SUN Newsletter
Home / Actualités / Adoption d'un plan stratégique de lutte contre la malnutrition en Afrique par les États membres de l’OMS

Adoption d’un plan stratégique de lutte contre la malnutrition en Afrique par les États membres de l’OMS

  |   Réseau des Nations Unies pour le Mouvement SUN, Réseau des pays SUN

Un plan stratégique visant à réduire le double fardeau de la malnutrition dans la région africaine a été adopté lors de la 69e réunion du Comité régional de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

« Le plan souligne l’action urgente et intensive que nous devons mener si nous souhaitons réaliser notre objectif d’éradication de la faim et de la malnutrition sous toutes ses formes d’ici 2030 » a déclaré le docteur Matshidiso Moeti, directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique.

« Le Secrétariat de l’OMS va élaborer et mettre en œuvre un plan de mobilisation des ressources, soutenir les collaborations en matière de recherche et lancer une campagne de sensibilisation de haut niveau, afin d’obtenir davantage d’investissements et d’atteindre une prise en charge de 90 % des 10 interventions ayant l’impact nutritionnel le plus élevé et devant être menées à bien pour relever les défis de malnutrition dans notre région » a-t-elle ajouté.

Le double fardeau de la malnutrition est particulièrement présent dans les pays connaissant une « évolution de la situation nutritionnelle » dans le cadre de laquelle coexistent les phénomènes de sous-nutrition, de surpoids ou d’obésité, bien souvent en raison d’une augmentation de la consommation d’aliments bon marché, transformés, riches en énergie, en graisses et en sel, mais pauvres en nutriments.

Répandu en Afrique, ce régime alimentaire ne permet pas de combattre la sous-nutrition chronique et les carences en micronutriments et favorise en outre un taux accru d’obésité et de maladies non transmissibles liées à l’alimentation.

Le plan stratégique vise à consolider les politiques fondées sur des faits probants ainsi que les capacités nationales et comporte des cibles claires à atteindre d’ici 2025. Les interventions prioritaires comprennent le renforcement de la législation et des normes de sécurité alimentaire au travers de mesures fiscales encourageant des choix alimentaires sains et l’intégration d’actions essentielles en matière de nutrition au niveau des plateformes de prestations de services de soins.

Le nombre de personnes sous-alimentées en Afrique subsaharienne est passé de 181 millions en 2010 à presque 222 millions en 2016. Bien que la prévalence des retards de croissance chez les enfants ait diminué de 38,3 % en 2000 à 30,3 % en 2017, le nombre d’enfants en souffrant a augmenté, passant de 50,6 millions à 58,7 millions en raison de la croissance de la population. En 2017, le taux d’émaciation était de 7,1 %, soit 13,8 millions d’enfants, dont 4 millions souffraient d’émaciation aiguë.

Le taux de surpoids est également en hausse. En effet, le nombre d’enfants de moins de 5 ans atteints de surpoids est passé de 6,6 millions en 2000 à 9,7 millions en 2017. Le taux d’obésité chez les enfants de 5 à 19 ans a doublé entre 2006 et 2016. Chez les adultes, le taux de surpoids et d’obésité a progressé de 28,4 % en 2000 à 41,7 % en 2016.

Le Comité régional est un mécanisme directeur qui réunit les ministres de la Santé de l’ensemble des 47 États membres de l’OMS de la région africaine.

 

Post A Comment

No Comments