Home / Actualités / Des enfants souffrent de malnutrition chronique à l’Est du Cameroun

Des enfants souffrent de malnutrition chronique à l’Est du Cameroun

  |   Réseau de la société civile SUN, Réseau des pays SUN

Selon les indications données par le Point focal nutrition en service à la délégation régionale de la Santé Publique de l’Est, la situation est peu reluisante. « D’après les enquêtes menées par Unicef en 2018, 35,4 pour cent  d’enfants souffrent de malnutrition chronique ayant pour principale conséquence le niveau important de retard de croissance desdits enfants. Par ailleurs, il faut noter que la malnutrition aigüe globale est de 2,5 pour cent. Compte tenu de ces résultats, les défis pour l’accompagnement des communautés locales pour renverser la tendance sont énormes et les pouvoirs publics ont besoin de l’adhésion de toutes les sectorielles afin que les pratiques nutritionnelle des enfants soient garanties pendant au moins, les 1000 premiers jours de vie », rapporte Dr Osé Nchanje.

Cette situation est beaucoup plus palpable dans les localités transfrontalières de la région de l’Est qui a longtemps subi la crise sécuritaire vécue en République Centrafricaine voisine. « Ce phénomène d’insécurité de ce pays voisin a boosté la population de la comme de Garoua-Boulai avec un afflux important de réfugiés centrafricains. La production agropastorale s’étant amenuisée au regard de la demande croissante, nous avons été confrontés dans notre commune, aux problèmes d’insécurité alimentaires et de mal nutrition», explique Yafone Ndoé Esther.

Mme le maire de la commune transfrontalière de Garoua-Boulai est que, « le plus grand regret est que durant toutes ces dernières années, l’aide alimentaire des partenaires au développement n’était pas accessible aux populations locales et aussi notre commune n’a pas toujours été impliquée dans les activités de nutrition. Actuellement, les réfugiés ne bénéficient plus d’appui alimentaire. Chacun se débrouille comme il peut. Le processus d’autonomisation est enclenché sans que la commune ne soit impliquée. Nous pensons donc qu’avec, le présent atelier, nous avons des éléments nécessaires et appropriés  pour mieux appréhender le sujet désormais ».

Comme l’exécutif municipal de cette commune, une trentaine  d’élus locaux et des leaders des Organisations de la société civile  étaient présents lors des assises de Bertoua. Tous ou presque, s’accordent à dire que la question revêt d’une importance capitale pour le bien-être et le développement durable.

En réalité, plusieurs progrès dans la lutte contre la malnutrition sont mis en œuvre par les pouvoirs publics et quelques partenaires au développement mais beaucoup reste encore à faire. En dépit de ces progrès, il subsiste encore des lacunes énormes dans les capacités des acteurs de la nutrition à se mobiliser  et faire front commun, notamment les acteurs clés. Il faut souligner qu’au cours de ces dernières années, la fondation Helen Keller International (HKI) comme chef de file  de la plate-forme de la société civile a facilité mes opérations et la logistique de la plate-forme dont le nombre de membres et les actions se sont élargies durant la période 2013-2015. Le mouvement Sun Scaling Up Nutrition qui a initié la rencontre de Bertoua souhaite éradiquer la malnutrition sous toutes ses formes.

« Nous attendons que les participants à cette rencontre maitrisent les éléments fondamentaux de la nutrition.  Comme attentes majeures, on peut parler de la lettre d’engagement des maires pour l’institutionnalisation dans les communes de la problématique de la planification et de la budgétisation des projets de développement local sensible à la nutrition », a laissé entendre  Michel Hendji Yoya, Directeur Adjoint (HKI) au Cameroun.

Et  sans surprise, à la clôture des travaux le 18 janvier 2019, un plan d’action pour chaque commune représenté é pour  la création  des Comités Communaux Sun et une déclinaison dans chaque village a été présenté. Mais aussi, l’on a assisté à la mise en place d’un réseau des Maires de l’Est engagés dans la thématique du Sun assorti d’un plan d’action participatif pour les 6 prochains mois.

Publié à l’origine par Actu Cameroun

Post A Comment

No Comments