SUN Newsletter
Home / Actualités / Agissons tous ensemble maintenant!

Agissons tous ensemble maintenant!

  |   Implication de plusieurs parties prenantes, SUN dans la pratique

Le Bénin a institutionnalisé les MSP pour la nutrition avec un décret présidentiel.

Jean Cokou Tossa, président du Conseil national de l’alimentation et de la nutrition et Point focal SUN du Gouvernement décrit l’action des diverses parties prenantes au niveau national et communautaire…

« Nous invitons les États, les organisations régionales et internationales, la société civile et notamment les ONG à se mobiliser fortement contre la sous-nutrition au Bénin et en Afrique... »

Déclaration de Cotonou

La capacité de réunir de multiples parties prenantes pour lutter contre la malnutrition au Bénin a été mise en évidence en Février 2013, lors d’un événement organisé pour sensibiliser sur l’importance de la nutrition pour la santé et le développement. L’événement était organisé conjointement par le Gouvernement du Bénin (le Conseil national de l’alimentation et de la nutrition), la société civile (CARE International) et l’Organisation des Nations Unies (Unicef Bénin). Les ministère de la Santé et de l’Agriculture, le Bureau du président, les agences des Nations Unies, les représentants de la société civile, des fondations, des donateurs et des médias y prenaient part. Helene Gayle, présidente et directrice générale de CARE USA et membre du Groupe principal SUN, a présenté la Déclaration de Cotonou invitant toutes les parties prenantes à agir et à se sentir responsable des progrès sur la nutrition avec le slogan « Agissons tous ensemble maintenant ! » L’événement tenu en Février 2013 témoigne des efforts que le Gouvernement du Bénin déploie pour mettre en place une véritable approche multi-acteurs pour améliorer la nutrition. 

Institutionnaliser une plateforme multisectorielle et multi-acteurs pour la nutrition

En juin 2009, le Gouvernement du Bénin a créé par le décret 245, le Conseil national de l’alimentation et de la nutrition (CAN). Il s’agit d’une plateforme multisectorielle et multiacteurs de 17 membres placée sous l’autorité du Président et qui inclut des représentants du : ministère de l’agriculture, de la santé, de la protection sociale, du développement, des finances, de la décentralisation, du commerce ; de l’association nationale des communes du Bénin, l’association des fabricants de produits alimentaires, des institutions de formation et de recherche pour l’alimentation et la nutrition, de la société civile (associations de consommateurs et organisations non gouvernementales spécialisées dans la nutrition), la Chambre nationale d’agriculture et les organisations professionnelles agricoles.

Le CAN est une plateforme inclusive, ouverte à toute nouvelle partie prenante qui est concernée ou dont les activités sont pertinentes pour l’alimentation et à la nutrition. Le CAN offre une synergie d’actions visant à améliorer l’état nutritionnel des groupes vulnérables (enfants moins de cinq ans, adolescentes, femmes enceintes et allaitantes). Il est chargé de:

  • élaborer la politique nationale sur l’alimentation et la nutrition
  • garantir le mise en œuvre, le suivi et l’évaluation du Plan d’action national pour l’alimentation et la nutrition et
  • coordonner les actions relatives à l’alimentation.

Les responsabilités, l’organisation et les fonctions du CAN étaient définies dans un document de référence relatif au décret 245 dans lequel sont décrites les fonctions des ministères de l’agriculture, la santé et la protection sociale. Les ministères du commerce et de l’industrie, des finances, du développement et de l’administration locale fournissent un soutien par l’élaboration de la réglementation, et la mobilisation des ressources pour la nutrition.

La nomination d’un secrétaire permanent et le recrutement de personnel en mars 2013 a renforcé le CAN. Des réunions plénières ont lieu deux fois par an, en plus des réunions externes de groupes de travail technique.

Mobilisation des grand-mères à travers les efforts de multiples parties prenantes

Le projet d’éducation des communautés sur la nutrition est un projet novateur et fait partie du plan de développement stratégique pour l’alimentation et la nutrition mis en place par le Gouvernement béninois en 2007.
Dans dix communes où les taux de malnutrition chronique sont particulièrement élevés, les grandsmères ont été formées pour surveiller de près la santé des jeunes enfants et sensibiliser l’ensemble du village sur l’importance d’une bonne nutrition. Lancée en janvier 2012, l’initiative est le résultat des efforts de plusieurs parties prenantes. Elle s’inscrit dans la stratégie plus large du gouvernement avec l’appui de la Banque mondiale et est financée par le Fonds japonais de développement social.
Le projet est mis en œuvre par des groupes locaux de la société civile sous l’égide de Plan Bénin, une organisation internationale non gouvernementale. Au total 12 607 grands-mères ont reçu une formation sur la santé et le bien-être des femmes enceintes et des jeunes enfants. Leur mission est de convaincre tout le village de la nécessité d’adopter des pratiques alimentaires saines. La portée du projet ne se limite pas aux grands-mères ; 17 823 mères ont reçu une formation sur les avantages de l’allaitement maternel exclusif. Le projet a restauré la santé nutritionnelle de 5 485 enfants âgés de 0 à 59 mois en proie à la malnutrition modérée et de 222 enfants de plus souffrant de malnutrition aiguë….
Source : Au Bénin, les mères mènent la lutte contre la malnutrition, Banque mondiale, octobre 2013

Plateformes complémentaires

En plus du CAN, il existe des sous -comités interministériels actifs. L’un d’eux est la Commission béninoise pour l’enrichissement des aliments, qui travaille avec le secteur privé sur l’iodisation du sel, enrichissement de l’huile et des farines (enrichissement des huiles en vitamine A et de la farine de blé en fer, en zinc et en vitamines B.

Une plateforme séparée pour les partenaires techniques et financiers a été créée et regroupe la Banque mondiale, les agences du système des Nations Unies (Unicef, FAO, PAM, OMS, PNUD, FNUAP), les partenaires bilatéraux et multilatéraux de développement et les organisations non – gouvernementales. L’Unicef a été choisi pour diriger cette plateforme en 2012 et 2013.

Travailler dans les communes

Les plateformes multi-acteurs ont été créées dans les dix communes (sur un total de 77 communes) où le Projet d’éducation de la communauté sur la nutrition est mis en œuvre. Coordonnées par le maire municipal, ce sont des entités consultatives donnant des conseils aux comités de supervision qui suivent des interventions en matière d’alimentation et de nutrition dans 160 villages. Ces plateformes ont été formalisées et regroupent des programmes publics et privés relatifs à l’agriculture, la santé et la protection sociale. Elles sont opérationnelles dans chaque commune.

Benin-1

Réalisations et défis à relever

Les principales réalisations du CAN sont les suivantes:

  • le suivi des activités du Projet d’éducation des communautés sur la nutrition
  • la création d’une ligne budgétaire spécifique pour la nutrition dans le budget national depuis 2012
  • l’adoption du décret 245 du conseil des ministres créant le CAN
  • la participation du Bénin à plusieurs réunions internationales, donnant plus de visibilité à la question de la sécurité alimentaire et nutritionnelle.

La mobilisation des ressources pour la mise en œuvre du Programme ‘alimentation et de nutrition axé sur les résultats (Panar), d’une valeur de 135 millions de dollars sur 4 ans, la sensibilisation du public et le plaidoyer auprès des décideurs pour focaliser l’attention sur la lutte contre la malnutrition à travers le changement des comportements, la mise en place d’un système d’information et de surveillance unique et multisectoriel (au niveau central et local), la prévention et, le cas échéant, la gestion des conflits entre les acteurs afin de favoriser la synergie dans les interventions relatives à la nutrition constituent les domaines prioritaires à l’avenir.

Principaux enseignements

  • L’engagement personnel et l’esprit d’équipe des membres des MSP issus de divers horizons, est essentiel au succès.
  • La création d’une plateforme des partenaires techniques et financiers pour travailler en harmonie et en synergie avec la MSP est bénéfique.
  • A travers l’appui de multiples parties prenantes, les communautés peuvent être mobilisées avec succès pour protéger et améliorer la nutrition.

Post A Comment

No Comments