SUN Newsletter
Home / Actualités / « Ce que cachent les données », premier rapport annuel de la Fondation Gates sur les ODD

« Ce que cachent les données », premier rapport annuel de la Fondation Gates sur les ODD

  |   Réseau des donateurs SUN

Ce que cachent les données (The Stories Behind the Data) est le premier rapport annuel de la Fondation Bill & Melinda Gates destiné à accélérer les progrès sur la voie de la réalisation des Objectifs de développement durable (ODD). Il nous apprend pourquoi le retard de croissance est l’un des indicateurs les plus puissants dans le domaine de la santé publique, mais aussi l’un des plus complexes. Ce rapport suit 18 indicateurs figurant dans les ODD jugés essentiels pour la santé et le bien-être des populations. Les auteurs du rapport complètent les données chiffrées en racontant ce qui se cache derrière les chiffres, qu’il s’agisse des hommes, des innovations ou bien encore des politiques qui ont changé le cours des choses dans les pays où les progrès ont été les plus significatifs.

Le premier rapport Goalkeepers présente plusieurs études de cas, chiffres à l’appui, ayant pour thèmes : Mortalité infantile ; Mortalité maternelle en Éthiopie ; Planification familiale au Sénégal ; VIH ; Services financiers pour les démunis en Inde ; et Retard de croissance au Pérou.

 


« Si nous lançons ce rapport, que nous publierons chaque année jusqu’en 2030, c’est dans le but d’accélérer le progrès dans la lutte contre la pauvreté en aidant à identifier les problèmes pressants et les solutions prometteuses, en mesurant et interprétant les résultats essentiels, et en disséminant les meilleures pratiques »

Bill et Melinda Gates, Fondation Gates


 

 

Retard de croissance au Pérou. Bill et Melinda Gates indiquent dans le rapport que « le retard de croissance est l’un des indicateurs les plus puissants dans le domaine de la santé publique, mais aussi l’un des plus complexes ». Ils expliquent qu’« il est complexe parce qu’il est causé par une multitude de facteurs qui s’accumulent au fil du temps, de la santé de la mère à l’alimentation de l’enfant, ses antécédents médicaux ou encore des facteurs environnementaux ». Le rapport GoalKeepers17 accorde une attention particulière aux progrès réalisés pour réduire les taux de retard de croissance au Pérou, l’un des 59 pays SUN.

 


« Nous avons commencé par élaborer un modèle de causalité pour réduire la malnutrition infantile chronique fondé sur les données scientifiques disponibles, nous avons obtenu l’adoption de ce programme par toutes les parties prenantes »

Ariela Luna, ancienne ministre adjointe du Développement et de l’Évaluation sociale, Pérou


 

L’expérience du Pérou est impressionnante : en effet, ce pays a surmonté en grande partie la complexité du sujet en se concentrant sur des solutions ayant fait leurs preuves. Le pays a ainsi prouvé qu’il est possible d’apporter des solutions au problème de retard de croissance lorsque les dirigeants sont résolus à se fier aux éléments probants. Milo Stanojevich, directeur national de CARE Pérou, et Ariela Luna, ancienne ministre adjointe du Développement et de l’Évaluation sociale, expliquent dans ce chapitre comment le Pérou est parvenu à progresser autant en si peu de temps pour réduire la prévalence du retard de croissance chez les enfants.

 

Le rapport révèle également ce que cachent d’autres données :

  • Mortalité infantile : Selon les données mondiales en matière de mortalité infantile, la planète est sur la bonne voie. En 2016, six millions d’enfants de moins sont morts qu’en 1990. C’est davantage que le nombre total d’enfants en France.
  • Mortalité maternelle en Éthiopie : La réduction de moitié du nombre de décès de mères au cours de la dernière génération est l’un des succès les plus retentissants en matière de santé mondiale. Un succès d’autant plus impressionnant qu’il est extrêmement difficile de réduire la mortalité maternelle.
  • Planification familiale au Sénégal : La pauvreté. La mortalité maternelle. La mortalité infantile. L’éducation. L’égalité entre les sexes. Tous ces facteurs s’améliorent quand les femmes peuvent planifier leurs grossesses de manière à être physiquement et économiquement prêtes à avoir un enfant.
  • VIH : En 1990, le continent africain comptait 94 millions d’habitants âgés de 15 à 24 ans ; c’est la tranche d’âge la plus exposée au risque d’infection par le VIH. D’ici 2030, ils seront plus de 280 millions.
  • Services financiers pour les démunis en Inde : La pauvreté, ce n’est pas seulement le manque d’argent. C’est également le manque d’accès aux services financiers de base qui permettent aux plus pauvres d’utiliser le peu d’argent qu’ils possèdent pour améliorer leur sort.

Informations connexes

Post A Comment

No Comments