Sri Lanka

Home / Pays SUN / Sri Lanka

Le 4 octobre 2012, la République socialiste démocratique de Sri Lanka a rejoint le Mouvement SUN avec une lettre d’engagement de Lalith Weeratunga, Secrétaire du Président. À cette date, le Sri Lanka avait en place un Conseil interministériel national de nutrition et un Comité directeur national multisectoriel pour la nutrition. La nutrition était également l’une des priorités clés du plan de développement « Mahinda Chintana » du Gouvernement. En plus, un secrétariat national de la nutrition était en place au Secrétariat présidentiel pour fournir un appui technique et de coordination en collaboration avec l’UNICEF.

Progrès

Amener les acteurs à travailler ensemble
80% 2016

Amener les acteurs à travailler ensemble

Mise en place des politiques
88% 2016

Mise en place des politiques

Mise en œuvre et harmonisation des programmes
91% 2016

Mise en œuvre et harmonisation des programmes

Mobilisation des ressources
100% 2016

Mobilisation des ressources

TOTAL
90% 2016

TOTAL

Découvrez d’autres études de cas nationales

Situation nutritionnelle

14.7%

Retard de croissance des enfants de moins de cinq ans

18.1%

Faible poids à la naissance

75.8%

Allaitement exclusif des nourrissons de 0-5 mois

21.4%

Émaciation des enfants de moins de cinq ans

0.6%

Surpoids des enfants de moins de cinq ans

25.7%

Anémie des femmes entre 15-49 ans

7.9%

Diabète chez les adultes

25.2%

Surpoids chez les adultes

6.5%

Obésité chez les adultes

Objectifs stratégiques

Le Conseil national de nutrition de haut niveau du Sri Lanka, présidé par le Président, réunit 14  ministres
de tutelle, des ministres en chef des provinces et des députés de tous les partis. L’organe de mise en œuvre du Conseil national de nutrition de haut niveau du Sri Lanka est le Comité directeur national de la nutrition et est répliqué au niveau infranational, en l’occurrence au niveau provincial, de district et de département, et coordonne les secrétaires des ministères, les secrétaires des provinces, Les représentants de la société civile et les partenaires au développement, notamment les agences des Nations Unies.

Dernière mise à jour: Décembre 2016

2015

Le Conseil national de la nutrition (NNC) du Sri Lanka est présidé par le Président et le secrétaire adjoint du Secrétariat présidentiel est le Point focal du gouvernement désigné auprès du Mouvement SUN. Le Comité directeur national sur la nutrition est l’organe de mise en œuvre du NNC qui regroupe 17 ministères (notamment de la Planification, de l’Agriculture, de la Pêche, de l’Élevage, de la Santé, des Affaires féminines et de l’autonomisation des femmes, de l’Éducation, des Services sociaux, de la Réduction de la pauvreté, et du Commerce et de l’Industrie), en étroite collaboration avec la Société civile, les organisations non gouvernementales et est soutenu par des agences des Nations Unies (NU).
Les agences de l’ONU (et la Banque mondiale), soutiennent le gouvernement du Sri Lanka pour atteindre une meilleure sécurité alimentaire et nutritionnelle. Le Forum du peuple pour le renforcement de la nutrition est l’Alliance de la société civile mise en place, qui soutient l’exécution des actions au niveau de la base avec Save the Children en tant que principal partenaire d’exécution. Récemment, un forum de sensibilisation des médias a été mené en faveur des parties prenantes de l’industrie des médias; y compris les rédacteurs, journalistes, directeurs de programmes, présentateurs de télévision et de radio et discuter de l’éthique des médias dans les campagnes de publicité et de sensibilisation sur la nutrition.

Dernière mise à jour: Octobre 2015

La Politique nationale de nutrition 2010  –  2018, complétée par un plan stratégique (2009) vise à assurer une nutrition optimale tout au long du cycle de vie en renforçant la capacité de prestation des interventions, de plaidoyer et de création de partenariats. La Politique nationale de nutrition 2010 – 2018 est, actuellement en cours de révision à travers une consultation multi-acteurs. La nutrition est également intégrée dans les politiques sectorielles, notamment l’agriculture, l’élevage, les maladies non transmissibles, le développement des services de garde à l’enfance et les lignes directrices sur les cantines scolaires.

Dernière mise à jour: Décembre 2016

2015

La Politique nationale de nutrition (NNP) de 2010 à 2018 fournit une plate-forme pour la coordination inter-sectorielle afin d’accélérer les efforts pour parvenir à une nutrition optimale pour tous. La NNP est liée à un plan national stratégique viable de nutrition (2009) qui identifie les interventions liées à la santé et celles qui ne sont pas liées à la santé, visant à améliorer l’état nutritionnel.
Un comité multi-acteurs d’examen de la NNP a été établi et une réunion organisée pour finaliser les Termes de Référence (TDR). Les Termes de Référence décrivent le rôle de la commission d’évaluer de façon critique la NNP et de garantir qu’elle est alignée avec les objectifs 2025 de l’Assemblée mondiale de la santé et les Objectifs de développement durable (ODD), avec des mécanismes renforcés de mise en œuvre.

La nutrition est également intégrée dans les politiques sectorielles, notamment:

  • Politique agricole nationale
  • La Politique et les stratégies nationales de développement de l’élevage
  • La Politique de cantine scolaire
  • La Politique des maladies chroniques non transmissible
  • La Politique de développement des soins de la petite enfance

Des projets de plans d’action de plaidoyer pour les organisations de la société civile sont en cours d’élaboration sur les thèmes spécifiques de la sécurité alimentaire et de la communication pour une meilleure nutrition. La législation nationale couvre la loi sur l’alimentation, l’iodation du sel, l’étiquetage des aliments, la publicité alimentaire, la protection des consommateurs et le Code international de commercialisation des substituts du lait maternel. Le congé de maternité dure 6 mois payés dans le Secteur public et 3 mois dans le Secteur privé.

Dernière mise à jour: Octobre 2015

La mise en œuvre du Plan d’action multisectoriel pour la nutrition (MsAPN) est coordonnée par le Secrétariat national de la nutrition à travers les ministères de tutelle et la structure administrative du gouvernement au niveau infranational (provinces, districts, départements et villages). Des plans de travail détaillés accompagnés d’orientations pour la mise en œuvre sont disponibles et des rapports d’étape trimestriels sont envoyés par les secrétariats des districts et des départements au secrétariat national de la nutrition. Un système d’information sur internet, permettant de recenser les ménages à risque nutritionnel, permet l’évaluation de la performance.

Dernière mise à jour: Décembre 2016

2015

Le plan d’action multisectoriel sur la nutrition (MsAPN) est le Cadre commun des résultats (CCR) qui fixe des objectifs et des étapes pour réduire la prévalence de la sous-nutrition, de l’anémie et du retard de croissance parmi les groupes clés de la population, ainsi que pour améliorer la sécurité alimentaire et fournir l’accès à l’eau potable, l’assainissement et l’hygiène pour les ménages à risque. Le MsAPN a été convenu d’un commun accord par les 17 ministères et partenaires nationaux. Actuellement, le MsAPN est en cours d’examen par les experts pour éviter la dilution, favoriser et améliorer la hiérarchisation des activités permanentes liées à la nutrition à l’échelle nationale, provinciale, départementale et des districts. L’environnement institutionnel national multisectoriel se reflète également au niveau provincial dans deux provinces ; son extension à toutes les neuf provinces est attendue. Une cellule de suivi permettra de suivre la mise en œuvre globale basée sur le cadre axé sur les résultats de l’Organisation mondiale de la Santé, et a fait l’objet d’un consensus par les ministères pour faciliter l’analyse conjointe des informations recueillies. Une note d’orientation de suivi a également été élaborée pour être utilisée au niveau de district et une base de données a été créée pour suivre les activités.
Dernière mise à jour: Octobre 2015

Plus de 95% des allocations destinées aux programmes de nutrition proviennent des finances publiques. Le budget national a introduit une ligne budgétaire distincte consacrée à la nutrition approuvée par le Parlement. Au total, 100  millions de roupies sri-lankaises (LKR) (environ 0,7  million de dollars USD) ont été allouées pour l’exercice budgétaire 2015  –  2016. Les organismes des Nations Unies concourent à réduire les déficits de financements et les organisations de la société civile suivent les progrès et affectent les ressources à tous
les programmes en cours.

Dernière mise à jour: Décembre 2016

2015

Le MsAPN a été partiellement chiffré. Les interventions spécifiques à la nutrition de ce plan sont en cours de chiffrage avec le soutien de la Banque mondiale par le biais de l’outil One Health. Le financement est assuré par différentes sources, y compris le gouvernement et les donateurs. Une ligne budgétaire spécifique pour la nutrition a été ouverte au sein du ministère de la Santé et les financements ont été alloués par le Trésor. Afin de mettre en œuvre le MsAPN, chaque ministère a été chargé par le Trésor de créer une ligne budgétaire distincte pour la nutrition, à travers une mise en commun des ressources (partenariats public-privé, allocations de fonds provinciaux).
Dernière mise à jour: Octobre 2015

Point focal SUN du gouvernement

« Je suis impatiente de conduire mon pays vers une nation nourrie avec l'engagement national et l'appui international, dans ma nouvelle nomination en tant que Point focal de gouvernement SUN pour le Sri Lanka ».

M. Kingsley Fernando
Secrétaire adjoint, Secrétariat présidentiel du Sri Lanka

Coordinateur des donateurs

  • TBC