activités.

Dernière mise à jour: Décembre 2016

2015
Le PNAN II et le PMO sont budgétisés et inscrits au budget du Gouvernement. Les écarts de financement ont été estimés et ont révélé un financement de la nutrition bien au-dessous du niveau jugé nécessaire pour atteindre les objectifs du PNAN II. Ceci est dû à un manque d’informations sur les ressources disponibles auprès des différents intervenants et un déblocage des fonds alloués non assuré par l’Etat. Un canevas pour le suivi financier a été élaboré par l’ONN mais le retour de tous les acteurs n’est pas encore effectif. La nutrition à Madagascar a été incluse dans la loi des finances et est soutenue par une ligne budgétaire de l’État et le Programme d’investissement public (PIP).
Le plan de mise en œuvre (2015-2019) du PND a été budgétisé.

Intégration de la nutrition dans le 11ème FED (Fonds Européen pour le Développement).

Dernière mise à jour: Octobre 2015

Point focal SUN du gouvernement

Ambinintsoa Andriamboahangy Raveloharison
National Coordinator of the National Nutrition Office

Coordinateur des donateurs

  • À déterminer