Ouganda

Home / Pays SUN / Ouganda

Le 17 mars 2011, la République de l’Ouganda a rejoint le Mouvement SUN en soumettant une lettre d’engagement du président de l’Autorité nationale de planification, Kisamba-Mugerwa. En cette date d’adhésion, l’Ouganda améliorait son Plan d’action pour la nutrition en intégrant les enseignements tirés d’une conférence organisée par l’IFPRI sur la manière de tirer parti de l’agriculture pour améliorer la nutrition et la santé, qui s’est tenue à New Dehli, en Inde du 10 au 12 février 2011.

Progrès

Amener les acteurs à travailler ensemble
100% 2017

Amener les acteurs à travailler ensemble

Mise en place des politiques
88% 2017

Mise en place des politiques

Mise en œuvre et harmonisation des programmes
84% 2017

Mise en œuvre et harmonisation des programmes

Mobilisation des ressources
75% 2017

Mobilisation des ressources

TOTAL
87% 2017

TOTAL

Lisez d’autre articles sur le sujet
Découvrez d’autres études de cas nationales

Situation nutritionnelle

34.2%

Retard de croissance des enfants de moins de cinq ans

11.8%

Faible poids à la naissance

63.2%

Allaitement exclusif des nourrissons de 0-5 mois

4.3%

Émaciation des enfants de moins de cinq ans

5.8%

Surpoids des enfants de moins de cinq ans

26.7%

Anémie des femmes entre 15-49 ans

6.2%

Diabète chez les adultes

21.8%

Surpoids chez les adultes

4.9%

Obésité chez les adultes

Objectifs stratégiques

La plate-forme multisectorielle de l’Ouganda (MSP) se réunit régulièrement, convoquée par le bureau du Premier ministre. En 2017, des plans de travail annuels pour le Plan d’action nutritionnel de l’Ouganda (UNAP) 2011 ont été élaborés pour assurer une meilleure coordination. Un forum parlementaire sur la nutrition a été créé et orienté sur les programmes de nutrition, ce qui a débouché sur un débat parlementaire sur la nutrition. Le nombre de membres du MSP a augmenté au niveau national et au niveau des districts, avec l’inclusion de l’industrie du commerce et les départements de l’eau au niveau des gouvernements locaux. Au niveau du district, il existe 10 plans d’action multisectoriels approuvés pour la nutrition, dont 45 sont encore à l’état d’ébauche. 10 districts ont également élaboré des plans de promotion de la nutrition.

Dernière mise à jour: Novembre 2017

2016
En Ouganda, la coordination multisectorielle de la nutrition se fait au niveau central et au niveau local grâce à des structures de coordination établies et renforcées. La Plateforme nationale fonctionne depuis le Bureau du Premier ministre et les comités de district pour la coordination de la nutrition sont en place dans tous les districts, avec une capacité renforcée pour soutenir l’élaboration de plans d’action de nutrition permettant de veiller à ce que les plans d’action de nutrition de district figurent en position prioritaire dans les plans de développement de district. Il faut renforcer les capacités institutionnelles et humaines.

Dernière mise à jour: Décembre 2016

2015

L’Ouganda fait preuve d’un engagement de haut niveau dans le renforcement la nutrition et était parmi les premiers pays engagés à rejoindre le Mouvement pour le renforcement de la nutrition (SUN). Le Bureau du Premier ministre est l’organisme chargé de la coordination du Plan d’action pour la nutrition en Ouganda (UNAP). Il est composé d’un secrétariat qui assure la coordination et le suivi de l’UNAP.
Le Comité technique multi-sectoriel de coordination (MSTCC) est la principale plate-forme multi-acteurs de la nutrition dans le pays. Il comprend huit ministères de tutelle en charge de la mise en œuvre, y compris l’Autorité nationale de la planification, les partenaires au développement, la Société civile, le milieu universitaire et le secteur privé. Le MSTCC est soutenu par le Comité de coordination des partenaires au développement pour la nutrition, un sous-comité du Cabinet sur la nutrition et un conseil pour l’alimentation et la nutrition, qui est composé des secteurs de l’UNAP. Pour décentraliser les efforts nationaux, les structures de coordination ont été mises en place, y compris des comités de coordination des secteurs et des districts pour la nutrition.

L’Ouganda a harmonisé les plans et les stratégies nationales existants pour un meilleur résultat de la nutrition et la nutrition est le domaine d’intervention prioritaire dans le Plan national de développement de l’Ouganda (NPD). Le 2e Plan national de développement de l’Ouganda (2016 – 2020) a fixé un objectif de réduction du retard de croissance à 22 % à partir de la base de référence actuelle de 33,4%.

Dernière mise à jour: Octobre 2015

L’Examen stratégique de l’Objectif de développement durable (ODD) 2, entrepris par l’Autorité nationale de planification, s’est appuyé sur la participation du MSP. Cet exa- men a analysé la préparation du pays à atteindre l’objectif et a révélé la mesure dans laquelle les politiques, les cadres juridiques et les institutions traitent de la nutrition. Les lacunes et recommandations des interventions visant à atteindre l’ODD 2 ont été identifié. L’année 2017 a été axée sur la mise en place de capacités techniques et de ressources adéquates pour l’élaboration d’une politique de sécurité nutritionnelle multisectorielle. La mise en vigueur de la fortification alimentaire obligatoire et la réglementation existante sur le code de commercialisation des substituts du lait maternel ne sont pas pleinement opérationnelles.

Dernière mise à jour: Novembre 2017

2016
La nutrition est désormais une priorité dans toutes les politiques, par exemple dans le deuxième Plan national de développement (2015 / 16 – 2019 / 20), la Vision pour l’Ouganda 2040, le Plan stratégique du secteur de la santé et le Plan stratégique du secteur agricole. Un document de travail sur la nutrition a été utilisé pour éclairer l’élaboration du Plan national de développement. Une politique et une stratégie multisectorielles en matière de nutrition sont en cours d’élaboration. Il subsiste des défis en ce qui concerne la mise en œuvre et l’application du cadre juridique en Ouganda.

Dernière mise à jour: Décembre 2016

2015

Diverses politiques contribuant à la nutrition sont en place dans tous les secteurs clés, sur la protection sociale, le développement communautaire, et l’alimentation scolaire. Ce sont par exemple la loi sur l’éducation, la Politique de genre et le Développement de la petite enfance.
La législation nationale relative à la nutrition, notamment à l’enrichissement obligatoire des aliments et au Code international de commercialisation des substituts du lait maternel a été adoptée. Le ministère du Genre, du travail et du développement social a élaboré une politique fixant les congés de maternité à 60 jours.

L’Ouganda dispose des plans pour aligner davantage les programmes spécifiques à la nutrition et les programmes contribuant à la nutrition à travers les secteurs concernés de l’UNAP.

Dernière mise à jour: Octobre 2015

Le plan de nutrition multisectoriel est presque achevé, la plupart des parties prenantes ayant aligné leurs actions sur l’UNAP et le deuxième plan de développement national (NDP II). Le cadre de résultats commun opérationnel du pays est l’UNAP, car il énonce les rôles de toutes les parties prenantes, définit les objectifs à long terme, le processus de mise en œuvre et le mécanisme de coordination. Les Ministères de la Santé, du Genre, du Travail et du Développement social, et de l’Agriculture, de l’Industrie et de la Pêche ont des interventions conçues sur la base des politiques sectorielles de la stratégie de mise en œuvre du PDNI.

Dernière mise à jour: Novembre 2017

2016
Le Plan d’action pour la nutrition de l’Ouganda (2011  –  2016) comporte un cadre commun de résultats, avec une version préliminaire du cadre de suivi et d’évaluation. L’élaboration d’un système national d’information nutritionnelle peut être considérée comme une priorité essentielle. Au niveau infranational, 55 districts sont en train d’élaborer des plans d’action en matière de nutrition et des cadres de suivi et évaluation de district. Dans l’ensemble, il est nécessaire de renforcer les capacités de coordination et de suivi et d’évaluation en Ouganda.

Dernière mise à jour: Décembre 2016

2015

L’UNAP sert de cadre commun de résultats multisectoriel pour la nutrition. Sa mise en œuvre est en cours avec la participation des ministères de l’Éducation, l’Agriculture, la Santé, le Commerce et l’industrie, le Genre, le Développement communautaire et social, les Finances et le gouvernement local. L’Ouganda a accordé la priorité à l’amélioration du rôle des comités de coordination de la Nutrition des districts dans la mise en œuvre de l’UNAP.
Le cadre de suivi et d’évaluation de l’UNAP est en cours d’élaboration et le cadre budgétaire est en cours de préparation avec l’appui de la Banque mondiale. À travers l’UNAP, l’Ouganda vise à transformer la vie des enfants et des femmes en âge de procréer, car les chances de vie de nombreux enfants sont sapées à la suite d’une mauvaise nutrition au cours de leurs 1 000 premiers jours de vie entre la grossesse et le deuxième anniversaire.

Une stratégie de plaidoyer sur la nutrition a été élaborée et a été combinée à une stratégie de communication pour le changement de comportement ainsi qu’une stratégie de mobilisation sociale pour former une stratégie nationale globale de communication pour la nutrition.

Dernière mise à jour: Octobre 2015

Des plans sectoriels chiffrés pour la mise en œuvre de l’UNAP sont en place, mais ils nécessitent une analyse plus poussée pour identifier les déficits de financement des interventions. Le ministre des Finances, entre autres, a été informé du financement de la nutrition par le budget et hors budget, mais les bailleurs de fonds et les partenaires de développement suivent leurs dépenses de manière indépendante, sans partager leurs conclusions avec le MSP. Bien que le coût de l’UNAP soit chiffré, les sources de financement ne sont pas claires, ce qui rend plus important le processus de construction d’un mécanisme coordonné de financement pluriannuel.

Dernière mise à jour: Novembre 2017

2016
Le plan d’action pour la nutrition en Ouganda (2011 – 2016) est chiffré, de même que les plans de travail sectoriels. Les secteurs créent des rapports trimestriels dans lesquels ils indiquent leurs dépenses prévues. Les partenaires appuient le gouvernement dans la détermination des faiblesses et des lacunes, ainsi que des mécanismes disponibles pour combler ces lacunes. Bien que les engagements soient normalement traduits en déboursements effectifs, ceux-ci ne sont pas suffisants pour couvrir tous les besoins nutritionnels recensés.

Dernière mise à jour: Décembre 2016

2015

L’Ouganda a participé à l’exercice d’analyse budgétaire du Mouvement SUN pour suivre les allocations pertinentes pour la nutrition dans le budget national. En outre, l’Ouganda a accordé la priorité aux efforts de renforcement des capacités nationales de suivi financier et de développement d’un cadre politique approprié pour orienter la gestion financière de la nutrition.
Cela permettra de soutenir la mobilisation des ressources nationales pour la nutrition et l’amélioration du plaidoyer auprès des donateurs pour gérer le manque de ressources. Le suivi financier des investissements en matière de nutrition sera renforcé avec l’élaboration des directives de la politique financière et la création de lignes budgétaires sectorielles pour la nutrition dans le budget de chaque secteur concerné de la nutrition.

Dernière mise à jour: Octobre 2015

Point focal SUN du gouvernement

Maureen Bakunzi
Commissaire adjoint pour la mise en œuvre et la coordination des politiques au Cabinet du Premier Ministre

Coordinateur des donateurs

  • USAID