SUN Newsletter
Home / Actualités / Intégrer la nutrition dans les interventions liées à l’eau, l’assainissement et l’hygiène au Cambodge

Intégrer la nutrition dans les interventions liées à l’eau, l’assainissement et l’hygiène au Cambodge

  |   Réseau de la société civile SUN, Réseau des pays SUN

Au Cambodge, l’intérêt pour l’intégration de la question nutritionnelle dans les activités liées à l’eau, l’assainissement et l’hygiène est en plein essor. Alors, qu’est-il possible de faire pour aller plus loin et comment faire pencher la balance du bon côté en ce qui concerne les taux de la malnutrition ? Channa Samol, Dan Jones et James Wicken présentent leurs derniers travaux de recherche en la matière.

« Nous devons prendre soin de nos pousses de bambou », ainsi s’expriment les vieux Cambodgiens lorsqu’ils parlent de leurs enfants ou de la plus jeune génération. Cette phrase pleine de tendresse, si souvent entendue ces derniers mois, nous fait sourire à chaque fois – qu’elle soit prononcée par le Vice-premier ministre racontant des histoires à des élèves à l’occasion de la Journée nationale pour la nutrition en novembre ou employée par les gouverneurs des provinces devant leurs pairs lors de la deuxième Conférence nationale sur l’intégration de la nutrition dans le secteur de l’eau, l’assainissement et l’hygiène (WASH) en décembre.

2016 : définir le secteur WASH et la nutrition comme moteurs du capital humain, une option qui fait ses preuves

La métaphore des pousses de bambou trouve un écho particulier au Cambodge à l’heure où le gouvernement royal du Cambodge axe son plan de développement national sur le développement des ressources humaines et où ses principaux partenaires au développement soulignent l’importance d’investir dans le capital humain. L’une des raisons pour lesquelles l’appui de haut niveau à l’intégration de la nutrition dans les activités WASH n’a cessé de croître au Cambodge ces dernières années provient du fait que le dialogue sur les activités WASH et l’intégration de la nutrition a été appréhendé comme une voie permettant d’accroître le capital humain.

C’est là l’une des conclusions de l’étude que nous avons réalisée dans le cadre de la préparation de la deuxième Conférence nationale sur l’intégration de la nutrition dans les activités WASH. En 2016 déjà, WaterAid Cambodge, le Burnet Institute, Plan International Cambodge et le Conseil pour le développement agricole et rural du Cambodge (CARD) avaient entrepris une étude détaillée sur les difficultés et les possibilités d’intégration de ces deux secteurs.

2018 : une communauté de pratiques dynamique créée par un leadership fort et l’action des réseaux

Deux ans plus tard, nous avons souhaité comprendre comment cette question avançait et quels étaient les obstacles et les possibilités d’aller plus loin. Nous avons constaté que les progrès reposaient sur le CARD et son pouvoir fédérateur. En effet, cette instance a la capacité de rassembler plusieurs ministères autour d’un seul problème et il nous est clairement apparu que cet effort était porté au sein du CARD par un champion en particulier, dont les compétences techniques, les connexions politiques et la vision ont permis de faire progresser cette question.

Ce leadership, associé à la consolidation des réseaux SUN de la société civile et des partenaires au développement, a donné lieu à la création d’une communauté de pratiques dynamique regroupant des acteurs du gouvernement, de la société civile et du secteur privé. Dans le cadre de la préparation de la deuxième Conférence nationale, il y a eu plusieurs moments où l’ensemble des partenaires (nationaux et infranationaux) tenaient difficilement dans une même salle de réunion ; une situation qui tranchait radicalement avec les petites réunions auxquelles nous avions l’habitude d’assister sur ce même sujet il y a encore quelques années.

Aujourd’hui, il est temps de construire une expertise au niveau national

Notre étude révèle également certains des grands défis auxquels nous sommes encore confrontés pour traduire ce nouvel élan et ces politiques innovantes en mesures concrètes, notamment au niveau infranational. L’intégration de la nutrition dans le secteur WASH est une question bien spécifique et, en tant que groupe professionnel d’envergure mondiale, nous avons vu émerger beaucoup d’idées et d’éléments nouveaux ces dernières années.

Les équipes techniques du ministère du Développement rural et du ministère de la Santé n’ont pas encore eu l’occasion de maîtriser ce nouveau domaine, ce qui rend difficile toute avancée en la matière. Nous devons nous efforcer de renforcer les connaissances d’un groupe d’experts techniques dans le pays.

Les idées et les recommandations proposées dans cette étude ont été directement présentées à la deuxième Conférence nationale sur l’intégration de la nutrition dans le secteur WASH et soumises à plus de 200 participants sous la forme d’un appel à l’action. Cet appel à l’action constitue désormais la base du plan de travail du sous-groupe de travail du gouvernement royal du Cambodge chargé d’étudier la question de l’intégration de la nutrition dans les activités WASH en 2019 et au-delà. Nous poursuivrons notre étroite collaboration avec ce groupe de travail au Cambodge et nous espérons que la contribution de WaterAid aidera encore beaucoup de pousses de bambou à grandir et à s’épanouir.

L’intégration de la nutrition et le secteur de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène à la base du capital humain au CambodgeEnglish


Auteurs : Channa Samol est le responsable des programmes WASH et Santé à WaterAid Cambodge, Dan Jones est le coordinateur du plaidoyer à WaterAid Royaume-Uni (@danrodmanjones) et James Wicken est le directeur pays de WaterAid Cambodge.

Post A Comment

No Comments