Philippines

Home / Pays SUN / Philippines

Le 5 mars 2014, la République des Philippines a rejoint le Mouvement SUN par une lettre d’engagement d’Enrique T. Ona, le Secrétaire à la Santé et président du conseil d’administration du Conseil national de la nutrition. À cette époque, les Philippines avaient déjà créé un Conseil national de la nutrition qui a été restructuré par la loi et qui associait divers ministères. Le Conseil a œuvré pour la réalisation du Plan d’action des philippines pour la nutrition (2011-2016). Ce plan incluait des approches spécifiques à la nutrition et des actions contribuant à la nutrition s’attaquant aux causes sous-jacentes de la sous-nutrition. Les Philippines concentraient également leurs efforts, en permanence, sur la couverture et l’efficacité des programmes de nutrition, y compris en cas d’urgence et de catastrophes.

Progrès

Amener les acteurs à travailler ensemble
83% 2017

Amener les acteurs à travailler ensemble

Mise en place des politiques
70% 2017

Mise en place des politiques

Mise en œuvre et harmonisation des programmes
67% 2017

Mise en œuvre et harmonisation des programmes

Mobilisation des ressources
43% 2017

Mobilisation des ressources

TOTAL
66% 2017

TOTAL

Lisez d’autre articles sur le sujet
Découvrez d’autres études de cas nationales

Situation nutritionnelle

30.3%

Retard de croissance des enfants de moins de cinq ans

21%

Faible poids à la naissance

34%

Allaitement exclusif des nourrissons de 0-5 mois

7.9%

Émaciation des enfants de moins de cinq ans

5%

Surpoids des enfants de moins de cinq ans

25.4%

Anémie des femmes entre 15-49 ans

7.3%

Diabète chez les adultes

23.6%

Surpoids chez les adultes

5.1%

Obésité chez les adultes

Objectifs stratégiques

Le Comité de direction du Conseil national de la nutrition et son Comité technique constituent la plateforme multi-acteurs et multisectorielle et la structure de coordination des Philippines en matière de nutrition, conformément à la Loi sur la réorganisation de 1987.Le Président a nommé deux représentants du secteur privé au Comité de direction du Conseil national de nutrition pour encourager la participation du secteur privé. Par ailleurs, l’Alliance de la société civile SUN a été officiellement organisée en 2017. Le processus de planification et d’approbation du Plan d’action philippin pour la nutrition (PPAN) 2017 – 2022 a permis d’harmoniser les secteurs et les parties prenantes. Le PPAN vise à contribuer à la vision à long terme du pays intitulée « AmBisyon 2040 ».

Dernière mise à jour: Novembre 2017

2016
Le Comité de direction du Conseil national de la nutrition et son Comité technique (conformément à l’ordonnance no  234 de 1986), coordonné par la Coalition des agents de plaidoyer pour la sécurité nutritionnelle, sont considérés comme la structure de coordination multisectorielle et multi-acteurs. Ses membres comprennent des organismes gouvernementaux pertinents, une coalition d’organisations non gouvernementales et le milieu universitaire. Le Conseil des doyens et les responsables des écoles offrant des cours de nutrition et de diététique représentent le milieu universitaire. Le Secrétariat du Conseil national de la nutrition est le point focal national du Mouvement SUN.

Dernière mise à jour: Décembre 2016


2015

La République des Philippines continue de rassembler les acteurs autour d’une vision partagée en vue de faire face à la fois à la sous-nutrition et à la surnutrition dans le pays. Le Conseil national de la nutrition (NNC) est l’organe de prise de décision politique et de coordination de plus haut niveau pour la nutrition. Il est composé d’un Conseil d’administration du NNC et du Secrétariat du NNC. Le Conseil d’administration du NNC est présidé par le ministère de la Santé, et co-présidé par les ministères de l’Agriculture et de l’Intérieur et des collectivités locales. Le Secrétariat du NNC sert de bras exécutif du Conseil d’administration du NNC. Le NNC est appuyé par un comité technique du NNC, qui est composé de représentants techniques des secteurs de la santé et de l’agriculture, du gouvernement local, du milieu universitaire et des organisations de la Société civile. Les groupes de travail techniques ont été organisés pour se pencher sur des préoccupations spécifiques. Les domaines prioritaires comprennent l’iodation du sel, l’enrichissement obligatoire des aliments, la nutrition dans les situations d’urgence, le suivi de la nutrition et le Cadre intégré de classification de la phase de la sécurité alimentaire.
Un comité de gestion du programme pour les sous-résultats de la sécurité alimentaire et nutritionnelle, au titre du Plan-cadre des Nations Unies pour l’aide au développement (ONU), est coorganisé par le Secrétariat du NNC et le Programme alimentaire mondial. Il comprend des organismes gouvernementaux et des Nations Unies. Un groupe de travail sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle placé sous les auspices du Forum de développement des Philippines (PDF) est co-organisé par le Secrétariat du NNC et l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture. Le PDF est le principal mécanisme du gouvernement pour faciliter le dialogue politique de fond entre les parties prenantes.

Les organisations non-gouvernementales des Philippines ont formé la Coalition philippine des défenseurs pour la sécurité de la nutrition. Cette coalition est représentée dans la structure formelle du gouvernement chargée de la formulation et la coordination des politiques.

Au niveau local, les comités locaux interinstitutionnels de nutrition sont présidés par des chefs exécutifs élus. Ces comités, fournissent le mécanisme d’action multi-sectorielle pour résoudre les problèmes locaux de nutrition. Une plus grande décentralisation existe au niveau du village ou barangay avec les travailleurs bénévoles de la nutrition communautaires appelés Barangay Nutrition Scholars. Ces chercheurs identifient les familles avec des enfants souffrant de malnutrition (sur- et sousalimentés à la fois) par des activités régulières de surveillance de la croissance, et aident à la mise en œuvre des interventions en faveur de la nutrition et des interventions connexes.

Dernière mise à jour: Octobre 2015

Le Plan national d’action pour la nutrition poursuit une stratégie d’adoption de politiques sur deux niveaux : par l’adoption de lois d’une part, et par l’émission de textes administratifs, tels que des décrets, des ordonnances ou des circulaires administratives, d’autre part. Les projets de loi prioritaires qui seront élaborés très prochainement portent sur la protection des enfants contre la commercialisation des aliments et boissons néfastes pour la santé, sur l’amendement du Décret présidentiel 1569 concernant le « Programme pour un spécialiste de nutrition par barangay », sur l’institutionnalisation des « 1000 premiers jours les plus décisifs » et sur l’élaboration d’une loi imposant une taxe sur la valeur ajoutée de 10 % sur les boissons gazeuses. Une prolongation du congé de maternité est à l’étude au Congrès. La stratégie nationale de plaidoyer et de communication sera achevée pour la fin de l’année 2017.

Dernière mise à jour: Novembre 2017

2016
La Coalition des agents de plaidoyer pour la sécurité nutritionnelle organise régulièrement des réunions de la plateforme multi-acteurs sur les politiques existantes. Dans le secteur public, l’examen des politiques se fait par le biais d’examens de programmes, de réunions de comités techniques et du groupe ministériel sur le développement humain et la réduction de la pauvreté, qui examine les politiques et les lacunes existantes. Le congé de maternité a été prolongé et le fonctionnement des cantines scolaires étendu à 200 jours.

Dernière mise à jour: Décembre 2016

2015

Le Plan d’action philippin pour la nutrition (2011- 2016) (PPAN) fournit le cadre général pour aborder les problèmes nutritionnels dans le pays. Le plan couvre à la fois les composants contribuant à la nutrition et spécifiques à la nutrition pour atteindre les objectifs fixés pendant la période du plan. Il souligne également l’importance de se concentrer sur les 1000 jours les plus décisifs de la vie de l’enfant. Un examen à mi-parcours du plan a identifié la nécessité de:

  1. renforcer la mobilisation des unités locales du gouvernement;
  2. exposer clairement les contributions spécifiques des secteurs clés pour l’amélioration de la nutrition; et
  3. intensifier et systématiser la promotion d’une alimentation complémentaire, la prise en charge de la malnutrition aiguë, la communication et le plaidoyer pour un changement de comportement.

Le ministère de la Santé a commencé à élaborer son plan stratégique pour la nutrition (2015-2025) en vue d’assurer une action stratégique coordonnée entre ses différents programmes et ses unités opérationnelles.

Au niveau local, les comités locaux de nutrition formulent des plans d’action triennaux pour la nutrition en tant que composante du plan de développement local.

Dernière mise à jour: Octobre 2015

Le Comité de direction du Conseil national de la nutrition a approuvé en février 2017 le Plan d’action philippin pour la nutrition 2017 – 2022. Il a également approuvé un projet d’ordonnance portant sur la mise en œuvre du PPAN, qui doit encore recevoir l’aval du Président. Des structures décentralisées ont été créées aux Philippines par l’intermédiaire de comités locaux de nutrition qui définissent et mettent en œuvre également leurs plans d’action nutritionnels respectifs. Le cadre de suivi et d’évaluation du PPAN est en cours d’élaboration.

Dernière mise à jour: Novembre 2017

2016
Il est nécessaire de renforcer le rôle du Conseil national de la nutrition afin qu’il puisse mieux coordonner les programmes de nutrition, faire pression en faveur des interventions en matière de nutrition et veiller à la redevabilité des différents organismes lorsque les cibles ne sont pas atteintes. Le manque de disponibilité ou de pertinence des politiques et autres ressources est perçu comme une contrainte majeure. L’appui des unités d’administrations locales peut être encore renforcé. Tous les résultats de recherche et développement ne sont pas traduits en politiques. L’absence d’un système centralisé d’information pour suivre les progrès reste un défi.

Dernière mise à jour: Décembre 2016

2015

Un cadre de résultats pour le PPAN a été rédigé, les secteurs concernés ont été consultés et ce cadre attend l’approbation officielle. Le cadre précise les mesures clés, y compris les activités et les objectifs de production qui devraient être entrepris par chaque secteur, conformément aux priorités du PPAN. En outre, un cadre de suivi et évaluation a été élaboré pour soutenir le PPAN.
Au niveau local, un système de suivi et évaluation des plans de nutrition a été institutionnalisé. L’évaluation porte sur les aspects de l’efficacité (la mesure dans laquelle les objectifs physiques ont été atteints) et de l’efficience (en termes de changements de l’état nutritionnel de l’enfant). Le système a la capacité de reconnaître les unités locales du gouvernement qui montrent une performance exemplaire dans la gestion de programme de nutrition. Cela a permis le développement d’un système de récompenses qui est devenu une source d’inspiration pour les unités locales du gouvernement pour leur permettre également d’améliorer leurs programmes de nutrition respectifs.

Dernière mise à jour: Octobre 2015

Les chiffrages sont disponibles uniquement pour les interventions axées sur l’offre, et ils sont fondés sur l’estimation des besoins totaux. Certains organismes reçoivent des allocations budgétaires conformément aux prévisions de leurs programmes respectifs. Une stratégie de mobilisation de ressources est en cours d’élaboration : elle prévoit le renforcement des besoins du PPAN 2017 – 2022.Les interventions spécifiques à la nutrition et celles qui y contribuent sont recensées dans le cadre du PPAN. Ce dernier peut permettre de catégoriser les allocations et les budgets des institutions, lesquels doivent être déterminés par la Loi générale sur les affectations budgétaires (General Appropriations Act).De même, les partenaires de développement des Nations unies s’engagent à mobiliser des ressources en alignant les plans de développement de leurs pays respectifs sur les priorités énoncées dans le PPAN.

Dernière mise à jour: Novembre 2017

2016
Un suivi des investissements a été effectué par le Conseil national de la nutrition en coopération avec l’Autorité nationale pour le développement économique (NEDA, d’après ses sigles en anglais), le Département du budget et de la gestion, le Département de la santé et l’UNICEF. Il est toutefois nécessaire de clarifier davantage les audits sociaux. L’aide publique au développement pour la nutrition est suivie par la NEDA, estimée à environ 21,3 millions de dollars USD, tandis que le gouvernement reste la principale source de financement pour les programmes de nutrition.

Dernière mise à jour: Décembre 2016

2015

L’inexistence du suivi des investissements financiers du PPAN est une lacune qui doit être comblée. Néanmoins, la mobilisation des ressources pour la nutrition est une action continue qui puise dans les ressources des gouvernements nationaux et locaux, des organisations non gouvernementales et des organismes compétents des Nations Unies. Les investissements « clairement définis » pour la nutrition sont bien mis en exergue dans les budgets nationaux du NNC, des ministères de la Santé, de l’Éducation, des Sciences et des Technologies, de la Protection sociale et du Développement et des unités locales du gouvernement. L’alignement de ces investissements avec le PPAN est une priorité pour les Philippines.
Dernière mise à jour: Octobre 2015

Point focal SUN du gouvernement

À déterminer

Coordinateur des donateurs

  • TBC