SUN Newsletter
Home / Actualités / Défis d’une amélioration de la nutrition au Mozambique et engagement du secteur privé

Défis d’une amélioration de la nutrition au Mozambique et engagement du secteur privé

  |   Réseau du secteur privé SUN

* Initialement publié par le réseau du secteur privé SUN

Le réseau du secteur privé SUN au Mozambique (SBNMoz) a réuni 200 participants (entreprises nationales, représentants du gouvernement, société civile, milieux universitaires) à l’occasion de sa 3e conférence annuelle pour discuter de l’amélioration de la nutrition au Mozambique et de ses enjeux. Le thème de la conférence de cette année était « Les systèmes alimentaires comme moyens de promouvoir la nutrition au Mozambique ». L’évènement était organisé par l’Alliance mondiale pour l’amélioration de la nutrition (GAIN) et le Programme alimentaire mondial (PAM), en partenariat avec la Confédération des associations économiques du Mozambique (CTA) et avec le soutien du Secrétariat technique pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle (SETSAN).

L’évènement s’articulait autour de deux sessions.

La première, la « Réunion des plateformes du Mouvement SUN au Mozambique » examinait les recommandations faites au secteur privé dans le cadre des initiatives de promotion de la nutrition.

Graça Machel, présidente de la Fondation pour le développement des communautés (FDC), principale oratrice de cette première session, s’est adressée aux participants pour les sensibiliser à la « manière de tirer au mieux parti des plateformes du Mouvement SUN au profit de la nutrition au Mozambique ». Selon madame Machel « il est grand temps d’agir. Nous devons tous retrousser nos manches, aller sur le terrain pour y apporter notre contribution par des actions concrètes ». Elle ajoute que « nous disposons des infrastructures nécessaires pour réduire la malnutrition, mais la lutte contre une malnutrition chronique d’un taux de prévalence de 43 % reste difficile. Alors que faire ? Nous devons passer à l’action ». Graça Machel a lancé un défi au secteur privé en précisant que « il faut créer des conditions permettant à chaque enfant mozambicain de manger au moins un œuf par semaine pour assurer une meilleure nutrition pour tous ».

La seconde partie de l’évènement s’adressait au secteur privé et se concentrait sur « les systèmes alimentaires comme moyens de promouvoir la nutrition ».. Higino de Marrule, ministre de l’Agriculture et de la Sécurité alimentaire a inauguré la séance en annonçant la présence de Lawrence Haddad, directeur exécutif du GAIN et de Maria de Andrade du Centre international de la pomme de terre (CIP), tous deux récipiendaires du prix mondial de l’alimentation de 2018 et de 2016.

« Nous allons tout mettre en œuvre de sorte que les différents acteurs bénéficient d’un environnement propice au développement de leurs activités, en totale indépendance et de manière impartiale, en créant des incitations et en facilitant l’exécution de leurs actions » a déclaré Higino de Marrule.

Dans les semaines à venir, le réseau du secteur privé du Mozambique (SBNMoz) organisera des tables rondes dans les provinces pour discuter des défis du système alimentaire et de la promotion de la nutrition au Mozambique.

 

Post A Comment

No Comments