SUN Newsletter
Home / Actualités / Identifier les ménages vulnérables

Identifier les ménages vulnérables

  |   SUN dans la pratique, Systèmes d’information pour la nutrition

Le Sri Lanka est en train de mettre au point un système pour identifier et cibler les ménages vulnérables à travers la collecte d’informations au niveau des villages.

Lalith Chandradasa, Coordinateur du Secrétariat national de la nutrition passe en revue les succès accomplis à ce jour…

Le Sri Lanka a fait des progrès impressionnants dans l’amélioration de la santé et de l’état nutritionnel de la population entre 1970 et 2000. Cependant, ces progrès ont été ralentis au cours des 15 dernières années, ce qui a entraîné des niveaux élevés de sous-nutrition au regard du produit intérieur brut et du taux de mortalité infantile. Dans les régions rurales du Sri Lanka, où vit 80 % de la population, les taux de retard de croissance sont désormais relativement élevés par rapport à d’autres indicateurs de développement. De plus, la prévalence de l’émaciation est restée exceptionnellement élevée et en grande partie inchangée au cours des trois dernières décennies.

IEn réponse à la stagnation des niveaux de sous-nutrition, le Président du Sri Lanka a créé le Conseil national de la nutrition (NNC), comprenant les ministres de 16 ministères d’exécution (pertinents pour le renforcement de la nutrition) et quelques membres du parlement. Le NNC est conseillé par un comité consultatif technique sur la nutrition pendant que la mise en œuvre est surveillée par un Comité directeur national sur la nutrition comprenant les secrétaires des ministères d’exécution, les secrétaires en chef des provinces et des représentants de la société civile.

Une unité spéciale, le Secrétariat national de la nutrition, a été mise en place au sein du Secrétariat présidentiel et sous la supervision directe du Secrétaire du Président. Cette unité est responsable de la coordination de la nutrition, du suivi de la mise en œuvre et de l’établissement des rapports. Un plan d’action multisectoriel pour la nutrition de cinq ans a été lancé en décembre 2013 (MsAPN). 

Approche de la surveillance de la nutrition

Le MsAPN adopte une nouvelle méthode de surveillance de l’information nutritionnelle et met en place un système qui comporte deux volets:

  • Le suivi de l’impact grâce à la surveillance de la nutrition; et
  • Le suivi de la mise en œuvre du MsAPN par les ministères partenaires.

Suivi de l’impact

Le MsAPN a adopté cinq des six résultats clés qui ont été convenus lors de l’Assemblée mondiale de la santé (AMS) en 2012. L’exception est l’objectif relatif à l’allaitement maternel qui a déjà été atteint avec un taux d’allaitement maternel exclusif supérieur à 75 %. Le gouvernement utilise les objectifs cibles pour surveiller l’impact du MsAPN jusqu’en 2016. Un total de 24 indicateurs ont été identifiés dans les cinq secteurs de résultats clés. Les données recueillies en 2012 par le biais de l’enquête nationale sur la nutrition et les micronutriments menée par le Ministère de la Santé sont utilisées comme point de référence. Les profils du pays et des districts établis sur la base de ce point de référence permettent de fixer des objectifs pour chaque district. Les décideurs et les exécutants doivent utiliser ces profils pour s’y référer facilement. Une enquête nationale sur les objectif-cibles couvrant l’ensemble des 25 districts du pays est prévue pour la fin de 2016 pour évaluer l’impact et les objectifs atteints.

Suivi de la mise en œuvre

Au total 16 ministères sont inclus dans le MsAPN. Pour chaque ministère, un ensemble d’interventions ont été identifiées avec des indicateurs associés. L’examen des progrès accomplis est effectué par le NNC mensuellement pour examiner la couverture du programme et l’accès à celui-ci. Un système d’information de santé est en train d’être mis en place par le Ministère de la Santé qui fournira des informations chaque trimestre sur les interventions spécifiques à la nutrition, y compris leur couverture et l’accès à celles-ci.

Identifier les ménages vulnérables sur le plan nutritionnel

Le MsAPN était fondé sur les enseignements tirés des projets pilotes dans deux districts du Sri Lanka (Monaragala et Nuwara Eliya) où les taux de sous-nutrition sont élevés. Avec le soutien du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), une approche multisectorielle a été opérationnalisée sur la base des plans d’action multisectoriels sur la nutrition des districts. L’approche:

  • cible les ménages vulnérables sur le plan nutritionnel
  • est multisectorielle pour identifier et agir sur les facteurs de risque
  • est mise en œuvre à travers des structures et des systèmes existants
  • intensifie et coordonne les efforts avec une efficacité et une efficience optimales
  • optimise les ressources des différentes interventions et partenaires qui sont disponibles

Le système d’information identifie et cible les familles vulnérables. Les sages-femmes de santé publique8 (PMHs) identifient les ménages à risque sur le plan nutritionnel dans chaque zone « Grama Niladari », la plus petite unité administrative du pays, en utilisant des relevés mensuels et quatre critères:

1. Femme enceinte avec un indice de masse corporelle inférieur à 18,5
2. Insuffisance pondérale chez l’enfant de moins de cinq ans ou enfant avec un retard de croissance
3. Enfant de moins d’un an avec un faible poids de naissance
4. Adolescente enceinte

Les fonctionnaires détachés des ministères de la santé, l’agriculture, du développement économique, du développement de l’enfant et des affaires féminines au niveau des villages sont déployés pour procéder à une analyse causale des ménages vulnérables sur le plan nutritionnel. Sept facteurs de causalité sous 34 sous-thèmes sont pris en compte:
1. Raisons économiques
2. Soins et pratiques inadéquats d’encadrement des enfants
3. Mauvaises habitudes alimentaires/diététiques
4. Sécurité alimentaire des ménages
5. Maladie infectieuse
6. Mauvaises conditions d’hébergement
7. Alcoolisme et toxicomanie

L’agent de développement du village, avec l’aide de la section de planification du secrétariat du département résume les informations recueillies et les envoie au niveau départemental. C’est à ce niveau que différentes interventions sectorielles sont prévues au niveau des villages. Les comités départementaux de coordination examinent l’analyse des données lors de réunions mensuelles d’évaluation des progrès réalisés. L’information est ensuite transmise à partir de tous les département aux districts et à la province pour examen durant leurs comités respectifs.

Répondre aux besoins des ménages vulnérables sur le plan nutritionnel

Pour rectifier la situation et répondre aux questions soulevées, une analyse causale est nécessaire. Par exemple, les ménages ayant des problèmes économiques identifiés peuvent


ski-lanka-01


ski-lanka-02

recevoir une aide financière, une assistance technique ou des équipements. Un groupe multisectoriel est déployé pour créer des emplois, fournir la motivation pour aller au travail tous les jours, fournir la motivation pour avoir des possibilités de gains supplémentaires et fournir un soutien nutritionnel direct. Lorsque l’insécurité alimentaire des ménages est identifiée comme un problème, le personnel agricole se charge de la sensibilisation à la sécurité alimentaire et de soutenir les ménages dans les efforts qu’ils déploient dans leur potager familial. Tous les secteurs sont impliqués pour donner des réponses efficaces aux ménages identifiés comme vulnérables.

Suivre les progrès et démontrer les résultats

Les sages-femmes de santé publique tiennent un registre séparé pour les ménages prioritaires et utilisent un système de codage de couleur pour chaque ménage afin de visualiser ses progrès. Les résultats dans les deux districts au cours de la période pilote de trois ans ont été encourageants. À Monaragala, les taux de retard de croissance chez les enfants de moins de cinq ans ont chuté de 18,5 % à 14,2 % tandis qu’à Nuwara Eliya, ils sont tombés de 17 points de pourcentage, passant de 40,9 % à 23,8 %. Cependant, la réduction des retards de croissance ne s’est pas traduite par la baisse des taux d’émaciation et de carence en fer, ce qui suggère que des mesures spécifiques prises pour remédier aux carences en micronutriments et à l’émaciation doivent être renforcées.

Élargissement du système de Suivi évaluation

Le système de suivi sera à présent mis en œuvre à l’échelle nationale, élargissant la couvertures à tous les départements des 10 districts prioritaires au Sri Lanka en 2014 et ensuite à chacun des 331 départements9 dans tous les 25 districts du pays. Le système s’appuiera sur la collecte de données à l’aide d’un questionnaire uniforme dans les 14 022 zones « Grama Niladari », dont une population d’environ 1 500 – 3 000 personnes. Le processus de collecte de données fournira des emplois aux diplômés universitaires sous la supervision du ministère du Développement économique qui se chargera de la formation. Le même système multisectoriel d’identification, d’analyse des causes et d’intervention sera mis en œuvre comme dans le cadre des projets pilotes.

Publier l’information sur la nutrition

Actuellement, une partie de l’information sur l’impact et la mise en œuvre est disponible par le biais de rapports, de bulletins d’information et sur le site Internet des ministères concernés. En outre, l’information est distribuée à travers un forum public initié par le Secrétariat du Président. Une base de données en ligne est disponible pour suivre la mise en œuvre et une plate-forme de médias sociaux existe pour faire participer le grand public, et une stratégie complète concernant les médias sociaux associée visant à promouvoir la nutrition sont prévues dans un proche avenir. Déjà, les médias d’État ont réservé des temps d’antenne et diffusent des messages clés liés à la nutrition aux heures de pointe.

Principaux enseignements

  • Il est possible de cibler les ménages et d’intervenir quand une approche multisectorielle cohérente est adoptée.
  • Lorsque les différents secteurs travaillent ensemble autour d’un cadre de commun résultats et considèrent la nutrition comme l’un de leurs « devoirs », la nutrition n’est plus seulement considérée comme un problème de santé mais un problème multisectoriel
  • Le maintien d’un système de suivi et d’intervention multisectoriel est ambitieux mais réalisable s’il est bien établi dans les systèmes existants.
  • La visualisation des progrès grâce à des systèmes de codage de couleurs et à la compréhension du lien entre la cause et l’impact est utile.
  • Des réunions multi-sectorielles régulières d’examen permettent de prendre des décisions collectives et relèvent le profil de la nutrition.

Post A Comment

No Comments