Zambie

Home / Pays SUN / Zambie

Le 22 décembre 2010, la République de Zambie a rejoint le Mouvement SUN avec une lettre d’engagement du ministre de la Santé. À cette date d’adhésion, la Zambie avait déjà créé la Commission nationale de l’alimentation et de la nutrition en tant qu’organe de coordination de l’action sur la nutrition. Le plan stratégique national de l’alimentation et de la nutrition (2011 – 2015) avait été élaboré par la Commission avec le soutien de plusieurs secteurs et avec l’appui des partenaires au développement membres du groupe des partenaires de coopération pour la nutrition.

Progrès

Amener les acteurs à travailler ensemble
83% 2017

Amener les acteurs à travailler ensemble

Mise en place des politiques
44% 2017

Mise en place des politiques

Mise en œuvre et harmonisation des programmes
81% 2017

Mise en œuvre et harmonisation des programmes

Mobilisation des ressources
62% 2017

Mobilisation des ressources

TOTAL
68% 2017

TOTAL

Lisez d’autre articles sur le sujet
Découvrez d’autres études de cas nationales

Situation nutritionnelle

40%

Retard de croissance des enfants de moins de cinq ans

11%

Faible poids à la naissance

72.5%

Allaitement exclusif des nourrissons de 0-5 mois

6.3%

Émaciation des enfants de moins de cinq ans

6.2%

Surpoids des enfants de moins de cinq ans

29.2%

Anémie des femmes entre 15-49 ans

8.3%

Diabète chez les adultes

29.2%

Surpoids chez les adultes

8.9%

Obésité chez les adultes

Objectifs stratégiques

La plateforme multi-acteurs continue à organiser des réunions avec tous les Réseaux SUN. Des comités provinciaux de coordination de la nutrition ont été mis en place dans sept provinces et des plans multisectoriels de nutrition ont été élaborés. Des comités de districts de coordination de la nutrition ont été formés dans d’autres districts que ceux qui reçoivent des financements du Mouvement SUN actuellement. Les Réseaux de la société civile, des donateurs et du sec- teur privé se sont agrandis. Les nouveaux parlementaires ont été sensibilisés aux pro- blématiques alimentaires et nutritionnelles et il leur a été demandé de jouer un rôle d’ambassadeurs de la nutrition dans leurs circonscriptions respectives.

Dernière mise à jour: Novembre 2017

2016
En Zambie, la plateforme nationale multi-acteurs a été renforcée, avec la désignation du secrétaire permanent du ministère de la Santé comme président par le Comité spécial des secrétaires permanents en novembre 2015. Les comités de district pour la coordination de la nutrition sont élargis à de nouveaux districts au-delà des 14 actuels, et des comités ad hoc de coordination provinciale de la nutrition sont également en place. Pour soutenir ces structures, il est nécessaire de rendre formelles, les structures de coordination au niveau infranational et d’internaliser davantage la démarche multisectorielle au sein des ministères.

Dernière mise à jour: Décembre 2016

2015

En République de Zambie, la Commission nationale de l’alimentation et de la nutrition (NFNC), relevant du ministère de la Santé, est la plate-forme nationale multiacteurs (MSP), qui rassemble des partenaires pour la nutrition. Cinq ministères de tutelle ont été désignés comme points focaux pour la nutrition afin de galvaniser la coordination.
Un comité spécial de secrétaires permanents a été nommé au niveau du Cabinet et est représenté par neuf ministères (la Santé, l’Éducation, l’Agriculture et l’élevage, le Développement communautaire, la Santé maternelle et infantile, le Gouvernement local et le logement, le Genre et le développement de l’enfant, les Finances, et la Jeunesse et le Sport). Le Comité de secrétaires permanents se réunit régulièrement pour discuter des questions multi-sectorielles et la nutrition fait partie de leurs attributions.

La structure de coordination mutli-acteurs a été décentralisée avec la création de comités provinciaux de coordination de la nutrition (PNCC) et des comités de district de coordination de la nutrition (DNCC). 14 districts ont également entamé le processus de création des comités de coordination de la nutrition dans les salles communes (WNCC).

Le Forum des partenaires coopérants pour la nutrition (PCN) comprend le système des Nations Unies et les donateurs.

L’Alliance de la société civile, l’OSC SUN, a inspiré l’organisation des parlementaires à travers la formation du groupe de travail parlementaire multi-acteurs sur l’alimentation et la nutrition, qui rassemble des parlementaires de différents partis autour d’une action coordonnée en faveur de la nutrition sur le perchoir du Parlement. Le Réseau du secteur privé a récemment mis en place plus de 22 organisations membres. Un nouveau réseau académique a élaboré un mandat et un plan de travail de développement de l’agenda de recherche nationale.

Dernière mise à jour: Octobre 2015

Plusieurs projets de loi dont les processus d’examen et de révision ont débuté au cours des deux ou trois dernières années mais n’ont pas encore abouti (la Loi sur l’alimentation et la nutrition, et celle relative à la sécurité alimentaire). Toutefois, une nouvelle politique agricole a été réalisée. Le Réseau des donateurs SUN a lancé une initiative visant à réaliser une analyse économique des politiques et des cadres de réglementation actuels pour y déceler des points d’entrée pour la nutrition. La Commission nationale de l’alimentation et de la nutrition (NFNC) a conçu un cadre sensible à la nutrition pour guider la planification du cadre de dépenses à moyen terme 2018 – 2020.

Dernière mise à jour: Novembre 2017

2016
Un projet de loi sur l’alimentation et la nutrition a été élaboré après une série de consultations avec les parties prenantes. Il a été approuvé par le Cabinet et attend l’approbation du Parlement. La Politique alimentaire et nutritionnelle actuelle était adoptée en 2006 et devrait être examinée en 2016, parallèlement au Plan stratégique national pour l’alimentation et la nutrition 2011  –  2015. L’engagement actif des politiciens, en particulier au niveau parlementaire, a concouru à faire connaître la nutrition.

Dernière mise à jour: Décembre 2016

2015

Des plans sont en cours pour réviser la politique nationale de l’alimentation et de la nutrition (NFNC) 2006. Les parties prenantes ont été engagées dans un processus de consultation pour examiner la loi de 1967 de la NFNC afin d’augmenter la portée de la règlementation pour une réponse multisectorielle aux problèmes nutritionnels affectant diverses sous-populations.
Des mécanismes sont en place pour faire respecter les législations telles que le Code international de commercialisation des substituts du lait maternel, et les législations sur l’enrichissement des aliments et la protection de la maternité.

La nutrition a été intégrée dans le sixième Plan national de développement 2013 – 2016 (R-SNDP) par son intégration dans tous les plans de mise en œuvre du R-SNDP spécifiques à chaque secteur (en plus des secteurs de la gouvernance, le VIH et le SIDA, le genre, l’incapacité et l’Environnement et des risques en cas de catastrophe). Le R-SNDP vise à atteindre les objectifs énoncés dans la Vision 2030 à savoir, devenir un « pays à revenu intermédiaire prospère à l’horizon 2030 »

La nutrition est intégrée dans plusieurs politiques sectorielles, y compris:

  • la Politique nationale de santé;
  • le Plan stratégique national de santé;
  • la Politique agricole nationale;
  • le Plan d’investissement du secteur agricole;
  • la Politique de protection sociale; et

la loi sur les aliments et les médicaments qui est à l’étude et devrait être rétablie en tant que projet de loi de la sécurité alimentaire.

Dernière mise à jour: Octobre 2015

L’élaboration du « Programme des 1 000 jours les plus décisifs » pour 2017 – 2021 (MCDP Phase 2) a débuté par une version révisée du cadre de résultats, le programme étant fondé sur le Plan stratégique national pour l’alimentation et la nutrition 2017 – 2021. Les plans de travail annuels chiffrés sont en place au niveau national et dans les 14 districts financés par le Mouvement SUN. Un bilan annuel conjoint a réuni les parties prenantes du Programme des 1000 jours les plus décisifs autour des principaux éléments de suivi et d’évaluation. Les résultats de ce bilan vont permettre d’éclairer la mise en œuvre de la Phase 2 de ce programme.

Dernière mise à jour: Novembre 2017

2016
Les composantes du cadre commun de résultats sont en place selon le Programme des 1 000 jours les plus décisifs de la vie d’un enfant et le Plan stratégique national pour l’alimentation et la nutrition 2011 – 2015. Cependant, la composante redevabilité n’est pas encore élaborée. En octobre 2015, un examen annuel conjoint a été entrepris par les partenaires au développement pour la nutrition et par le gouvernement, mettant l’accent sur 14 districts, mais il doit être étendu à tous les districts avec des interventions spécifiques à la nutrition et interventions contribuant à la nutrition. En novembre 2015, les visites conjointes de soutien réalisées par des équipes techniques multisectorielles ont révélé de bonnes pratiques qui doivent être documentées.

Dernière mise à jour: Décembre 2016

2015

Le Plan national stratégique pour l’alimentation et la nutrition (NFNSP) 2011 – 2015 complète la politique nationale alimentaire et nutritionnelle et sert de cadre commun de résultats (CCR) sur lequel toutes les parties prenantes alignent leur soutien. Il comprend huit stratégies opérationnelles et trois orientations stratégiques de soutien (SD) avec une matrice de mise en œuvre complète et un cadre de suivi et d’évaluation. La SD 1 « prévention du retard de croissance chez les enfants âgés de deux ans : les 1000 premiers jours les plus décisifs » contient un programme développé à part entière appelé le programme des 1000 jours les plus décisifs (MCDP) à mettre en œuvre sur une période de trois ans. Avec le soutien et la facilitation des niveaux national, provincial et de district, des plans multisectoriels de nutrition pour les 1000 jours les plus décisifs ont été élaborés. Des plans bi-annuels (2014 – 2016) multi-sectoriels des comités de coordination de la nutrition au niveau des districts ont été chiffrés sur la base du paquet minimum.
Le paquet minimum d’interventions dans le cadre des 1000 jours les plus décisifs comprend des interventions spécifiques à la nutrition et des interventions contribuant à la nutrition qui sont également alignées sur les résultats du R-SNDP.

La Zambie reconnaît que, pour renforcer les capacités des différentes institutions de mise en œuvre, des interventions de divers volumes ont été développées et sont en train d’être déployées. Elles couvriront les institutions aux niveaux national et infranational.

Dernière mise à jour: Octobre 2015

La Commission nationale de l’alimentation et de la nutrition et le Réseau des organisations de la société civile SUN, ont mis au point un cadre de suivi budgétaire et ont révisé les engagements 2013 – 2017 financiers pour la nutrition. Les conclusions ont été présentées à la Commission parlementaire élargie sur les prévisions budgétaires et les dépenses qui s’est engagée à porter davantage d’attention à la nutrition. Un atelier organisé par le Projet FANTA III d’assistance technique en matière d’alimentation et de nutrition a amené à un Modèle de profils 2017-2027 qui servira de base au plaidoyer pour la nutrition.

Dernière mise à jour: Novembre 2017

2016
Le suivi budgétaire a permis de suivre les affectations de ressources pour les programmes spécifiques à la nutrition et contribuant à la nutrition menés en 2015 – 2016 avec le soutien de la société civile. Les conclusions, qui incluaient la nécessité d’institutionnaliser l’obligation de produire des rapports, ont fait l’objet d’échanges avec diverses parties prenantes clés, comme le Comité des secrétaires permanents spéciaux pour la nutrition. Le réseau des donateurs SUN a proposé une augmentation des donateurs pour financer la nutrition par l’intermédiaire du mécanisme du fonds du Mouvement SUN dans le pays, ce qui a permis à un plus grand nombre de donateurs de soutenir les interventions prioritaires du Mouvement SUN.

Dernière mise à jour: Décembre 2016

2015

La NFNSP a été partiellement chiffrée pour le paquet minimum et des scénarios recommandés pour guider la mobilisation des ressources pour les 1000 jours les plus décisifs sur la base du SD 1 avec l’appui technique de la Banque mondiale. Plus de travail est nécessaire dans le domaine du chiffrage, notamment en ce qui concerne les interventions contribuant à la nutrition qui ont des limitations dans les hypothèses de coûts. La Commission nationale de l’alimentation et de la nutrition (NFNC) avec les principaux ministères et les OSCSUN a proposé de résoudre ce problème en chiffrant les activités au niveau du district pour certaines interventions contribuant à la nutrition du paquet minimum pour aider à combler l’écart retrouvé dans le rapport sur les coûts de la Banque mondiale. Le fonds commun, l’Unité de gestion du Fonds SUN (SFMU), soutiendra la NFNC pour le recrutement des experts en vue d’entreprendre une analyse de l’espace budgétaire pour identifier l’écart financier qui aidera à la planification de la mobilisation des ressources pour déployer les programmes à l’échelle nationale.
Les partenaires coopérants pour la nutrition prévoient de cartographier les fonds disponibles parmi ses membres pour la nutrition sur une base annuelle afin d’aider à améliorer la responsabilité dans la gestion des fonds de toutes les parties prenantes pour la nutrition. En outre, le processus d’exécution d’audits indépendants a également été initié par le SFMU.

Dernière mise à jour: Octobre 2015

Point focal SUN du gouvernement

Robinah Mulenga-Kwofie
Executive Director National Food and Nutrition Commission

Coordinateur des donateurs

  • Programme alimentaire mondial avec le soutien
  • du Département britannique pour le développement international