SUN Newsletter
Home / Actualités / Au Burkina Faso, le réseau parlementaire pour la sécurité nutritionnelle se réunit pour discuter de leur contribution à la lutte contre la malnutrition

Au Burkina Faso, le réseau parlementaire pour la sécurité nutritionnelle se réunit pour discuter de leur contribution à la lutte contre la malnutrition

  |   Réseau de la société civile SUN, Réseau des Nations Unies pour le Mouvement SUN

burkina faso atelier parlementaire

Du 29 au 30 septembre 2016, au Burkina Faso, un « atelier parlementaire de dialogue sur la nutrition » a regroupé 35 députés membres du réseau parlementaire pour la sécurité nutritionnelle.

L’atelier a été co-organisé par le Ministère de la santé et l’initiative REACH en collaboration avec l’ONG Helen Keller International, le réseau des Nations Unies et le réseau de la société civile du Mouvement SUN. La cérémonie d’ouverture a été marquée par le discours du 4eme Vice-Président de l’Assemblée Nationale, l’honorable Ousséni TAMBOURA.

Le réseau parlementaire en sécurité nutritionnelle est composé de membres issus de différents groupes parlementaires de l’Assemblée Nationale, des secteurs ministériels, des réseaux du mouvement SUN et du Club des journalistes en nutrition.

L’objectif de cet atelier était de permettre un dialogue participatif sur les problèmes de nutrition au Burkina Faso afin de mieux sensibiliser les parlementaires en faveur d’actions nutritionnelles plus concrètes. Plusieurs points ont été discutés dont :

– les causes et conséquences de la malnutrition ;
– l’ampleur de la malnutrition au Burkina Faso;
– les engagements du pays en faveur de la nutrition ;
– les lois et les codes existants en lien avec la nutrition ;
– le financement de la nutrition et les mécanismes de coordination en nutrition ;
– les défis actuels et les perspectives.

L’atelier a abouti à l’élaboration d’un plan d’action du réseau parlementaire visant à renforcer :

  •  le plaidoyer en faveur de la nutrition, en intégrant la coordination de la nutrition à la Primature, et en augmentant la ligne budgétaire pour la nutrition au sein du budget du Ministère de la santé ;
  •  le dispositif législatif et réglementaire en faveur de la nutrition, avec l’élaboration d’une proposition de loi sur l’exonération douanière des « premix » (combinaison de vitamines et minéraux utilisée pour l’enrichissement d’aliments) et des aliments thérapeutiques, et l’élaboration d’une proposition de loi pour internaliser le Code de commercialisation des substituts du lait maternel ;
  • les capacités des parlementaires en matière de nutrition.

Post A Comment

No Comments