SUN Newsletter
Home / Actualités / Des pertes agricoles menacent la sécurité alimentaire de deux millions de personnes en Amérique centrale

Des pertes agricoles menacent la sécurité alimentaire de deux millions de personnes en Amérique centrale

  |   Réseau des Nations Unies pour le Mouvement SUN, Réseau des pays SUN

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (la FAO) et le Programme alimentaire mondial (PAM) s’inquiètent qu’aux mois de juin et juillet, les chutes de pluie ont été inférieures à la moyenne et les conditions climatiques sont plus sèches que la moyenne, ce qui a des répercussions sur le premier et principal cycle de récoltes en Amérique centrale, connu sous le nom de « primera ».

« Alors même que les communautés rurales se remettaient peu à peu de la sécheresse de 2014 et du phénomène El Niño de 2015, l’un des plus forts jamais observés, voilà qu’une nouvelle sécheresse accable les populations les plus vulnérables »déclare Miguel Barreto, directeur régional du PAM pour l’Amérique et les Caraïbes.

Selon les gouvernements du Guatemala, du Salvador et du Honduras, les récoltes de maïs et de fèves, principaux aliments de base dans la région sur lesquels repose la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations, sont les plus touchées par cette sécheresse. Ces mêmes gouvernements ont signalé des pertes équivalentes à 281 000 hectares qui vont irrémédiablement accroître le coût des denrées alimentaires pour toute la population.

Les agences des Nations Unies avertissent sur le risque d’aggravation de la situation avec l’arrivée possible de El Niño d’ici la fin d’année qui pourrait peser sur la sécurité nutritionnelle et alimentaire déjà « précaire » des communautés rurales vulnérables de la région.

Le second cycle de récoltes (connu sous le nom de « postrera » et qui permet généralement de combler les manques de la première récolte) a lieu en novembre mais les agences des Nations Unies indiquent que « même si le phénomène El Niño se révèle faible, il aura un effet significatif sur le second cycle de récoltes ».

« Avec le soutien de la communauté internationale, nous travaillons ensemble avec les gouvernements et les communautés rurales pour renforcer leur résilience face aux variations climatiques extrêmes. Cependant, nous devons redoubler d’efforts et aider les communautés rurales les plus isolées » expliquent Miguel Barreto du PAM.

 

Suite aux événements de 2014 et 2015, les agences humanitaires ont fourni une aide alimentaire à des milliers de personnes de communautés vulnérables de la région afin d’améliorer la sécurité alimentaire et accroître la résilience des familles, des communautés et des institutions. Il s’agit entre autres de préserver les sols et l’eau, d’améliorer les pratiques agricoles et de leur apprendre à faire face aux catastrophes naturelles, tout en consolidant les systèmes de suivi de la sécurité alimentaire et nutritionnelle.

« Il est urgent d’améliorer la résilience climatique des habitants d’Amérique centrale » déclare le représentant régional de la FAO, Julio Berdegué. « L’effet de cette nouvelle sécheresse sur la migration nous inquiète beaucoup, dans un contexte international qui limite les déplacements de milliers de personnes qui, chez eux, ne parviennent pas à nourrir leur famille » ajoute-t-il.

Pour atténuer les risques du phénomène de cette année, la FAO et le PAM, en collaboration étroite avec les gouvernements et ses partenaires, envisagent plusieurs mesures : un suivi minutieux des effets de la sécheresse sur les prix des aliments de base, une analyse de la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations les plus vulnérables, des accords pour permettre la migration provisoire réglementée, sûre et ordonnée des communautés rurales les plus touchées par la sécheresse ; et la mobilisation de ressources afin d’amplifier la récolte des eaux de pluie et de consolider les systèmes de stockage pour réduire l’impact des sécheresses à venir.

Informations connexes

La FAO et le PAM s’inquiètent des effets de la sécheresse sur les populations les plus vulnérables d’Amérique centrale

• Amérique centrale : une sécheresse entraîne des pertes de cultures qui menacent la sécurité alimentaire de 2 millions de personnes

 

Post A Comment

No Comments