SUN Newsletter
Home / Actualités / Étude de cas de la FAO au Cambodge : Impact des processus de politiques sexospécifiques sur le droit à l'alimentation

Étude de cas de la FAO au Cambodge : Impact des processus de politiques sexospécifiques sur le droit à l’alimentation

  |   Réseau des Nations Unies pour le Mouvement SUN, SUN dans la pratique

cambodia faoEn avril 2016, l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture a publié les résultats d’une étude de cas intitulée « Impact des processus de politiques sexospécifiques sur le droit à l’alimentation ».

Le but de cette étude était d’identifier les points d’entrée potentiels liés aux questions sexospécifiques pour le développement des activités en matière de droit humain à une alimentation adéquate au Cambodge. 

Le résumé fournit également un aperçu de l’intersection entre les politiques sexospécifiques nationales et le processus de décentralisation administrative en cours et les rapports sur les initiatives de développement et les approches des questions sexospécifiques et du droit à l’alimentation par la Société civile, en proposant, en conclusion, certains objectifs et recommandations sur la façon dont les questions de genre et de droit à l’alimentation pourraient être abordées en fonction des renseignements collectés.

L’étude a été soutenue par des données primaires obtenues à partir de diverses parties prenantes, notamment les représentants des institutions, des organismes de développement et de la Société civile. Un travail rapide sur le terrain a été effectué pour recueillir des informations de première main auprès des femmes rurales et des autorités infranationales en charge des questions sexospécifiques et de la sécurité alimentaire. Note publiée suite à un atelier de validation tenu à Phnom Penh, au Cambodge, le 22 mars 2016. L’atelier a réuni les principaux acteurs nationaux des institutions nationales, notamment le Conseil de l’agriculture et du développement rural (CARD), le ministère des Affaires féminines (MOWA) et le ministère de la Santé. La sous-secrétaire d’État, Mme Mom Thany du ministère de l’Agriculture, des Forêts et de la Pêche, a ouvert et clôturé la cérémonie.

INSÉCURITÉ ALIMENTAIRE AU CAMBODGE

Le Cambodge adhère aux principes des droits de l’homme qui constituent les bases d’une approche fondée sur les droits de l’homme (HRBA). Il s’agit du Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels (PIDESC), de la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (CEDAW) et de la Convention relative aux droits de l’enfant (CRC).

Le gouvernement cambodgien a pris l’engagement d’éradiquer la faim et l’insécurité alimentaire. Cependant, en dépit des progrès importants réalisés dans la lutte contre la pauvreté par le pays au cours de ces dernières années, une partie importante de la population continue de vivre juste au-dessus du seuil de pauvreté, en particulier dans les zones rurales, avec une très faible marge de différence et un degré élevé de vulnérabilité. La malnutrition et l’insécurité alimentaire touchent tout particulièrement les femmes et les enfants. Des ménages dirigés par des femmes (près d’un cinquième du nombre total de ménages cambodgiens) ont généralement des parcelles de terre assez réduites et sont plus susceptibles d’être pauvres. Malgré la forte participation des femmes dans la population active, la majorité d’entre elles (70 pour cent) ont un emploi vulnérable, des revenus faibles, ou sont exposées à des conditions de travail difficiles, au manque de sécurité sociale et de représentation.

Visiter la FAO pour télécharger la note.

Post A Comment

No Comments