SUN Newsletter
Home / Actualités / Deuxième conférence mondiale des Nations Unies sur les systèmes alimentaires durables au Costa Rica

Deuxième conférence mondiale des Nations Unies sur les systèmes alimentaires durables au Costa Rica

  |   Réseau des donateurs SUN, Réseau des pays SUN

Plus de 150 spécialistes représentant des entités publiques et privées, ainsi que des ONG, ont participé à la 2e Conférence mondiale du Programme pour des systèmes alimentaires durables du réseau One Planet de l’Organisation des Nations Unies, qui s’est tenue au siège de l’Institut interaméricain pour la coopération dans l’agriculture (IICA) au Costa Rica.

Parmi les experts qui ont participé à l’événement figuraient Lawrence Haddad, lauréat du Prix mondial de l’alimentation 2018 et directeur exécutif de l’Alliance mondiale pour l’amélioration de la nutrition (GAIN), et Bernard Lehmann, secrétaire d’État et directeur général de l’Office fédéral de l’agriculture de la Suisse. Ils ont été accueillis au siège de l’IICA par le ministre de l’Agriculture et de l’Élevage du Costa Rica, Renato Alvarado.

Les interventions des participants ont été axées sur la nécessité de transformer les systèmes alimentaires en utilisant une approche complète et systémique pour s’attaquer à une dure réalité : 821 millions de personnes dans le monde souffrent de la faim, tandis que 33 % de la population gaspille de la nourriture, ou souffre d’un type de malnutrition ou d’obésité.  De plus, le rythme auquel nous utilisons nos ressources naturelles dépasse la capacité de la planète à régénérer ces ressources.

« Nous devons transformer notre approche en matière de production et de consommation alimentaires, en nous assurant que l’écosystème sera productif pour les générations futures », a expliqué Bernard Lehmann.  « Par conséquent, si tous les acteurs de la chaîne de valeur font partie du problème, ils devraient également faire partie de la solution. »

Un système alimentaire durable est un système qui fournit des aliments nutritifs accessibles à tous et dans lequel la gestion des ressources naturelles préserve les écosystèmes tout en garantissant la satisfaction des besoins humains actuels et futurs.

Les autorités et les spécialistes qui ont pris part à l’événement ont tous convenu que tout progrès significatif dans ce domaine exigerait une volonté politique, le développement d’initiatives conjointes associant tous les acteurs, des innovations et surtout, l’inclusion du secteur agricole et des agriculteurs, qui auront à jouer un rôle central dans le changement nécessaire.

 

« On croit souvent, bien à tort, que l’agriculture n’est pas nécessaire au développement des pays », explique Renato Alvarado, ministre de l’Agriculture.  Des stratégies sont en cours d’élaboration pour protéger l’environnement naturel, mais le secteur n’a jamais été considéré comme une partie importante de ce processus. En ce qui concerne le développement futur de l’Amérique latine et du monde en général, les agriculteurs ne doivent pas être négligés.  Un pays qui condamne son agriculture condamne son peuple à la faim. »

Lloyd Day, directeur général adjoint de l’IICA, est allé dans le même sens, soulignant que le développement durable commence avec les agriculteurs, car ce sont eux qui prennent le plus grand soin de la terre, puisqu’ils en dépendent non seulement pour nourrir le monde, mais aussi en tant que source de revenus et de bien-être pour leurs familles.

« En outre, l’intégration de la science est essentielle pour comprendre ce qui se passe sur la planète et pour nous aider à améliorer nos options pour produire des aliments plus intelligemment – en produisant plus avec moins », a ajouté Lloyd Day.

 


« Nous devons créer des liens entre les producteurs et les marchés et souligner l’importance de la nutrition et son impact sur la santé.  L’un des messages clés est que nous devons cesser de parler de nourrir le monde.  C’est un objectif erroné.  La bonne approche consiste non seulement à nourrir, mais à répondre aux besoins nutritionnels, tout en assurant la durabilité des ressources.  C’est là le défi : nourrir le monde de manière durable »

Lawrence Haddad, Directeur exécutif de GAIN et membre du Comité exécutif du Mouvement SUN.


 

La deuxième Conférence mondiale du Programme pour des systèmes alimentaires durables du réseau One Planet des Nations Unies est accueillie par le gouvernement du Costa Rica, sous la direction du ministère de l’Agriculture et de l’Élevage (MAG), du gouvernement de la Suisse, du Programme des Nations Unies pour l’environnement, de l’ONG HIVOS, et du Fonds mondial pour la nature (WWF), avec le soutien du gouvernement allemand, de l’IICA et de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

Post A Comment

No Comments