SUN Newsletter
Home / Actualités / Des millions de personnes en Amérique centrale ont besoin d’une aide alimentaire d’urgence après le passage de l’ouragan Eta

Des millions de personnes en Amérique centrale ont besoin d’une aide alimentaire d’urgence après le passage de l’ouragan Eta

  |   Réseau des Nations Unies pour le Mouvement SUN, Réseau des pays SUN

© PAM/Oscar Duarte

Des millions de personnes en Amérique centrale ont besoin d’une aide alimentaire d’urgence après le passage de l’ouragan Eta, l’une des pires tempêtes depuis des décennies, alors que les craintes d’une nouvelle tempête dans les prochains jours grandissent.

Les fortes pluies, les vents violents, les glissements de terrain meurtriers et les inondations déclenchés par Eta après avoir touché terre au Nicaragua au début de ce mois ont tué des dizaines de personnes, détruit des infrastructures et porté atteinte aux moyens de subsistance des populations rurales sur son passage en Amérique centrale, notamment au Belize, au Guatemala et au Honduras.

« Eta est arrivé au pire moment, rendant la vie plus difficile à des millions de personnes déjà durement touchées par des années de conditions météorologiques capricieuses et par la crise socio-économique provoquée par la COVID-19. Nous craignons également que des pluies plus abondantes et des inondations ne détruisent la prochaine récolte dont dépendent les agriculteurs de subsistance pour survivre », a déclaré Miguel Barreto, directeur régional pour l’Amérique latine et les Caraïbes.

Eta était le 28e ouragan d’une saison déjà record. L’Administration nationale pour les océans et l’atmosphère des États-Unis met en garde contre les chances réelles qu’une autre tempête se forme dans les prochains jours.

Le PAM a utilisé ses ressources internes pour acheminer les stocks de nourriture, intensifier les opérations actuelles axées sur les personnes touchées par la COVID-19 et mobiliser des équipes en vue de répondre à la situation d’urgence dans les zones les plus touchées d’Amérique centrale.

L’ouragan aggrave la faim déjà exacerbée par le coronavirus. Avant la pandémie, le Corridor sec d’Amérique centrale (El Salvador, Guatemala, Honduras et Nicaragua) a connu cinq années de sécheresse prolongée et de mauvaises récoltes en raison de conditions climatiques capricieuses, ce qui a entraîné l’insécurité alimentaire des petits exploitants agricoles, des travailleurs journaliers et de leurs familles.

© PAM/Oscar Duarte

Le PAM prévoit que le nombre de personnes souffrant d’insécurité alimentaire grave dans le Corridor sec pourrait passer de plus de 1,6 million en 2019 à près de 3 millions en 2020, en raison des répercussions socio-économiques de la COVID-19.

« Pour éviter que la situation ne devienne une crise humanitaire plus importante, le PAM appelle à un soutien accru des donateurs », a déclaré M. Barreto.

Une première évaluation indique que les besoins de financement immédiats pour venir en aide aux personnes les plus vulnérables s’élèvent à environ 13,2 millions de dollars US. Ce chiffre devrait augmenter au cours des prochaines semaines, à mesure que l’ampleur des conséquences d’Eta se précisera.

Post A Comment

No Comments