SUN Newsletter
Home / Actualités / Coordination sectorielle pour le changement des pratiques en matière de nutrition : expérience de West Gojam en Éthiopie

Coordination sectorielle pour le changement des pratiques en matière de nutrition : expérience de West Gojam en Éthiopie

  |   Blogs, Réseau de la société civile SUN

ECSC-SUN Logo final

À propos des auteurs : Cet article a été documenté et disséminé par Kenaw Gebreselassie et Sosina Melese – Coalition de la société civile pour le renforcement de la nutrition en Éthiopie (ECSC-SUN)].

Coordination sectorielle pour le changement des pratiques en matière de nutrition

Le Programme national de nutrition en Éthiopie (NNP) 2013 – 2015 appelle à une approche multisectorielle pour lutter contre la malnutrition dans le pays. La décentralisation et le renforcement de la mise en œuvre de ce programme étaient prévus jusque dans des petites localités.

Le Woreda de Bure de la zone de West Gojam est l’une des rares localités qui ont répondu positivement à l’appel et commencé à appliquer l’approche multi-sectorielle. Le Woreda a mis sur pied un organe de coordination multisectorielle de la nutrition et un comité technique de la nutrition. Dirigée par le poste de santé, la structure de coordination, qui est censée lutter contre les causes sous-jacentes de la malnutrition, a été décentralisée jusqu’au niveau des Kebeles.

Coordination multisectorielle dans le Kebele de Zallema

pictire 1Dans le Kebele de Zallema, l’intégration et la coordination des postes de santé, d’agriculture et d’éducation en tant que secteurs majeurs de la mise en œuvre du Programme national de nutrition du gouvernement est remarquable et exemplaire. Résidant tout près de la communauté, le conseiller en santé, le point focal d’Agriculture Development Army (Armée de développement agricole) et de nutrition scolaire se rencontrent régulièrement et effectuent diverses activités de nutrition qu’ils définissent dans leurs plans.

Collectivement en tant que membres du comité du Programme national de nutrition de niveau des Kebeles, ils organisent divers événements de sensibilisation qui profitent à la communauté. Les conseils pour une meilleure nutrition font partie de leurs tâches quotidiennes de routine. Ils visitent régulièrement les ménages et suivent les familles ayant des enfants de moins de cinq ans. Ils effectuent des séances de démonstration de cuisine et aident les ménages dans la préparation de leur jardin potager.  En octobre dernier, ils ont organisé conjointement une séance de démonstration de cuisine qui a contribué à éduquer les mères sur la préparation des aliments nutritifs aux enfants de plus de six mois. « Nous avons réussi à attirer beaucoup de familles et à les sensibiliser.  La participation des postes d’autres secteurs pour y arriver était vraiment remarquable. », a déclaré Yeshimebet, conseillère en santé de Zallema.

Birilew Mintesinot, qui dirige le poste de nutrition du Woreda de Bure, se souvient comment ils ont pu décentraliser en douceur la structure de coordination du Woreda au niveau du Kebele et à la rendre fonctionnelle.

Nous avons d’abord recensé les actions réalisées séparément pour la nutrition. Nous avons ensuite consulté le document du Programme national de nutrition pour nous informer des actions devant être entreprises par tous les secteurs d’application. Nous avons enfin décentralisé la structure de niveau de Woreda, au niveau du Kebele. De cette façon, nous avons commencé à mettre en œuvre la coordination multisectorielle de la nutrition dans certains Kebeles sélectionnés et à l’étendre progressivement. Maintenant, les secteurs sont bien conscients du fait qu’ils ont tous un rôle dans la nutrition, a expliqué Birilew

Avant, mon collègue et moi étions les seuls conseillers en santé à nous évertuer à travailler sur la nutrition et à nous efforcer d’amener la communauté à connaître l’importance d’une bonne nutrition. Aujourd’hui les bureaux des secteurs de l’agriculture, de l’éducation et d’autres bureaux du secteur sont engagés et travaillent en étroite collaboration avec nous, compte tenu du fait que la nutrition nécessite une coordination multisectorielle. J’en suis très heureuse. Le changement est louable en termes de lutte contre la malnutrition dans notre localité, a déclaré Yeshimebet.

Alignant leurs plans d’action, le trio constitué des bureaux de santé, agriculture et éducation met en œuvre le plan de la nutrition commune sur la base de la compréhension commune de l’impact de la participation de leurs secteurs respectifs dans la réduction de la malnutrition dans leurs localités. Ce faisant, ils commencent à faire une différence dans la vie de beaucoup.

Le comité se réunit une fois par mois et constate les points d’avancées et les points de difficultés dans les tâches qui leurs sont assignées. Ils tiennent un registre de leurs réalisations et échecs et s’évaluent les uns les autres ouvertement. Ils tiennent également un registre de leurs discussions mensuelles et rédigent une note de points d’action, pour orienter et suivre leurs travaux futurs. Ce comité du Programme national de nutrition établi au niveau du Kebele et sa forte coordination sont si exemplaires qu’ils devraient servir de modèle pour d’autres régions et localités. Auparavant, l’intervention pour la nutrition n’était que l’apanage des seuls conseillers en santé ; actuellement, le soutien des bureaux de l’agriculture et de l’éducation et d’autres bureaux sectoriels concernés contribue désormais aux interventions et changements observés dans la nutrition à Zallema.


 

En 2013, la Coalition de la société civile pour le renforcement de la nutrition en Éthiopie (ECSC) a été créée pour galvaniser les efforts visant à alléger le fardeau de la malnutrition. Elle est présidée par Save the Children et financée par IrishAid.

Irish Aid LogoSave the Childen logo

Post A Comment

No Comments