SUN Newsletter
Home / Actualités / Inégalité dans la répartition géographique de la malnutrition en Amérique latine et dans les Caraïbes

Inégalité dans la répartition géographique de la malnutrition en Amérique latine et dans les Caraïbes

  |   Réseau des Nations Unies pour le Mouvement SUN, Réseau des pays SUN

Un nouveau rapport des Nations Unies met en lumière l’inégalité dans la répartition géographique de la malnutrition dans les pays d’Amérique latine et des Caraïbes. L’Panorama régional de la sécurité alimentaire et nutritionnelle en Amérique latine et dans les Caraïbes 2020 (Panorama 2020) analyse les taux de surcharge pondérale et de retard de croissance des enfants dans les pays de la région, et identifie les territoires qui sont très à la traîne, c’est-à-dire ceux qui présentent des niveaux nettement supérieurs aux moyennes nationales.

Selon le rapport, la surcharge pondérale des enfants dans les territoires très à la traîne de la région est deux fois plus élevée que dans les territoires sans retard : 13,1 % contre 6,6 %. Le retard de croissance, quant à lui, atteint 27,6 % dans les territoires très à la traîne, et seulement 11,9 % dans ceux qui ne le sont pas.

« Les moyennes nationales cachent des inégalités territoriales. Dans chaque pays, nous avons des endroits qui ont atteint de très bons niveaux, et d’autres où les conditions sont très délétères. Il est essentiel que les pays concentrent leurs efforts et consacrent des ressources à leurs territoires en retard, avec des solutions adaptées à chacun d’eux », a déclaré Julio Berdegué, représentant régional de la FAO.

Un territoire sur cinq analysés par le Panorama est à la traîne à la fois en ce qui concerne le retard de croissance et le surpoids chez les enfants : ces territoires sont généralement ruraux, avec des niveaux de pauvreté élevés et une forte présence de populations autochtones et d’origine africaine.

« Le Panorama confirme le besoin urgent d’investir dans les zones rurales et dans l’agriculture familiale. D’abord parce que les zones et les populations rurales sont les plus touchées par les problèmes de malnutrition, ensuite parce que pour cette région, où le coût d’une alimentation saine est le plus élevé au monde, il est essentiel de promouvoir des systèmes alimentaires qui favorisent l’accès à des aliments nutritifs, diversifiés et abordables, ce qui ne peut se faire qu’en soutenant l’agriculture familiale », a déclaré Rossana Polastri, directrice du FIDA pour l’Amérique latine et les Caraïbes.

Le Panorama est une publication conjointe de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), du Fonds international de développement agricole (FIDA), de l’Organisation panaméricaine de la santé/Organisation mondiale de la santé (OPS/OMS), du Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF) et du Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM).

« Ce rapport confirme la nécessité pour les gouvernements de la région d’étendre leurs réseaux de protection sociale existants et d’augmenter les dépenses sociales afin que leurs prestations bénéficient aux personnes les plus vulnérables touchées par l’insécurité alimentaire pendant la pandémie », a déclaré Miguel Barreto, directeur régional du PAM pour l’Amérique latine et les Caraïbes.

Le retard de croissance est disproportionnellement élevé dans les territoires ruraux

Selon le Panorama, dans 23 pays, il existe 142 territoires dans lesquels le retard de croissance est nettement supérieur à la moyenne nationale : la différence entre les territoires fortement à la traîne et les territoires sans retard atteint 48 points de pourcentage au Panama et 34 au Guatemala, et est particulièrement marquée au Belize, en Colombie, au Guyana et au Honduras.

Le retard de croissance est disproportionnellement élevé dans les territoires ruraux, avec un accès plus limité aux services, des marchés du travail essentiellement informels, des niveaux de pauvreté élevés et de faibles niveaux de scolarisation.

La surcharge pondérale des enfants continue d’augmenter

Selon le Panorama, le surpoids chez les enfants de moins de cinq ans touchait 7,5 % de la population infantile de la région en 2019, soit plus que la moyenne mondiale de 5,6 %.

Le Panorama a identifié 141 territoires à la traîne en matière de surcharge pondérale chez les enfants dans 22 pays de la région, et souligne que ce phénomène touche plus sévèrement les grandes villes et les capitales de chaque pays, contrairement à ce qui se passe avec le retard de croissance, qui est davantage observé dans les zones rurales.

Les pays présentant les plus grandes différences entre leurs territoires qui sont très à la traîne et ceux sans retard sont la Jamaïque (17,5 points de pourcentage), la Guyane (14,7 points de pourcentage), le Panama (14 points de pourcentage), la Bolivie (12,7 points de pourcentage) et le Pérou (10 points de pourcentage).

Post A Comment

No Comments