SUN Newsletter
Home / Actualités / Harmoniser les stratégies

Harmoniser les stratégies

  |   Plaidoyer et communication pour la nutrition, SUN dans la pratique

L’Ouganda a développé une stratégie harmonisée de plaidoyer et de communication pour la nutrition.

Maureen Bakunzi, Commissaire adjoint de mise en œuvre et de coordination de la politique au Cabinet du Premier ministre et Point focal SUN du gouvernement décrit comment la stratégie a évolué…

Le gouvernement de l’Ouganda reconnaît la nécessité de veiller à ce que sa population soit bien nourrie.

La Constitution de la République de l’Ouganda de 1995, énonce les objectifs nationaux et les principes directeurs de la politique nationale et l’article XXII de cette Constitution porte sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle et prévoit que:

L’État doit:

(a) Prendre des mesures appropriées pour encourager les populations à cultiver et stocker de la nourriture adéquate
(b) Mettre en place des réserves alimentaires nationales
(c) Encourager et promouvoir une bonne nutrition à travers l’éducation de masse et d’autres moyens appropriés afin de construire un État sain

L’Ouganda figurait parmi les tout premiers pays à s’engager et à rejoindre le Mouvement SUN en mars 2011. Le gouvernement a respecté ses engagements envers le Mouvement par l’élaboration du Plan d’action pour la nutrition en Ouganda (UNAP) qui constitue le cadre de la campagne pour renforcer la nutrition ainsi que le cadre de résultats commun. L’UNAP était lancé par le Président en novembre 2011. La mise en œuvre de l’UNAP, en adoptant une approche multi-sectorielle, est coordonnée par le Bureau du Premier ministre.

Des progrès considérables ont été réalisés depuis la mise en œuvre de l’UNAP. Les principales réalisations comprennen la formation des comités de district pour la coordination de la nutrition, alignés à l’UNAPm qui développent des plans d’action dans 31 districts3, 81 autres districts étant prévus pour 2014. En outre, le premier Forum national de la nutrition a eu lieu en décembre 2013, organisé par le Premie ministre et toutes les parties prenantes se sont réunies pour réaffirmer leur attachement à l’approche multisectorielle de renforcement de la nutrition en Ouganda.

Activités de mobilisation de la société, de plaidoyer et de communication sur la nutrition

Une variété d’activités est en cours pour mettre en évidence la question de la nutrition en Ouganda et stimuler l’action:

  • Des campagnes radiodiffusées ont eu lieu dans le nord de l’Ouganda, y compris des spots radio / débats télévisés portant sur la promotion des meilleures pratiques en matière de nutrition. Ces activités étaient soutenues par le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF).
  • Les journalistes étaient formés sur la façon de couvrir objectivement les priorités en matière de nutrition soutenus par l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID), ainsi que par l’Assistance technique alimentaire et nutritionnelle (FANTA) et l’UNICEF.
  • Une initiative de communication vidéo pour le changement de comportement de la communauté est en cours. Des équipes de santé villageoises utilisent des vidéos pour créer un dialogue sur la nutrition au niveau communautaire financé par l’USAID et l’Initiative pour le ren forcement des partenariats, des résultats et des innovations dans la Nutrition mondiale (SPRING).
  • Des outils de conseils ont été produits, couvrant des aspects tels que la façon d’avoir un bébé en bonne santé et une famille. Ils sont utilisés par les équipes de santé villageoises appuyées par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et le ministère de la Santé.
  • Les outils de conseil sur la nutrition à base communautaire ont été élaborés avec l’aide du Programme pour le développement humain et holistique de l’Ouganda (UPHOLD) et l’USAID.
  • Le rapport sur le coût de la faim était publié en juin 2013 pour fournir du matériel de plaidoyer pour la nutrition.

Élaboration de la stratégie nationale de plaidoyer et de communication de l’UNAP

Le Bureau du Premier ministre, à travers son secrétariat en charge du Plan d’action pour la nutrition en Ouganda (UNAP) est redevable pour l’élaboration et la finalisation de la stratégie nationale de plaidoyer et de communication pour la nutrition (NAC). Le Secrétariat de l’UNAP rassemble les ministères responsables concernés et les secteurs, les agences des Nations Unies (ONU), les partenaires au développement, la société civile, le secteur privé et les universités dans la mise en œuvre de l’UNAP et toutes ces parties prenantes sont impliquées dans l’élaboration de la stratégie NAC à travers un groupe de travail de la NAC. Le groupe de la société civile ougandaise pour le Mouvement SUN (UCCO-SUN) était particulièrement actif dans le développement de la stratégie de la NAC, et continuera de contribuer, par des activités aux niveaux national et décentralisé. UCCO-SUN a un projet de plaidoyer financé ciblant les dirigeants et les décideurs politiques de haut niveau.

La stratégie de plaidoyer et de communication pour la nutrition (NAC) est en cours de finalisation et devrait être lancée au cours du mois d’août 2014. Elle se compose de trois éléments distincts, le plaidoyer, la mobilisation et le changement social, et la communication pour le changement de comportement. Pour démarrer le processus, la composante de plaidoyer était finalisée en 2013, et a déjà été utilisée pour guider le plaidoyer de haut niveau auprès des décideurs et des donateurs. La composante de plaidoyer identifie différents publics cibles et les stratégies et actions à mettre en œuvre pour délivrer des messages clés sur la nutrition et la gouvernance de la nutrition. Les deux autres composantes étaient finalisées récemment et maintenant les trois sous-stratégies sont en cours de fusion en une seule stratégie harmonisée.

La stratégie de la NAC est organisée selon un ensemble de priorités fondamentales et comprend des activités de communication pour permettre aux trois composants de tirer parti mutuellement l’une de l’autre. La stratégie repose en grande partie sur l’UNAP.

Coût de la faim 4 en Ouganda

Le coût de l’étude de la faim en Ouganda avait pour objectif d’estimer les autres cas de morbidité, de mortalité, de redoublement de classe, d’abandon scolaire, et de réduction de la capacité physique qui peuvent être directement associés à la sousalimentation d’une personne avant l’âge de cinq ans, et du coût économique. Des ensembles de données nationales étaient examinés, notamment avec l’Enquête nationale auprès des ménages 2009 / 2010 en Ouganda, le recensement de la population et du logement 2002, l’Enquête démographique et des ménages de 2011 et des ensembles de données précédentes avec l’ajout de quelques données primaires.

L’étude avait révélé que 15% des décès d’enfants en Ouganda sont associés à la sous-nutrition équivalent à plus de 110 000 décès entre 2004 et 2009. Les enfants sous-alimentés sont plus susceptibles de souffrir d’anémie, du syndrome diarrhéique aigu, d’infection respiratoire aiguë, et dans certains cas, de la fièvre. Pour chaque nouveau cas de maladie infantile, le système de santé et les familles sont confrontés à des coûts économiques supplémentaires. L’étude a également permis de constater que les enfants atteints du retard de croissance sont plus susceptibles de redoubler à l’école avec un coût pour le système d’éducation et les parents. Les enfants atteints du retard de croissance sont plus susceptibles d’abandonner l’école tout à la fois. Selon les estimations, 54% de la population active en Ouganda ou 8 millions de personnes sont estimées avoir été atteintes du retard de croissance quand elles étaient enfants et ont une capacité productive réduite.

Les pertes totales liées aux problèmes de nutrition des enfants en Ouganda sont de l’ordre de 899 millions de dollars US, ce qui équivaut à 5,6 % du produit intérieur brut (PIB) par an.

La stratégie NAC accorde la priorité à quatre piliers qui contribuent directement à la réalisation des objectifs UNAP:

Pilier 1: Importance de la croissance en bonne santé pendant les 1 000 premiers jours de la vie;
Pilier 2: Promotion d’une alimentation nutritive ougandaise;
Pilier 3: Promotion du rôle de modèles (et des champions, par exemple à travers les communautés de champion pour recueillir les faits sociaux de nutrition et impulser le changement); et
Pilier 4: Redevabilité (redevabilité mutuelle pour tous les nationaux). Il est à noter que tous les quatre piliers ont des implications pour les activités aux niveaux national, sous-national, communautaire et même des ménages.

L’objectif est d’arriver à des messages cohérents et alignés à tous les niveaux, notamment individuel, communautaire, de district, et national. La stratégie comprend également des indicateurs de succès mesurables, et finira par englober un nombre limité d’indicateurs d’impact. Un plan de suivi et d’évaluation est en cours d’élaboration pour accompagner la stratégie et le plan d’action, et sera mis en œuvre après le lancement en août 2014.

Actions dans la communauté

Grâce au programme de nutrition communautaire du ministère de la Santé et au soutien de divers partenaires de développement à travers des activités menées au niveau du district, de comté, de sous-comté et au niveau communautaire, les activités de communication pour le changement de comportement ont lieu régulièrement. Il s’agit notamment des manifestations communautaires sur la nutrition, des conseils, du suivi de la croissance et des activités de promotion, de la semaine mondiale de l’allaitement maternel, et des journées de la santé, par exemple, qui favorisent des comportements sains et la prestation de services. La stratégie et le plan d’action de la NAC permettront d’améliorer et de tirer parti des activités existantes, et d’accroître la capacité des fournisseurs de services, notamment au niveau communautaire et dans la prestation des services, ceci pour promouvoir l’amélioration des comportements alimentaires sains.

Une proposition est en cours de préparation pour établir un système / référentiel de l’UNAP pour la gestion des connaissances, ce qui aiderait les différentes parties prenantes, y compris le Groupe de travail de la NAC à enregistrer systématiquement les innovations et les expériences, et en faire la diffusion dans tout le pays. En ligne avec ce qui précède, les supports de communication sont actuellement examinés, mis à jour et de nouveaux outils et supports de plaidoyer pour la nutrition seront développés. À la fin de 2014, le référentiel sera disponible et les outils et supports prêts pour le partage.

Défis

Les défis majeurs actuels de la communication et du plaidoyer efficaces pour le renforcement de la nutrition en Ouganda sont:

  • L’insuffisance des ressources pour des activités, l’élaboration et la reproduction des outils et supports de communication
  • La coordination entre les partenaires / parties prenantes, afin d’éviter les chevauchements et d’assurer la meilleure utilisation des ressources, la mise en commun des idées et des fonds, et la répartition rationnelle des tâches
  • Le manque de connaissances sur les ressources, outils, supports de communication disponibles pour permettre une meilleure harmonisation des messages et des documents
  • La capacité à planifier, créer et mettre en œuvre des outils / événements de communication et de plaidoyer est mitigée – certaines parties prenantes ont des compétences et des capacités de haut niveau tandis que d’autres n’en ont pas

La première étape dans la résolution de ces défis était la création d’un groupe de travail axé sur l’action, dirigé par le Secrétariat UNAP et visant à mener des actions spécifiques pour créer la stratégie et le plan d’action NAC. Grâce à divers partenariats de développement, y compris l’USAID – SPRING, des experts internationaux étaient amenés à fournir des conseils et un appui technique (par exemple Manoff Group5) à la stratégie NAC. Les projets / organismes individuels ont bénéficié d’un soutien technique du siège et sous la forme de consultations techniques. Une aide supplémentaire, sous la forme de supports, d’idées et des expériences d’autres pays serait la bienvenue. Des visites d’échange pour observer et apprendre des autres pays seraient très bénéfiques.

Plaidoyer et communication pour la nutrition dans l'UNAP

La stratégie de la NAC soutient les objectifs et les stratégies UNAP suivantes en commençant par l’objectif 5 qui est le plus pertinent:

Objectif 5: Sensibiliser sur la nutrition et maintenir l’intérêt et l’engagement à l’échelle nationale pour améliorer et soutenir les programmes de nutrition dans le pays,
Stratégie 5.1: Accroître le plaidoyer et l’engagement à résoudre les problèmes de nutrition dans le pays, et;
Stratégie 5.2: Plaider pour un engagement accru à l’amélioration des résultats en matière de nutrition.
Objectif 1: Améliorer l’accès et l’utilisation des services de nutrition de la mère, du nourrisson et du jeune enfant,
Stratégie 1.2: Aborder les questions de sexe et les aspects socio-culturels qui affectent la nutrition de la mère, du nourrisson et du jeune enfant.
Objectif 2: Améliorer la consommation d’aliments diversifiés,
Stratégie 2.1: Améliorer l’accès aux aliments nutritifs divers ainsi que leur utilisation au niveau des ménages;
Stratégie 2.2: Améliorer le traitement post-récolte, le stockage et l’utilisation d’aliments nutritifs, au niveau des ménages et des exploitations;
Stratégie 2.3: Promouvoir la consommation d’aliments améliorés avec des nutriments.
Objectif 3: Protéger les ménages de l’impact des chocs et autres vulnérabilités qui affectent leur état nutritionnel,
Stratégie 3.1: Élaborer des plans de préparation aux chocs;
Stratégie 3.2: Promouvoir des interventions de protection sociale pour améliorer la nutrition.
Objectif 4: Renforcer les cadres politique et juridique et la capacité de planifier, mettre en œuvre, suivre et évaluer les programmes de nutrition,
Stratégie 4.1: Renforcer les cadres politique et juridique, pour la coordination, la planification et le suivi des activités de nutrition.

Principaux enseignements

  • Travailler ensemble pour un résultat commun (parlant de la stratégie-NAC) est un apprentissage important et une expérience productive pour les parties prenantes engagées à renforcer la nutrition en Ouganda.
  • Les avantages concurrentiels des différents groupes sont maximisés en réunissant les différents partenaires et parties prenantes pour soutenir le gouvernement et se soutenir mutuellement.
  • L’utilisation d’une approche consultative pour le développement de la stratégie donne des résultats très bénéfiques.

Post A Comment

No Comments