SUN Newsletter
Home / Actualités / Intervention agricole pour une meilleure nutrition : expérience de West Gojam en Éthiopie

Intervention agricole pour une meilleure nutrition : expérience de West Gojam en Éthiopie

  |   Blogs, Réseau de la société civile SUN, Réseau des pays SUN

ECSC-SUN Logo final

À propos des auteurs : Cet article a été documenté et disséminé par Kenaw Gebreselassie et Sosina Melese – Coalition de la société civile pour le renforcement de la nutrition en Éthiopie (ECSC-SUN)].

Walelign, Agricuture Devt Agent at Zallema Kebele © Kenaw G/ECSC-SUN’

Walelign, agent de développement agricole dans le Kebele de Zallema © Kenaw G/ECSC-SUN’

Âgé de 21 ans, Walelign Alamayehu est un jeune agent de développement agricole qui vit en étroite collaboration avec la communauté rurale et la soutient dans ses activités agricoles quotidiennes dans le Kebele de Zallema au Woreda de Bure, dans la zone de West Gojam.

Depuis qu’il est devenu membre du Comité technique du Programme national de nutrition mis sur pied au niveau du Kebele, et qu’il a été sensibilisé sur le fait que l’agriculture contribue grandement à la nutrition maternelle et infantile, Walelign a été chargé de mener les activités agricoles qui améliorent l’état nutritionnel des communautés.  « J’ai commencé à percevoir l’agriculture à travers le prisme de la nutrition et à fournir les services de base nécessaires à la communauté », a-t-il déclaré.

Un témoignage de ceci est son engagement ferme à mettre en œuvre les tâches agricoles liées à la nutrition, qui lui sont affectées dans le cadre de son service. En tant que jeune travailleur de développement de première ligne, il soutient avec enthousiasme les villageois avec quelque intervention nutritionnelle que ce soit dans le poste du secteur agricole dont il a la charge. Il se sert du plan de nutrition, des aide-mémoires de visite à domicile et autres instructions pertinentes au niveau du Kebele, qu’il obtient du poste de Woreda en guise de documents d’orientation pour diriger la mise en œuvre des pratiques agricoles contribuant à la nutrition dans les localités qu’il couvre.

Assis dans un tout petit bureau à l’allure d’une cellule au centre du village rural, Walelign examine son programme de visite à domicile tous les matins. Il procède ensuite à la ronde des domiciles de paysans, et inspecte leurs plantations et jardins. Il entretient un carré de jardin autour de son bureau et y cultive des légumes et des fruits pour que la communauté s’en serve comme modèle pour pouvoir faire autant dans les environs de leur habitat.

Walelign a décrit sa méthode de travail :

Un plan conjoint de nutrition avec les responsabilités de chacun des postes du secteur clairement énoncées nous a été disséminé depuis le poste de Woreda (poste de santé). Un aide-mémoire a également été préparé pour le suivi et la supervision des performances des ménages en matière de nutrition. Nous avons préparé un document d’information sur lequel nous faisons le reporting de visites à domicile, et que nous utilisons comme référence pour la prochaine inspection. La sensibilisation à l’importance de l’agriculture pour une meilleure nutrition fait partie de mes tâches quotidiennes de routine.

Nutrition practice recording Book

Nutrition practice recording Book (Document d’enregistrement des pratiques nutritionnelles)

Et il note quelques-uns des changements observés à la suite de l’intervention sur le secteur agricole dans le Kebele de Zallema :

Auparavant, aucun ménage ne prenait soin de cultiver des légumes et d’élever des poulets dans le but de nourrir les enfants.  Maintenant, avec la sensibilisation que nous menons, les conseils que nous donnons, et la motivation que nous inspirons, des changements notables ont été observés au sein de la communauté de notre localité. Nous avons pu constater que le jardinage et l’élevage des poulets dans les ménages contribuait à l’amélioration de la nutrition et se traduisait en une meilleure nutrition des mères et des enfants. La disponibilité et accessibilité des fruits et légumes sont en augmentation au niveau de la famille, et la sensibilisation sur la consommation affiche une amélioration de temps à temps.

Abiti-Garden et Abiti-Chicken pour une meilleure nutrition des enfants

Un petit jardin potager (à l’arrière-cour de la maison d’un agriculteur) sur lequel des légumes (et fruits) sont cultivés pour l’alimentation d’un enfant, et un poulet de ponte exclusivement destiné à ce dernier sont l’une des interventions agricoles courantes contribuant à la nutrition dans les ménages du Kebele de Zallema.

Agricultural Intervention for Better Nutrition - Photo 3

© Kenaw G/ECSC-SUN’

Walelign appelle cette intervention « Abiti-Garden, Abiti-Chicken » (Abiti est un terme amharique utilisé pour désigner un petit garçon ; mais ici, il sert à désigner à la fois le garçon et la fille). À Zallema, il est exigé à tous les ménages avec des enfants de moins de cinq ans de leur consacrer un petit jardin potager et un poulet de ponte. Toute la production du jardin revient à l’enfant ; tout comme celle du poulet de ponte.

Presque tous les ménages ayant des enfants de moins de cinq entretiennent un jardin à leur arrière-cour et élèvent un poulet de ponte pour l’alimentation des enfants. Tout ce qui est obtenu du jardin ou du poulet de ponte est utilisé uniquement pour nourrir les enfants, sauf en présence de produits excédentaires qui pourraient périr s’ils ne sont pas vendus. Par conséquent, les habitudes alimentaires des enfants dans les kebeles ont changé par rapport aux années précédentes pendant lesquelles les enfants n’avaient pas le privilège de manger des produits animaux, des légumes et des fruits. Cette intervention et d’autres contribuant à la nutrition aident à augmenter la disponibilité et la diversité de la nourriture non seulement pour les enfants mais aussi pour toute la famille, a fièrement déclaré Walelign.

L’aide-mémoire de surveillance de routine du poste agricole du Kebele de Zallema rural intègre des composants de nutrition. Les Abiti Garden et Abiti Chicken figurent en bonne place sur l’aide-mémoire de suivi des ménages. Lors des visites hebdomadaires des ménages par les agents de développement agricole, ils s’assurent de la présence à la fois, du jardin et du poulet.

« Je m’assure que chaque ménage me présente un jardin pour les légumes et un poulet élevé pour les œufs de consommation des enfants. Nous trouvons cela très inspirant et encourageons les autres localités à en faire autant. Je fais ce travail avec plaisir parce que je constate des changements positifs qu’il apporte chaque jour », a également déclaré Walelign.

Ce succès local de pratique agricole contribuant à la nutrition devrait être étendu afin que plusieurs autres localités bénéficient des effets positifs de l’agriculture sur la nutrition des enfants et des mères.


 

En 2013, la Coalition de la société civile pour le renforcement de la nutrition en Éthiopie (ECSC) a été créée pour galvaniser les efforts visant à alléger le fardeau de la malnutrition. Elle est présidée par Save the Children et financée par IrishAid.

Irish Aid LogoSave the Childen logo

Post A Comment

No Comments