Niger

Home / Pays SUN / Niger

Le 14 février 2011, la République du Niger a rejoint le Mouvement SUN avec une lettre d’engagement du ministre de la Santé publique. À cette date, le Niger finalisait son programme «3N» (les Nigériens nourrissent les Nigériens) allant de 2012 à 2015. C’était un programme multi-sectoriel reliant différentes initiatives dans un cadre commun visant à renforcer le secteur agricole tout en renforçant lescapacités d’adaptation à la crise alimentaire et en améliorant l’état nutritionnel. Le programme des 3N était supervisé par un Haut-commissaire et était doté d’un mécanisme de gouvernance aux niveaux municipal et national.

Progrès

Amener les acteurs à travailler ensemble
54% 2017

Amener les acteurs à travailler ensemble

Mise en place des politiques
52% 2017

Mise en place des politiques

Mise en œuvre et harmonisation des programmes
35% 2017

Mise en œuvre et harmonisation des programmes

Mobilisation des ressources
44% 2017

Mobilisation des ressources

TOTAL
46% 2017

TOTAL

Lisez d’autre articles sur le sujet
Découvrez d’autres études de cas nationales

Situation nutritionnelle

43%

Retard de croissance des enfants de moins de cinq ans

27%

Faible poids à la naissance

23.3%

Allaitement exclusif des nourrissons de 0-5 mois

18.7%

Émaciation des enfants de moins de cinq ans

3%

Surpoids des enfants de moins de cinq ans

46.7%

Anémie des femmes entre 15-49 ans

7.5%

Diabète chez les adultes

19.4%

Surpoids chez les adultes

4.3%

Obésité chez les adultes

Objectifs stratégiques

L’initiative 3N « Les Nigériens nourrissent les Nigériens », sous l’égide d’un Haut-commissariat rattaché à la présidence, s’est vue dotée de comités multisectoriels de pilotage stratégiques, dont un est consacré à la nutrition. Une analyse institutionnelle des « 3N » a été réalisée en 2017 afin d’identifier les réformes nécessaires pour dynamiser le groupe « sécurité alimentaire et nutritionnelle » alors que le futur cadre de suivi du plan opérationnel de nutrition permettra de rendre compte des résultats de la plateforme et des engagements de tous. Aux niveaux décentralisés, huit comités techniques régionaux coordonnent les interventions nutritionnelles et 35 conseils communaux ont été formés au diagnostic et à la planification nutritionnelle. Enfin, les réseaux des universitaires, de la société civile, du secteur privé, des Nations unies, et des parlementaires ont désigné leurs points focaux mais doivent améliorer leur fonctionnement.

Dernière mise à jour: Novembre 2017

2015
Le Comité multisectoriel et multi-acteurs du Programme stratégique de nutrition (MCSP 4) présidé par le Ministre de la Santé Publique est la plateforme Mouvement SUN, placée sous la direction du Comité interministériel d’orientation de l’Initiative 3N (Les Nigériens nourrissent les Nigériens), présidé par le Président de la République. Le MCSP 4 est appuyé par un secrétariat. Ces mécanismes de coordination sont décentralisés jusqu’aux niveaux régional et local.
Des progrès ont été réalisés avec la mise en place du comité de pilotage de l’initiative 3N. Au cours de la réunion des directives ont été élaborées afin d’intégrer des activités de nutrition à d’autres secteurs.

Des activités de plaidoyer ont été menées par le collectif Tous Unis en faveur de la Nutrition (TUN): atelier et réunions de plaidoyer, afin de mettre à l’échelle la nutrition.

Un réseau des femmes journalistes a été mis en place.

L’initiative REACH participe à l’animation du réseau des Nations Unies et la formation de tous les acteurs quant à leurs rôles et responsabilités dans le renforcement de la nutrition. La société civile est organisée au sein d’une plate-forme multisectorielle.

Il n’existe pas de réseau des secteurs privés spécialisés en nutrition mais le processus d’élaboration est en cours. Cependant ces secteurs sont organisés entre eux et au sein de la Chambre de Commerce et d’Industrie et le secteur privé s’est engagé avec l’Alliance pour l’enrichissement des aliments.

Un réseau de parlementaires pour la nutrition et la sécurité alimentaire a été mis en place

Il existe un réseau des entités de recherche et académique qui regroupe tous les chercheurs et enseignants en nutrition. Il est doté d’un représentant au sein de la plateforme SUN. Les TDR de ce réseau sont en cours d’élaboration ainsi que la mise en place d’un cadre de coopération formelle entre scientifiques et professionnels de la nutrition.

L’Union Européenne est le coordinateur des donateurs désigné.

Dernière mise à jour: Octobre 2015

L’élaboration de la Politique nationale de sécurité nutritionnelle (PNSN) et de son plan d’action, en cours de finalisation sous l’égide d’un secrétariat et de groupes de travail sectoriels spécialisés, a été inclusive et participative. Une stratégie de communication et un plan de plaidoyer sont prévus dans la PNSN et un premier jet a été élaboré par REACH. L’adoption des lignes directrices pour la commercialisation des substituts du lait maternel, existantes, est également prévue par la PNSN. Le renforcement de la législation sur la fortification alimentaire est en cours. Enfin, si la nutrition est intégrée au Plan de développement économique et social 2017-2021 et au plan d’action 2016-2020 du développement rural, il est reconnu qu’elle ne l’est pas encore de manière systématique dans les autres politiques et stratégies sectorielles clés.

Dernière mise à jour: Novembre 2017

2016
La politique nationale de sécurité nutritionelle (PNSN) incluant une vision multisectorielle est en cours d’élaboration. Elle sera assortie d’un plan multisectoriel budgétisé.
Des politiques actualisées sont en vigueur dans les secteurs clés. Le décret sur la réglementation de la commercialisation des substituts du lait maternel a été révisé.

Un accord entre quatre ministères fixant la production, la commercialisation et l’importation du sel dans le cadre de l’iodation du sel a été adopté par le gouvernement. Sensibilisation des régions et diffusion de cet arrêté (visant à la fois consommateurs et producteurs).

Une stratégie de mobilisation sociale, de plaidoyer et de communication (SMAC) a été élaborée et harmonisée avec le plan national de nutrition.

Dernière mise à jour: Octobre 2015

Le plan d’action multisectoriel national de la PNSN est transcrit en un plan opérationnel qui intègre un cadre commun de résultats. Ces documents, quasiment finalisés, sont structurés autour de huit axes traitant de la santé, l’agriculture, la protection sociale, l’éducation, l’eau, l’hygiène et l’assainissement, la communication et la gouvernance. L’adoption de l’approche des « Communes de convergence » a favorisé la convergence géographique, programmatique et opérationnelle des interventions, ce qui a permis de déceler les besoins en renforcement de capacités et en financements gouvernementaux. Ainsi, le plan opérationnel prévoit d’évaluer les capacités des ressources humaines et d’y répondre en opérant une réforme institutionnelle. Enfin, l’installation d’une plateforme nationale d’information sur la nutrition a démarré cette année et devrait s’achever en 2018.

Dernière mise à jour: Novembre 2017

2015
Le plan multisectoriel d’application de la Politique Nationale de Sécurité Nutritionelle sera finalisé et adopté.
La feuille de route pour l’alignement des secteurs, l’approche des ‘communes de convergence’ qui prône une approche intégrée de réduction de la vulnérabilité des populations d’une même zone ont montré des résultats probants en matière d’alignement et de cohérence des actions menées par les acteurs. Le Niger poursuit la mise en œuvre de l’Initiative 3N à travers son plan d’action pour la période 2012-2015 qui comprend différents programmes visant à renforcer le secteur agricole tout en favorisant également la résilience aux crises alimentaires et l’amélioration de la situation nutritionnelle de la population.

La supervision des activités sur le terrain s’effectue à tous les niveaux. Les outils de suivi sont disponibles et un système de suivi des résultats est en place. REACH aide le gouvernement à collecter des données et à effectuer le suivi et l’évaluation.

Dernière mise à jour: Octobre 2015

L’estimation des coûts des interventions spécifiques du plan opérationnel est achevée ; elle est en cours pour les interventions sensibles. Le Comité interministériel d’orientation des 3N assure le suivi des financements pour la nutrition mais aucune analyse sur la durabilité, les déficits existants ou l’efficacité n’est réalisée. Depuis 2016, le financement national et étranger pour le traitement des malnutritions a été réduit au profit des urgences. Le plan opérationnel sera assorti d’une « analyse de rentabilité », en cours de réalisation, qui devrait inciter les partenaires et le gouvernement à allouer plus de fonds et à décaisser efficacement. Une projection financière pluriannuelle est même envisagée.

Dernière mise à jour: Novembre 2017

2015
Une fois finalisé, le plan stratégique multisectoriel devra être chiffré, le montant des engagements de l’état déterminé, en parallèle d’une mobilisation des fonds. Il est prévu qu’une commission de suivi des engagements pour la nutrition soit mise en place.
Le gouvernement a mis en place une ligne budgétaire pour l’achat des intrants thérapeutiques en 2012 et une ligne pour appuyer la supplémentation des enfants de 6 à 59 mois en vitamine A et déparasitage en 2014. La première ligne est passée de 500 millions de FCFA en 2013 à 537 millions de FCFA en 2014.

Dernière mise à jour: Octobre 2015

Point focal SUN du gouvernement

Dr. Nassirou Ousmane
Directeur de la nutrition au Ministère de la santé

Coordinateur des donateurs

  • Union européenne