Tadjikistan

Home / Pays SUN / Tadjikistan

Le 5 septembre 2013, la République du Tadjikistan a rejoint le Mouvement SUN avec une lettre d’engagement de Nusratullo Salimov, ministre de la Santé. À cette date, le Tadjikistan avait mis au point un certain nombre de lois et adopté des documents stratégiques pour améliorer la santé, la nutrition et la sécurité alimentaire depuis son indépendance. Le Tadjikistan avait également créé le Conseil de sécurité alimentaire de la République du Tadjikistan (FSCT) pour coordonner la prise de décision stratégique concernant la sécurité alimentaire du pays.

Progrès

Amener les acteurs à travailler ensemble
58% 2017

Amener les acteurs à travailler ensemble

Mise en place des politiques
58% 2017

Mise en place des politiques

Mise en œuvre et harmonisation des programmes
32% 2017

Mise en œuvre et harmonisation des programmes

Mobilisation des ressources
16% 2017

Mobilisation des ressources

TOTAL
41% 2017

TOTAL

Découvrez d’autres études de cas nationales

Situation nutritionnelle

26.8%

Retard de croissance des enfants de moins de cinq ans

10%

Faible poids à la naissance

34.3%

Allaitement exclusif des nourrissons de 0-5 mois

9.9%

Émaciation des enfants de moins de cinq ans

6.6%

Surpoids des enfants de moins de cinq ans

24.6%

Anémie des femmes entre 15-49 ans

12.1%

Diabète chez les adultes

44.9%

Surpoids chez les adultes

13.6%

Obésité chez les adultes

Objectifs stratégiques

Au cours de la période 2016-2017, le gouvernement du Tadjikistan a modifié le mandat et les conditions d’adhésion de la plateforme multi-acteurs et des groupes de travail techniques. Ces changements comprennent notamment l’ajout de secteurs et de parties prenantes importants ainsi qu’une séparation entre les fonctions de la plateforme multi-acteurs SUN et le programme d’alimentation scolaire. En juillet 2017, le 2e Forum national de la nutrition a réuni plus d’une centaine de partenaires et de praticiens nationaux et internationaux, représentant des parties prenantes du gouvernement, des instituts de recherche, des donateurs, des agences des Nations unies et la société civile.

Dernière mise à jour: Novembre 2017

2016
En 2015 – 2016, le ministère de la Santé et de la protection sociale a continué de rassembler des parties prenantes multisectorielles. D’autres ministères, tels que les ministères des Finances, du Développement économique et du Commerce et de l’Éducation, ont fait preuve de mobilisation accrue. L’UNICEF et l’USAID ont aidé le gouvernement à rendre la plateforme opérationnelle. Le Conseil de coordination des donateurs a joué un rôle de catalyseur en plaidant pour la prise en compte de la sécurité alimentaire et nutritionnelle dans les stratégies nationales de développement, en particulier, de développement à moyen terme. GAIN soutient la création du réseau du secteur privé.

Dernière mise à jour: Décembre 2016

2015

En République du Tadjikistan, le ministère de la Santé et de la protection sociale de la population (MoHSP) est à la tête d’un conseil de coordination multisectorielle (MSCC) pour œuvrer dans le cadre de la politique de la nutrition. Ce conseil a été établi en 2014 et est soutenu par un groupe de travail technique. Le MSCC et son groupe de travail comprennent des représentants du ministère de l’Agriculture, de l’Économie, du Commerce et du Développement, des Finances, et de l’Industrie et des Nouvelles Technologies et l’Institut de la nutrition.
Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) et l’Agence des États-Unis pour le développement international jouent le rôle de coordinateur des donateurs et assurent la participation active des partenaires au développement. L’engagement des autres acteurs y compris la Société civile et le Secteur privé est également en cours. Une réunion à succès d’une journée sur le renforcement de la nutrition a été organisée en août 2014 afin de réunir toutes les parties prenantes concernées. Des représentants du Népal et du Kirghizistan ont également assisté à la réunion et ont échangé des idées et des meilleures pratiques.

Dernière mise à jour: Octobre 2015

L’application réelle des lois et des politiques demeure difficile. Dans le cadre de la mise en œuvre de l’initiative de l’iodation du sel pour tous, une analyse situationnelle, réalisée en 2016, a examiné les obstacles juridiques empêchant les agences d’inspection de surveiller et de contrôler régulièrement les petites entreprises à ce sujet. Les décideurs ont témoigné d’un intérêt grandissant pour à l’égard de l’enrichissement des aliments, y compris l’enrichissement de la farine et l’iodation du sel. En 2017, un nouveau groupe de travail consacré aux carences en micronutriments a été créé sous l’égide du Conseil de la sécurité alimentaire (présidé par le Premier ministre adjoint). Ce groupe de travail a pour mission d’évaluer et de modifier la loi existante sur l’enrichissement, qui n’a pas été votée en 2016, pour en faire une loi sur la prévention des carences en micronutriments adoptant une approche axée sur l’enrichissement des aliments.

Dernière mise à jour: Novembre 2017

2016
En 2015 – 2016, certaines réalisations clés en matière de nutrition ont été observées. Par exemple, la sécurité alimentaire et nutritionnelle a été incluse comme objectif distinct dans les nouvelles stratégies nationales de développement, en particulier, de développement à moyen terme. Les décideurs politiques ont mis l’accent sur l’enrichissement de la farine et l’iodation du sel. De plus, pour la première fois, des parlementaires ont été mobilisés pour promouvoir des politiques et des programmes liés à la nutrition. De nombreuses politiques et stratégies ont été révisées et consolidées à travers un objectif nutritionnel.

Dernière mise à jour: Décembre 2016

2015

La sécurité alimentaire et nutritionnelle a été incluse comme un objectif prioritaire dans la nouvelle Stratégie nationale de développement pour 2016 – 2030. C’était le résultat de la diffusion par des parties prenantes, d’une note conceptuelle sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle aux responsables gouvernementaux de haut niveau pour plaider en faveur du positionnement de la nutrition comme une priorité nationale de développement. En outre, la participation du Vice-président du Parlement du Tadjikistan à la deuxième Conférence internationale sur la nutrition et lors du Rassemblement global du Mouvement SUN 2014 à Rome a contribué à attirer l’attention des décideurs politiques sur la nutrition.
Une stratégie de nutrition et d’activité physique a également été approuvée en 2014.

Dernière mise à jour: Octobre 2015

La première ébauche du cadre commun de résultats multisectoriel du Tadjikistan a été présentée lors du Forum national de la nutrition, en juillet 2017. Une fois ce cadre commun de résultats finalisé, l’objectif sera de le développer en un plan d’action multisectoriel détaillé qui présentera les cibles par secteur, les plans de mise en œuvre nationaux et sous-nationaux, les mécanismes de gouvernance, de redevabilité et de coordination, les mécanismes de financement permettant le suivi des fonds, aussi bien du budget que hors budget, consacrés à la nutrition et la production des rapports budgétaires associés, en sus des composantes liées au renforcement des capacités.

Dernière mise à jour: Novembre 2017

2016
Le Tadjikistan a mobilisé l’assistance technique du Consortium de «maximisation de la qualité du renforcement de la nutrition» (MQSUN, d’après ses sigles en anglais) pour élaborer un cadre commun de résultats et un plan d’action multisectoriel chiffré pour la nutrition. En août  2015, une analyse des lacunes en matière de programme a été entreprise, suivie d’un atelier de haut niveau pour définir des objectifs communs (comme l’alignement sur les objectifs de 2025 de l’Assemblée mondiale de la Santé) du cadre commun de résultats en vue de faciliter l’instauration des discussions sur les priorités sectorielles. En mai 2016, une délégation tadjike de 15 membres a effectué un voyage d’étude au Népal.

Dernière mise à jour: Décembre 2016

2015

Le Tadjikistan s’est engagé auprès de MQSUN, à travers le Secrétariat du Mouvement SUN, pour examiner l’alignement des politiques et des plans de la nutrition avec le développement de la cartographie initiale des activités de nutrition des parties prenantes en 2014. C’était leur première étape vers l’élaboration d’un cadre commun de résultats (CCR) pour qu’il serve de plan multisectoriel d’action pour l’amélioration de la nutrition. C’était également un exercice d’état des lieux complet pour assurer la mise en œuvre effective des programmes spécifiques à la nutrition sur la base d’une analyse continue des goulots d’étranglement du programme.
La première phase de travail préparatoire a pris fin en décembre 2014 et comprenait une révision sommaire de tous les documents clés et des échanges avec les parties prenantes. Cela a abouti à des recommandations claires avec une clarté conceptuelle et une feuille de route orientée vers le développement du CCR.

La Phase II du soutien de MQSUN au Tadjikistan a été confirmée après un retard en raison de problèmes contractuels. Ce soutien comprend la finalisation d’un CCR et un examen des plans multisectoriels de soutien en ligne avec les cadres politiques existants.

Un mécanisme de surveillance est en place avec différents degrés d’intensité en fonction des programmes, en particulier dans le secteur de la santé. Des progrès des programmes spécifiques à la nutrition sont présentés chaque trimestre, tandis que le mécanisme de suivi et de rapport sur la mise en œuvre des interventions contribuant à la nutrition reste un défi.

Dernière mise à jour: Octobre 2015

Le Tadjikistan a participé à l’exercice d’analyse budgétaire du Mouvement SUN, en adoptant l’approche en trois étapes. Les résultats pour les budgets 2014, 2015 et 2016 sont désormais disponibles. L’analyse à venir tiendra compte des contributions des donateurs. Le Ministère de la santé et de la protection sociale et le Ministère des finances ont resserré leur collaboration concernant le processus d’allocation budgétaire. En 2016, le Ministère de la santé et de la protection sociale a entrepris de définir et d’évaluer le coût de l’ensemble des services essentiels en matière de nutrition et de santé reproductive, aux stades maternel, néonatal, infantile et adolescent. Cette démarche permettra de mieux comprendre les estimations chiffrées des mesures nutritionnelles (notamment les mesures spécifiques à la nutrition).

Dernière mise à jour: Novembre 2017

2016
Le Tadjikistan a participé à un suivi financier au cours de la période du rapport et les résultats finaux sont disponibles pour les budgets de 2014 et 2015. Le plan vise à inclure les allocations hors budget dans les analyses futures. Le suivi financier a permis une meilleure coopération entre les ministères de la Santé et de la protection sociale et des Finances. En 2016, le ministère de la Santé et de la protection sociale s’est mobilisé pour définir et chiffrer les services essentiels de santé et de nutrition de la mère, du nourrisson, de l’enfant et de l’adolescent.

Dernière mise à jour: Décembre 2016

2015

Le Tadjikistan a participé à l’exercice d’analyse budgétaire du Mouvement SUN pour commencer le suivi des allocations budgétaires pertinentes pour la nutrition dans le budget national. Le ministère des Finances y a également participé. Le Tadjikistan est actuellement dans le processus de reporting sur les financements pertinents pour la nutrition pour un engagement plus poussé avec les membres du MSCC afin de rehausser le profil de la nutrition. Cette approche en plus du CCR, une fois à terme, fournira une base solide de mobilisation des ressources supplémentaires pour la nutrition.

Dernière mise à jour: Octobre 2015

Point focal SUN du gouvernement

Dr. Saida Gairat Umarzoda
First Deputy Minister iof Health and Social Protection of Population

Coordinateur des donateurs

  • UNICEF
  • USAID