SUN Newsletter
Home / Actualités / Amélioration de la nutrition au Rwanda grâce à un projet à but lucratif

Amélioration de la nutrition au Rwanda grâce à un projet à but lucratif

  |   Réseau des donateurs SUN, Réseau des pays SUN

* Article publié à l’origine par la Banque mondiale


Pas moins de sept rapports institutionnels et universitaires sur les systèmes alimentaires mondiaux durables ont été publiés en 2019. Jamais autant d’attention n’a été accordée au rôle joué par nos systèmes alimentaires dans la protection de la santé de nos populations et de notre planète.

La mauvaise nouvelle est que tous les rapports partagent la même conclusion, à savoir que nos systèmes alimentaires actuels ne sont pas viables sur le plan de l’environnement, des ressources et de la nutrition.

Après des décennies de déclin constant, la tendance de la faim dans le monde s’est inversée. Alors que les dirigeants du monde se réunissent au Cap à l’occasion de la réunion du Forum économique mondial sur l’Afrique, nous savons que la faim est en hausse dans pratiquement toutes les sous-régions de l’Afrique. Avec plus de 820 millions de personnes qui souffrent toujours de la faim dans le monde, la réalisation de l’objectif de développement durable de l’élimination de la faim d’ici à 2030 commence à s’apparenter à une tâche herculéenne.

Plus de 250 millions de personnes souffrent de dénutrition en Afrique, ce qui les rend vulnérables aux maladies, aux carences et aux retards de développement qui inhibent leur plein potentiel. Les coûts économiques à long terme de cette situation sont colossaux : cela doit changer.

Étant donné que les effets du changement climatique devraient continuer de peser négativement sur la production alimentaire mondiale au cours des prochaines décennies, il sera vital que tout le monde œuvre de concert. Le secteur public doit se concentrer sur la mise en place de politiques économiques et sociales bénéfiques pour tous. Le secteur privé devrait développer une agriculture plus efficace et régénératrice, tout en protégeant mieux les sols et la biodiversité et en réduisant davantage les pertes et les déchets alimentaires.

Il y a aussi de bonnes nouvelles à signaler : nous savons comment inverser la tendance de la faim et de la malnutrition en Afrique. Royal DSM, en collaboration avec ses partenaires d’Africa Improved Foods (AIF), a prouvé l’efficacité des investissements dans l’agriculture et la production alimentaire locale. AIF est un nouveau partenariat public-privé multisectoriel qui nourrit le peuple rwandais, tout en favorisant la croissance économique.

Il s’agit du premier grand partenariat public-privé consacré à la lutte contre la faim et la malnutrition. AIF n’est toutefois pas un organisme caritatif. Il s’agit d’une coentreprise à but lucratif qui compte des actionnaires issus des secteurs public et privé. Avec un investissement de 70 millions de dollars, AIF aide à présent plus de deux millions d’enfants au Rwanda en leur offrant une meilleure nutrition, grâce à la coopération des petits exploitants agricoles, des gouvernements, des donateurs et des partenaires privés.

AIF achète des produits de base cultivés localement à plus de 24 000 petits exploitants agricoles, principalement des femmes, à des prix qui garantissent un revenu prévisible. Les récoltes sont transformées dans l’usine d’AIF à Kigali et distribuées dans tout le pays.

Une étude indépendante menée par l’Université de Chicago estime qu’AIF générera 756 millions de dollars au profit du peuple rwandais entre 2016 et 2031. Après deux années de succès, il est temps de reproduire ce modèle à l’échelle du continent.

Post A Comment

No Comments