Yémen

Home / Pays SUN / Yémen

Le 1er novembre 2012, la République du Yémen a rejoint le Mouvement SUN avec une lettre d’engagement de Mohammed Salem Basondwah, Premier ministre. À cette époque, l’attention était déjà portée sur l’ampleur du problème de la malnutrition qui découlait d’une intervention d’urgence lancée en réaction au conflit dans le Nord du pays, provoquant ainsi les déplacements internes de la population. Le haut niveau d’engagement du Yémen à résoudre les problèmes de malnutrition était observé avec la nomination immédiate du ministre de la Planification et de la Coopération internationale comme Point focal SUN du Gouvernement.

Progrès

Amener les acteurs à travailler ensemble
57% 2017

Amener les acteurs à travailler ensemble

Mise en place des politiques
16% 2017

Mise en place des politiques

Mise en œuvre et harmonisation des programmes
66% 2017

Mise en œuvre et harmonisation des programmes

Mobilisation des ressources
25% 2017

Mobilisation des ressources

TOTAL
41% 2017

TOTAL

Lisez d’autre articles sur le sujet
Découvrez d’autres études de cas nationales

Situation nutritionnelle

46.5%

Retard de croissance des enfants de moins de cinq ans

32%

Faible poids à la naissance

10.3%

Allaitement exclusif des nourrissons de 0-5 mois

16.3%

Émaciation des enfants de moins de cinq ans

2%

Surpoids des enfants de moins de cinq ans

37.5%

Anémie des femmes entre 15-49 ans

15.5%

Diabète chez les adultes

46.8%

Surpoids chez les adultes

17.2%

Obésité chez les adultes

Objectifs stratégiques

En 2017, la plateforme multi-acteurs du Yémen a été élargie pour intégrer de nouveaux partenaires dans son Comité directeur, notamment des organisations relevant de l’enseignement supérieur et de la société civile, centrées sur l’autonomisation des femmes et la participation des habitants au niveau local. En 2017, de nouveaux partenariats ont été établis avec des organisations comme l’Institut international de recherche sur les politiques alimentaires (IFPRI). Bien que le point focal SUN soit membre du Groupe sectoriel sur la nutrition, lequel comprend des agences des Nations unies et des organisations de la société civile, le Secrétariat national n’a pas encore réussi à atteindre un niveau optimal de coordination avec d’autres secteurs, en raison de la crise que traverse le pays. Cependant, des efforts concertés ont été déployés pour mieux coordonner tous les groupes sectoriels sur la sécurité alimentaire, la nutrition, l’éducation, l’eau, l’assainissement et l’hygiène.

Dernière mise à jour: Novembre 2017

2016
À ce jour, il existe un comité directeur du Mouvement SUN et un comité technique, créé en avril 2015. Le secrétariat national SUN organise des réunions ad hoc malgré le manque de réunions régulières en raison du conflit en cours. Le secrétariat est resté actif dans le suivi de la mise en œuvre dans différents secteurs. Un changement stratégique de soutien a été observé  : la plupart des initiatives en matière de nutrition relèvent des programmes humanitaires d’urgence. Le secrétariat fait également partie du comité technique sur la classification par phase de la sécurité alimentaire intégrée.

Dernière mise à jour: Décembre 2016

2015

L’engagement du gouvernement de la République du Yémen à aborder les causes sous-jacentes de la sous-nutrition dans le pays se reflète au plus haut niveau. On peut le constater avec le décret publié en 2012 par le Premier ministre qui conseille les ministères de tutelle à aborder la nutrition comme une priorité dans leurs plans respectifs. Un Haut Conseil pour la sécurité alimentaire, présidé par le Premier ministre a été mis en place et est soutenu par un Comité de pilotage multisectoriel national Mouvement SUN. Le Comité de pilotage comprend des représentants des ministères de la Planification et de la Coopération internationale (MOPIC), de la Santé, de l’Agriculture, de la Pêche, de l’Eau et de l’Assainissement et de l’Éducation. Il comprend également les représentants des Nations Unies (ONU), des organismes donateurs, de la société civile, des universités et du Secteur privé. Le Comité de pilotage a été institutionnalisé et est présidé par le vice-Ministre du MOPIC.

Dernière mise à jour: Octobre 2015

En 2016-2017, aucun bilan n’a été dressé sur la bonne mise en œuvre et le caractère effectif des diverses lois et politiques liées à la nutrition. Dans le contexte du conflit en cours, les organismes gouvernementaux ne sont pas en mesure d’assumer les coûts opérationnels de révision ou de mise à jour d’aucune loi ou réglementation. En 2017, le Ministère de l’industrie et du commerce a supervisé plusieurs lois et règlements commerciaux concernant la compétitivité et la prévention des monopoles sur les prix des denrées alimentaires, afin de faciliter l’accès aux produits alimentaires de base. Un suivi a également été effectué pour garantir la disponibilité et la qualité des aliments pour les enfants et la conformité des lois avec les normes internationales. Le Ministère a conçu une matrice pour les amendements nécessaires et a évalué l’influence des politiques et des lois gouvernementales sur les citoyens. Le 4e plan quinquennal pour le secteur de l’agriculture (2012 – 2016) a été évalué en 2017 par le Ministère de l’agriculture. Une analyse de situation sur la promotion de l’allaitement est en cours, réalisée avec le soutien de l’UNICEF.

Dernière mise à jour: Novembre 2017

2016
Aucun plan ou stratégie de plaidoyer et de communication n’a été créé. Toutefois, au cours de la période de rapport, des activités de plaidoyer sporadiques ont été menées par les parties prenantes pour mettre en œuvre le plan multisectoriel. Un bon exemple est le niveau de coordination du Plan d’intervention humanitaire du Yémen, qui a été approuvé et entériné. Le Yémen dispose d’une législation sur la nutrition, principalement en ce qui concerne la protection de la maternité et l’allaitement, et l’enrichissement des aliments avec des micronutriments.

Dernière mise à jour: Décembre 2016

2015

Comme mentionné dans le NNMSAP (2015 – 2019), chaque secteur concerné examinera les politiques et les législations existantes pour garantir qu’elles contribuent à la nutrition et que leurs lacunes sont abordées. Parmi les politiques et stratégies actuelles contribuant à la nutrition qui sont déjà en place, on peut citer : La Politique et stratégie de sécurité alimentaire (2011), la Stratégie nationale du secteur de l’agriculture (2012 – 2016), la Stratégie nationale de la pêche (2012 – 2015), la Législation du Fonds pour le bien-être social (2008). La législation nationale existante porte sur l’iodation du sel, l’enrichissement du sucre et de la farine (depuis 1996) et la mise en œuvre du Code international de commercialisation des substituts du lait maternel (BMS) depuis 2002.

Dernière mise à jour: Octobre 2015

Les parties prenantes bénéficient des documents, plans, politiques et programmes disponibles ; elles s’appuient sur les rapports d’évaluation des besoins. Un système de carte a été approuvé et il s’est avéré fonctionnel dans plusieurs gouvernorats, où il a partiellement compensé l’absence de salaires versés à certains fonctionnaires depuis huit mois. Le Consortium SUN visant à « Maximiser la qualité du cadre des programmes de renforcement de la nutrition » (MQSUN) a été chargé de revoir les priorités du Plan national d’action pour la nutrition pour 2017 – 2025. En coordination avec l’IFPRI, les projets nutritionnels vont être répertoriés. La liste qui en résultera, comprenant divers indicateurs et d’autres données, sera régulièrement mise à jour et tenue à la disposition du public. Les stratégies nationales ne précisent pas les responsabilités, le suivi et l’évaluation, le calendrier, ni le cadre de mise en œuvre.

Dernière mise à jour: Novembre 2017

2016
Un mécanisme de coordination de la nutrition existe par l’intermédiaire des groupes thématiques des Nations Unies, conformément au plan d’intervention humanitaire du Yémen et à la cartographie définissant « qui est où, quand et faisant quoi». Une enquête sur les programmes de nutrition a été mise en œuvre et analysée. Le plan du Mouvement SUN a récemment fait l’objet d’un examen, ses objectifs sont clairement définis et la répartition des redevabilités est claire. Bien que la gestion de l’information pour le secrétariat SUN ne soit pas mise en place, l’accès à l’information est fourni par d’autres sources, notamment le système de classification par phase de la sécurité alimentaire intégrée.

Dernière mise à jour: Décembre 2016

2015

Le Plan d’action national multisectoriel de nutrition (NNMSAP) a été finalisé et approuvé par le comité ministériel en 2014. Un plan opérationnel est en préparation en vue de mettre en œuvre les programmes sectoriels. En raison du conflit en cours, aucun progrès n’a été réalisé et les progrès sur la mise en œuvre du plan ont été entravés et retardés.
Pour les programmes spécifiques à la nutrition, le ministère de la Santé publique et de la population (MOPHP) est largement engagé avec les partenaires des Nations Unies et les organisations de la société civile pour mettre en œuvre les programmes, en particulier, pour les populations touchées par des urgences.

L’UNICEF en collaboration avec les organisations de la société civile et le MOPHP a commencé à mettre en œuvre un programme global de prévention du retard de croissance à base communautaire avec un programme d’assainissement total piloté par les communautés. Il a été mis en œuvre dans 19 districts à forte prévalence du retard de croissance et d’émaciation à Taiz, Hodeida et Saada; mais ces activités ont également été bloquées en raison du conflit en cours.

Le gouvernement de la République du Yémen, avec le soutien du Programme mondial pour l’agriculture et la sécurité alimentaire (GAFSP) et la Banque mondiale, met en œuvre un programme de sécurité alimentaire dans les gouvernorats où sévit l’insécurité alimentaire.

En outre, l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture avec le soutien de l’Union européenne, a établi un système d’information sur la sécurité alimentaire (FSIS) au MOPIC en 2014. Le FSIS est conçu pour recueillir des informations à la fois sur les indicateurs relatifs aux approches spécifiques à la nutrition et les indicateurs sur les approches contribuant à la nutrition en même temps que sur les indicateurs de sécurité alimentaire.

Dernière mise à jour: Octobre 2015

Bien que des financements conséquents destinés à la nutrition existent au Yémen, provenant de donateurs et d’organisations internationales, et principalement axés sur l’action humanitaire, il n’y a pas actuellement de contribution gouvernementale, en raison du conflit en cours.

Dernière mise à jour: Novembre 2017

2016
Le plan du Mouvement SUN comprend des estimations budgétaires pour chaque secteur, bien que les estimations budgétaires des secteurs ne couvrent pas nécessairement tous les aspects du plan en raison de la crise. Toutes les parties prenantes SUN ont examiné leurs contributions à ce plan. En outre, le Plan d’intervention humanitaire couvre la nutrition, la santé et les services d’eau, d’assainissement et d’hygiène en tant que composantes autonomes clés. Les rapports financiers sectoriels sont régulièrement soumis au ministère de la Planification et de la coopération internationale. Il n’y a toutefois pas eu d’augmentation du budget national pour la nutrition en raison de la crise.

Dernière mise à jour: Décembre 2016

2015

Le chiffrage du NNMSP a été achevé avec l’appui technique de MQSUN et du Secrétariat du Mouvement SUN.
Le conflit actuel dans le pays entrave les progrès sur le terrain et freine la vitesse à laquelle ces engagements étaient censés être honorés. Le gouvernement du Yémen est déterminé à établir de nouvelles lignes budgétaires dans les ministères compétents pour les programmes de nutrition et augmenter les ressources humaines pour la nutrition de 10 à 20 % au minimum, et publier les informations sur les dépenses nationales.

Dernière mise à jour: Octobre 2015

Point focal SUN du gouvernement

Dr. Mutahar Al-Abbasi

Coordinateur des donateurs

  • Union Européene
  • DFID