SUN Newsletter
Home / Actualités / Aider les femmes à atteindre leurs objectifs d’allaitement

Aider les femmes à atteindre leurs objectifs d’allaitement

  |   Non classifié(e)

Blog rédigé par Elizabeth Alonge, directrice générale de l’ONG Child Health Advocacy Initiative au Nigeria*

©UNICEF/UN0119092/Sokhin

Les femmes sont les plus prodigieuses créatures sur terre. Une femme présente diverses caractéristiques qui diffèrent de celles d’un homme, notamment sur le plan physique, mental, biologique, reproductif, etc. Une femme atteint l’âge adulte après avoir traversé les étapes de l’enfance et de l’adolescence. Les femmes remplissent trois fonctions physiologiques qui sont totalement absentes chez les hommes : la grossesse, l’accouchement et l’allaitement. Chacun de ces mécanismes influe grandement sur le modèle comportemental des femmes et demande un soutien approprié, non seulement de la part de leurs proches, mais aussi de leur employeur.

Des études ont révélé qu’en l’absence de politiques de protection maternelle au sein de leur entreprise, la majeure partie des travailleuses ont tendance à démissionner en cours de grossesse ou après un accouchement. En revanche, les femmes qui assument le rôle de soutien financier dans leur famille reprennent le travail quelques semaines à peine après leur accouchement, laissant leurs nouveau-nés à la maison ou à la crèche. Ceux-ci sont donc nourris au lait artificiel plutôt qu’au lait maternel, qui est l’alimentation idéale pour des nourrissons.
Il a également été prouvé que, pour gagner en innovation et en créativité, une entreprise doit faire en sorte d’employer aussi bien des hommes que des femmes afin de disposer d’un réservoir de compétences variées. En d’autres termes, le rôle que jouent les femmes au sein d’une organisation ne peut être négligé, d’où la nécessité de les soutenir sur leur lieu de travail.
Depuis sa création, l’Organisation internationale du Travail accorde une importance centrale à la protection des femmes sur leur lieu de travail. Les entreprises peuvent jouer un rôle clé dans ce domaine en prolongeant la durée du congé de maternité jusqu’à six mois avec un paiement du salaire intégral des employées concernées et en autorisant, si besoin est, le travail à domicile.

© UNICEF/UNI33643/Pirozzi

© UNICEF/UNI33643/Pirozzi

De plus, une aide peut être apportée aux femmes sur leur lieu de travail en créant une crèche ou un espace favorable à l’allaitement afin de soutenir, de promouvoir et d’encourager l’allaitement exclusif. L’allaitement exclusif promeut la planification familiale, renforce le lien entre la mère et son enfant et réduit les risques de cancers du sein et des ovaires. Des études statistiques ont montré qu’en l’absence de crèche ou de salle dédiée aux tout-petits au sein de leur entreprise, les femmes ne peuvent pas allaiter leurs bébés durant leurs heures de travail. Cela met ainsi un frein à l’allaitement exclusif des bébés au cours des six premiers mois de leur vie ainsi qu’à l’allaitement continu jusqu’à leurs deux ans.

Au Nigeria, le taux actuel d’allaitement exclusif est de 17 %. En tant qu’ambassadrice de la nutrition, j’ai pour objectif d’établir 50 salles d’allaitement dans des sociétés privées au cours des six prochains mois et de mettre les médias à contribution pour amplifier le message de promotion, de protection et de soutien des mères qui allaitent. En appliquant cette stratégie, nous pourrons porter le taux d’allaitement exclusif à 50 % d’ici 2025 et normaliser l’allaitement au Nigeria.

Les mères qui travaillent dans une entreprise dotée d’un espace favorable à l’allaitement sont performantes et fournissent un travail de qualité en faisant preuve d’un engagement professionnel total. Elles sont également impatientes de reprendre le travail et de poursuivre leur carrière après avoir accouché. En plus de réduire les dépenses consacrées aux soins de santé, la protection et le soutien des mères qui allaitent contribuent également à la création d’une main-d’œuvre active et en bonne santé et augmentent la productivité de toute une nation. D’après les dernières données de la Banque mondiale, chaque dollar investi dans la nutrition peut générer jusqu’à 34 dollars en retour. Une aide à l’allaitement appropriée bénéficie aussi bien à la mère et à son bébé qu’à sa famille et à sa communauté.

En 2016, l’UNICEF a lancé un Appel à l’action en faveur de l’allaitement, dont « l’objectif n’est pas de faire pression sur les femmes pour qu’elles allaitent, mais d’éliminer les obstacles actuels qui empêchent les femmes souhaitant allaiter de le faire ».
Unissons nos forces pour mettre un terme à la malnutrition d’ici 2030, afin que les femmes et les enfants puissent réaliser leur plein potentiel.

*Elizabeth Alonge est la directrice générale de l’ONG Child Health Advocacy Initiative au Nigeria. Elle est conseillère auprès d’USAID et de Save the Children International. Elizabeth est également membre du Comité de l’État de Lagos pour la réduction des taux de mortalité maternelle et infantile (Lagos State Maternal & Child Mortality Reduction Committee) ainsi qu’une experte en nutrition et une militante en faveur des droits de l’enfant.

Post A Comment

No Comments