SUN Newsletter
Home / Actualités / Honduras : des parlementaires et des universités unissent leurs efforts pour veiller à la sécurité alimentaire, actuellement mise à mal par la COVID-19

Honduras : des parlementaires et des universités unissent leurs efforts pour veiller à la sécurité alimentaire, actuellement mise à mal par la COVID-19

  |   Parlementaires, Réseau des pays SUN

Fin mai, le Front parlementaire contre la faim et l’Observatoire sur le droit à l’alimentation au Honduras (ODA) ont lancé un appel commun face à l’émergence de la COVID-19 et de ses conséquences sur le système agroalimentaire du pays.

« Il s’agit d’un appel, d’une lettre ouverte adressée aux décideurs. Parmi les propositions figure la formation d’un groupe de travail permanent œuvrant en faveur du droit à l’alimentation et réunissant le parlement et le monde universitaire », a déclaré Bessy Nassar, membre de l’Université nationale autonome du Honduras et de l’ODA.

Selon des données publiées par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), déjà bien avant la pandémie, 962 000 Honduriens n’étaient pas en mesure de satisfaire leurs besoins nutritionnels quotidiens, et l’un des chiffres les plus inquiétants est qu’un enfant de moins de cinq ans sur quatre souffrait déjà de malnutrition chronique.

« Nous savions déjà que des personnes se trouvaient à un niveau critique d’insécurité alimentaire au niveau territorial. Étant donné que ce niveau augmente à présent avec la COVID-19, la FAO-Honduras réaffirme son engagement et son soutien en faveur de ce type d’initiatives », a déclaré le représentant national de la FAO au Honduras, Dennis Latimer.

La coordinatrice du Front parlementaire contre la faim au Honduras, la députée Teresa Cálix, a affirmé que « l’adoption de la loi sur l’agriculture familiale constituera une priorité, en plus du suivi de la mise en œuvre de la loi sur l’alimentation scolaire ».

Parallèlement, la députée a affirmé qu’une autre des prochaines tâches législatives dans ce domaine sera la révision de « l’ensemble du système réglementaire régissant la sécurité alimentaire au Honduras ».

En outre, la députée Karla Medal a précisé que « la possibilité de transformer les systèmes alimentaires actuels en systèmes plus sains et plus durables devait être étudiée, par exemple dans le cadre d’initiatives législatives visant à encourager une plus grande consommation de fruits et légumes ».

« Nous pensons que cet appel reflète une relation vertueuse entre le parlement, le monde universitaire et la FAO, qui vise à veiller à ce que la crise sanitaire ne se transforme pas en crise alimentaire », a ajouté Luis Lobo, responsable du programme Espagne-FAO pour l’Amérique latine et les Caraïbes.

Front parlementaire contre la faim et ODA-ALC

Le Front parlementaire contre la faim en Amérique latine et dans les Caraïbes rassemble des législateurs issus de 21 pays et de différents groupes politiques, intéressés par le droit à une alimentation adéquate.

Il s’agit d’un réseau régional qui, avec le soutien de la FAO, de la coopération espagnole et du programme « Méso-Amérique sans Faim » mis en place par l’Agence mexicaine de coopération internationale pour le développement (AMEXCID) et la FAO, a encouragé la mise en œuvre de plus de 30 initiatives législatives visant à garantir le droit à l’alimentation et le développement durable.

Depuis 2011, ils sont soutenus par l’Observatoire sur le droit à l’alimentation en Amérique latine et dans les Caraïbes (ODA-LAC), un réseau universitaire régional qui réunit aujourd’hui plus de 100 universités de près de 20 pays.

Post A Comment

No Comments