Mozambique

Home / Pays SUN / Mozambique

Le 31 août 2011, la République du Mozambique a rejoint le Mouvement SUN avec une lettre d’engagement du Dr Nazira Carimo Vali Abdula, Vice-ministre de la Santé. Au moment de l’adhésion, le Mozambique avait déjà inclus la réduction de la malnutrition chronique dans les objectifs et les priorités du Plan quinquennal du Gouvernement (2010 – 2014) et le document de stratégie de réduction de la pauvreté (2011 – 2014) où la malnutrition chronique est identifiée comme un indicateur d’impact. Le Mozambique avait également adopté le « Plan d’action multisectoriel pour la réduction de la sous-nutrition chronique » qui est coordonné par le Secrétariat technique pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle (SETSAN) avec une approche multisectorielle coordonnée et un forum de partenaires de la nutrition qui coordonne le soutien au Gouvernement.

Progrès

Amener les acteurs à travailler ensemble
78% 2017

Amener les acteurs à travailler ensemble

Mise en place des politiques
69% 2017

Mise en place des politiques

Mise en œuvre et harmonisation des programmes
57% 2017

Mise en œuvre et harmonisation des programmes

Mobilisation des ressources
39% 2017

Mobilisation des ressources

TOTAL
61% 2017

TOTAL

Découvrez d’autres études de cas nationales

Situation nutritionnelle

43.1%

Retard de croissance des enfants de moins de cinq ans

16.9%

Faible poids à la naissance

41%

Allaitement exclusif des nourrissons de 0-5 mois

6.1%

Émaciation des enfants de moins de cinq ans

7.9%

Surpoids des enfants de moins de cinq ans

44.2%

Anémie des femmes entre 15-49 ans

7.8%

Diabète chez les adultes

21.8%

Surpoids chez les adultes

5.3%

Obésité chez les adultes

Objectifs stratégiques

La plateforme multisectorielle pour la nutrition, convoquée par le Groupe de travail technique du Programme de réduction de la sous-nutrition chronique 2010 – 2020 (GT-PAMRDC) par l’intermédiaire du Secrétariat technique pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle (SETSAN), a permis de renforcer les capacités des groupes techniques provinciaux consacrés à l’intégration de la nutrition dans les plans économiques des provinces et des districts. Le PAMRDC est désormais décentralisé dans les 11 provinces, mais mobiliser la participation de tous les secteurs au niveau des districts s’est avéré difficile. Deux provinces ont entamé ce processus. Une réunion de lancement du Réseau du secteur privé SUN et un atelier consultatif ont eu lieu avec la participation des parties prenantes du secteur privé, des donateurs, de la société civile, des Nations unies et du gouvernement. Des Réseaux de la société civile ont été mis sur pied dans quatre provinces.

Dernière mise à jour: Novembre 2017

2015
Le Secrétariat technique pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle (SETSAN) est l’organe de coordination de la nutrition. Il est placé sous la tutelle du ministère de l’Agriculture et la sécurité alimentaire. Le Groupe de travail technique du Plan d’action national multisectoriel de réduction de la sous-nutrition chronique (PAMRDC) est le mécanisme de coordination. Il est placé sous le SETSAN à travers lequel les ministères concernés sont engagés, y compris la Santé, l’Agriculture, le Genre, l’Enfance et l’action sociale et l’Éducation.
Les groupes techniques ont été créés au niveau provincial (8 provinces sur 11) et le reste sera approuvé sous peu.

Les réseaux de différents groupes de parties prenantes travaillent en étroite coordination avec le SETSAN. La Plateforme de la société civile (SCP) est coordonnée par l’Association pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle (ANSA) et Helen Keller International (HKI) avec les réseaux établis dans trois principales régions du pays. Le Forum conjoint pour la nutrition (NPF) est composé de donateurs et d’agences des Nations Unies (ONU). Il est présidé par l’Agence américaine pour le développement international (USAID) et co-présidé par Irish Aid. Le mécanisme REACH de l’ONU réunit des agences de l’ONU pour soutenir la mise en œuvre du PAMRDC. L’Alliance mondiale pour une meilleure nutrition et le Programme alimentaire mondial facilitent la mise en place d’un réseau du secteur privé.

En plus des réseaux, le Mozambique a identifié des champions de la nutrition représentant divers secteurs: La Première Dame, les Ministres de l’agriculture, de la sécurité alimentaire et de la santé, musiciens, chanteurs, chefs religieux et représentants de la société civile et du secteur privé.

Dernière mise à jour: Octobre 2015

Au cours de l’année écoulée, de nouveaux plans, stratégies et lois ont été approuvés, notamment : le Programme provincial de réduction de la sous-nutrition chronique ; une loi sur l’enrichissement des aliments, ainsi qu’une stratégie d’enrichissement des aliments ; une stratégie de communication pour le changement des comportements nutritionnels ; des plans sectoriels économiques et sociaux ayant des composantes nutritionnelles et un plan opérationnel pour le développement agraire. Les campagnes de plaidoyer de la société civile ont ciblé les responsables politiques, afin de stimuler chez eux un sentiment d’adhésion et la redevabilité, et d’amener la nutrition à être perçue comme un facteur clé pour le bienêtre, les revenus et le développement des enfants, des familles, des collectivités et du pays.

Dernière mise à jour: Novembre 2017

2015
Le plan d’action stratégique pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle (ESAN II) 2008 – 2015 est soumis au processus final d’évaluation et les résultats soutiendront la conception de l’ESAN III. Le PAMRDC national a subi l’examen à mi-parcours visant à accroître l’alignement des interventions. D’autres politiques contribuant à la nutrition comprennent le Plan national d’investissement pour le secteur agraire et le programme national d’alimentation scolaire.
Le plan quinquennal du gouvernement du Mozambique (2015-2019) (PQG) approuvé par le Parlement intègre des actions pour guider le gouvernement au cours de son mandat et comprend des domaines spécifiques d’action pour la nutrition. Ceux-ci sont entre autres, l’élargissement de l’accès aux services de santé afin de réduire la mortalité maternelle et infantile et le retard de croissance, les programmes d’éducation nutritionnelle, l’enrichissement des aliments et l’agriculture des cultures hautement nutritives.

Les plans contribuant à la nutrition en 2015 sont des plans sur l’agriculture, la santé, l’industrie et le commerce, la femme et les affaires sociales, la pêche, l’éducation, et l’économie.

Le plan de communication et de plaidoyer du PAMRDC a été adopté en 2014, avec le slogan « La nutrition est le développement, un engagement de tous ».

Le Code national de commercialisation des substituts du lait maternel est en place et un décret ministériel sur l’iodation du sel est approuvé depuis 2000. La législation sur l’enrichissement des aliments a été élaborée et est actuellement à l’étude et la législation de protection de la maternité couvre 8 semaines.

Dernière mise à jour: Octobre 2015

La mise en place de groupes de travail techniques provinciaux a abouti à la conception et à l’approbation de plans multisectoriels de nutrition au niveau des provinces, ceuxci venant compléter le plan national. Le rapport de l’évaluation annuelle des indicateurs de la mise en œuvre du PAMRDC a été soumis au Conseil des ministres. Cette année, l’évaluation a également été effectuée au niveau des provinces, de manière à informer les gouvernements provinciaux sur les progrès en la matière. Une délégation du Mozambique a participé au 4e Sommet africain Sankalp sur l’investissement, l’innovation et l’entrepreneuriat, à Nairobi. La délégation comprenait des membres du Secrétariat technique pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle et des représentants de diverses entreprises de produits alimentaires. La rencontre a souligné l’importance de travailler ensemble pour bâtir une communauté autour de la promotion de la nutrition.

Dernière mise à jour: Novembre 2017

2015
Le PAMRDC sert de cadre commun de résultats pour la nutrition et a été élaboré pour prendre en compte les politiques et stratégies adoptées dans le pays. Le cadre de suivi et d’évaluation de ce CCR a été révisé en 2014. Le PAMRDC a été mis en œuvre dans six des onze provinces du Mozambique. Un cadre d’évaluation des indicateurs existe pour évaluer annuellement, les progrès dans la mise en œuvre du PAMRDC. Les rapports sont soumis par le SETSAN au Conseil des Ministres et conduisent à des recommandations concrètes à mettre en œuvre par chaque secteur.
Les acteurs nationaux de nutrition sont alignés avec les priorités gouvernementales. Les membres de la SCP et le Réseau du secteur privé alignent leurs plans avec le PAMRDC.

Dernière mise à jour: Octobre 2015

Identifier les fonds alloués spécifiquement à la nutrition demeure très difficile. Seuls quelques secteurs sont actuellement en mesure de réaliser un suivi des montants alloués à la nutrition dans les budgets nationaux. La transparence et le suivi financier général se poursuivent, étant donné que les fonds sont acheminés par le biais du système de finances publiques (e-SISTAFE). Un plaidoyer permanent est réalisé pour une allocation des ressources à plus long terme, afin de pouvoir renforcer et élargir les activités nutritionnelles. Il est nécessaire d’améliorer l’affectation de ressources du Programme provincial de réduction de la sous-nutrition chronique.

Dernière mise à jour: Novembre 2017

2015
La plupart des actions de nutrition dans tous les secteurs sont financées par les budgets du secteur, mais le chiffrage de la nutrition reste un défi. Le PAMRDC a été chiffré en 2010, mais le SETSAN croit qu’il a la capacité d’intensifier les efforts en cours pour parvenir à des objectifs plus ambitieux dans le suivi financier et la mobilisation.
La transparence est activée par le fait que la plupart des fonds pour la nutrition, que ce soit du gouvernement ou des partenaires, sont acheminés par l’intermédiaire du système des finances publiques (e-SISTAFE). Cela permet une meilleure visualisation de l’endroit où les fonds sont alloués.

Un groupe multi-acteurs a été établi pour la planification et la budgétisation de la sécurité alimentaire et nutritionnelle au niveau central (GT-POSAN). Ce groupe est dirigé par le SETSAN avec le soutien du ministère de l’Économie et des Finances. Les travaux se poursuivent pour identifier la disponibilité à long terme du financement externe et assurer la disponibilité des financements nationaux au sein de chaque secteur afin de soutenir le renforcement des interventions nutritionnelles.

Dernière mise à jour: Octobre 2015

Point focal SUN du gouvernement

Edna POSSOLO
Executive Secretary, SETSAN – Technical Secretariat for Food and Nutrition Security, Ministry of Agriculture

Coordinateur des donateurs

  • UNICEF
  • Agence danoise du développement international (DANIDA)