SUN Newsletter
Home / Actualités / DES POLITICIENS ET DES SPORTIFS DES JEUX OLYMPIQUES UNIS POUR L'UTILISATION D'UNE SUBSTANCE FAVORISANT UNE MEILLEURE PERFORMANCE

DES POLITICIENS ET DES SPORTIFS DES JEUX OLYMPIQUES UNIS POUR L’UTILISATION D’UNE SUBSTANCE FAVORISANT UNE MEILLEURE PERFORMANCE

  |   Blogs

user-avatar-picÀ propos de l’auteur

Fran Roberts, conseiller pour la politique et le plaidoyer de nutrition à Save the Children

Cet article a été publié sur le blog de Save Children Royaume-Uni

nutrition_summitDe temps en temps, Save the Children me donne l’occasion d’écrire un blog pour mettre en évidence la politique en matière de nutrition. Mais si je me servais de ce privilège pour accuser les sportifs des jeux olympiques et les dirigeants politiques d’utiliser des substances améliorant la performance ? Eh bien, voyons voir…

Parce que sérieusement, comme je le vois, l’un des liens entre les Jeux olympiques, en commençant par ceux de Rio dans six mois et le Sommet de la nutrition pour la croissance, également à Rio dans six mois, doit être l’accès privilégié des participants à une substance favorisant de meilleures performances notamment : les aliments nutritifs.

Il est impossible de ne pas admirer les réalisations des athlètes olympiques, dont le dévouement à leur sport me décourage certainement, ou en fait, découragerait toute personne normale se dévouant à une quelconque activité de ne jamais … eh bien … y parvenir. Par exemple, Michael Phelps s’entraine six heures par jour, six jours par semaine et doit manger près de cinq fois la quantité recommandée de nourriture pour avoir l’énergie nécessaire pour effectuer ses 50 miles de nage. Imaginez !

Néanmoins, même si nous sommes tant rapetissés par les performances de l’athlète olympique le plus décoré de tous les temps, peut-on vraiment dire que sa performance soit la meilleure qui soit ? Ou tout simplement qu’il est le meilleur d’entre nous qui, par un hasard de naissance, a bénéficié d’un accès suffisant à des « substances améliorant la performance » dès le plus jeune âge ?

Prenez la malnutrition. Un nombre incalculable d’enfants sont privés de la chance d’un avenir par leur manque d’accès aux substances les plus fondamentales favorisant la performance, telles que le lait maternel, les aliments nutritifs, les médicaments, les installations sanitaires, ou même un revenu familial minimum.

Un chiffre ahurissant de 161 millions d’enfants ne reçoivent pas les bons nutriments lorsqu’ils en ont le plus besoin, dans les 1°000 premiers jours entre la conception et leur deuxième anniversaire. Pour les enfants, ne pas recevoir une alimentation adéquate, à ce stade critique peut :

visiblement endommager la croissance de certains de leurs organes les plus vitaux

empêcher le développement d’un système immunitaire sain, une des principales raisons pour lesquelles 45 % des décès d’enfants âgés de moins de cinq ans peuvent être liés à la malnutrition

retarder de manière irréversible la croissance physique et le développement cognitif.

Pour ces raisons, les chances pour les enfants qui survivent à la malnutrition de réussir comme athlètes, politiciens ou à peu près dans toute autre activité à laquelle on peut aspirer sont gravement sapées.

Alors, comment cela se reflète-t-il sur chacune de nos réalisations ? Les athlètes olympiques ou les chefs d’État d’aujourd’hui n’auraient-ils pas été déclassés par quelqu’un d’autre si la malnutrition ne détruisait pas des millions de vies chaque année ? Il s’agit rarement d’un jeu à armes égales…

Voilà pourquoi pour moi, le Sommet de la nutrition pour la croissance et les Jeux Olympiques sont inextricablement liés. Les chefs d’État se sont engagés à parvenir à un monde Faim zéro d’ici à 2030, et le Sommet de la nutrition pour la croissance au Brésil est comme un arrêt qu’ils effectuent tous les quatre ans pour refaire le plein d’énergie, examiner les progrès et engager des ressources permettant de s’assurer qu’ils atteignent leurs objectifs. S’ils font un bon travail, aux cinquièmes Jeux olympiques (2032) à compter de celui-ci, nous pourrons alors vraiment enfin assister à une véritable compétition olympique, une compétition où personne ne pourrait dire qu’il ne s’était pas suffisamment nourri pour gagner.

Post A Comment

No Comments