SUN Newsletter
Home / Actualités / En Éthiopie, la fourniture de l'assistance technique montre que l'amélioration des données sur la nutrition peut améliorer la prise de décisions

En Éthiopie, la fourniture de l’assistance technique montre que l’amélioration des données sur la nutrition peut améliorer la prise de décisions

  |   Réseau des donateurs SUN, Réseau des pays SUN

* Publié initialement par Nutrition International


Le mécanisme d’assistance technique à la nutrition (NTEAM) de Nutrition International fournit une assistance technique à 20 pays qui ont adhéré au Mouvement pour le renforcement de la nutrition (SUN), avec l’aide du gouvernement britannique au travers du programme d’assistance technique à la nutrition (TAN). En 2020, le NTEAM  a procédé à l’évaluation des progrès de huit missions d’assistance technique récentes. Cette évaluation portait en particulier sur l’assistance fournie à l’Éthiopie entre juillet 2017 et 2019 pour la mise en œuvre de la phase 1 de la Déclaration de Seqota, un engagement de haut niveau pris par le gouvernement éthiopien pour mettre fin au retard de croissance et à la dénutrition des enfants d’ici 2030. Parmi les nombreuses conclusions décrites ci-dessous, l’évaluation a révélé que l’aide technique a permis de mieux hiérarchiser les interventions en matière de nutrition, en fournissant aux décideurs de meilleures données et de nouvelles capacités, et a également constaté que la redevabilité a été renforcée, des missions au niveau des districts ayant été soutenues lorsque les dirigeants s’engageaient à atteindre leurs objectifs.

Quel type d’assistance technique Nutrition International a-t-elle fourni en Éthiopie ?

Le fournisseur d’assistance technique de NTEAM en Éthiopie, Yitbarek Kidane Woldetensay, a aidé à l’évaluation de la première phase de la Déclaration de Seqota par l’Unité fédérale d’exécution des programmes (FPDU), et a joué un rôle clé dans la coordination des partenaires pour l’évaluation.1 Il a contribué à l’élaboration du protocole d’enquête de base, des outils de collecte de données, des indicateurs, du questionnaire et du plan de travail. Il a également formé les enquêteurs, encadré le travail sur le terrain et supervisé le nettoyage et l’analyse des données, ce qui a permis d’établir un rapport de données de base solide et fiable pour la programmation.

Alors, que conclut l’évaluation des progrès ?

L’évaluation des progrès a montré que les résultats de l’enquête de référence ont fourni à la FPDU des informations appropriées qui ont renforcé sa  capacité  à prendre des décisions en connaissance de cause, à identifier les interventions prioritaires et à fixer des objectifs et des indicateurs de performance clés trimestriels et annuels. Ces derniers ont été approuvés par les parties prenantes au niveau national ou décentralisé, ce qui montre qu’elles reconnaissent la  qualité de l’enquête. En mars 2019, une mission interministérielle dans les woredas (districts) de la Déclaration de Seqota a offert l’opportunité de déclarer l’engagement et le soutien du gouvernement à la réalisation des objectifs, sur la base des résultats de l’enquête, ce qui a amélioré la redevabilité,  la coordination et la gestion des performances des partenaires de la Déclaration de Seqota. L’enquête devrait également contribuer à améliorer  l’égalité des sexes, en mettant en évidence les disparités des indicateurs de nutrition grâce à des données ventilées par sexe. L’enquête de référence a également  mis en évidence la difficulté d’accès aux établissements de santé, remettant en question les hypothèses selon lesquelles ces établissements étaient les mieux placés pour la mise en œuvre. En conséquence, il a été décidé de travailler plutôt avec des groupes communautaires pour faciliter  un déploiement plus large. Un cadre de suivi élaboré par le prestataire d’assistance technique a été considéré comme un  outil utile  pour aider à assurer le suivi des actions de nutrition au niveau décentralisé.

L’assistance technique a également permis de prôner des investissements supplémentaires pour augmenter le nombre d’interventions liées à la nutrition à mettre en œuvre  à grande échelle en utilisant les données de l’évaluation pour renforcer les notes d’information sectorielles. Le FPDU a utilisé ces notes pour plaider avec succès en faveur d’un financement accru, ce qui  a entraîné un investissement supplémentaire  de la part de la Banque africaine de développement. Les données de l’enquête de référence ont également été utilisées lors de la 74e Assemblée générale des Nations unies en 2019, pour  mettre en avant les progrès  réalisés dans le cadre de l’engagement de haut niveau pris par le gouvernement éthiopien de mettre fin au retard de croissance chez les enfants de moins de deux ans d’ici 2030. Elles ont également permis de susciter un intérêt pour la réponse intersectorielle, qui a évolué pour devenir un modèle de mise en œuvre d’une collaboration intersectorielle efficace qui pourrait être appliqué dans d’autres pays.

Comme le montre l’évaluation des progrès réalisés en Éthiopie, les données sur la nutrition ont été essentielles pour prendre des décisions éclairées en matière de programmation, améliorer la coordination et la redevabilité et accroître la mobilisation des ressources.

Post A Comment

No Comments