SUN Newsletter
Home / Actualités / Itinéraire d’apprentissage 2016 au Rwanda : Appel à l’action du Réseau du secteur privé SUN

Itinéraire d’apprentissage 2016 au Rwanda : Appel à l’action du Réseau du secteur privé SUN

  |   Blogs, Implication de plusieurs parties prenantes, Réseau de la société civile SUN

sunlr-kigali Lundi le 1er novembre 2016 au Serena Hotel de Kigali a eu lieu le lancement du premier itinéraire d’apprentissage des alliances de la société civile pour le renforcement de la nutrition en Afrique. Organisé par l’Alliance de la société civile SUN au Rwanda avec le soutien du Réseau de la société civile SUN et de PROCASUR Corporation, ce lancement, prévu jusqu’au 5 novembre, a bénéficié du plein soutien des ministres de la Santé et des administrations locales en tant qu’une initiative pouvant renforcer les capacités de la société civile à participer à la lutte contre la malnutrition.

S’adressant à plus de 150 parties prenantes de gouvernements, de la société civile, des agences des Nations Unies, des donateurs, des médias et des délégués de huit pays africains à savoir le Nigeria, la Sierra Leone, l’Éthiopie, le Malawi, la Tanzanie, le Zimbabwe, le Kenya et l’Ouganda, la ministre de la Santé, l’Honorable Diane Gashumba a remercié l’Alliance de la société SUN au Rwanda d’avoir permis au Rwanda de s’enrichir de cette démarche novatrice.

Reconnaissant les progrès accomplis dans la lutte contre la malnutrition, avec les taux d’allaitement maternel exclusifs accrus à 87,3 pour cent et ceux d’émaciation réduits à 2,2 pour cent, Mme Gashumba a déclaré qu’il fallait prendre davantage de mesures pour réduire les taux de retard de croissance chez les enfants de moins de cinq ans de leur niveau actuel de 38 pour cent. Elle a assuré de la poursuite de la mobilisation politique du gouvernement dans ses efforts de lutte contre la malnutrition et a demandé une coordination renforcée pour galvaniser les diverses parties prenantes, afin qu’elles participent à l’amélioration de la nutrition par le biais de partenariats multisectoriels.


La société civile a toujours su relever le défi de rassembler des gens pour parler d’une même voix. Vous êtes les yeux et les oreilles de la société. Je suis convaincue que, grâce à cette expérience, les leçons apprises et partagées vont concourir à accroître l’énergie et les interventions pour une meilleure nutrition ». 

Diane Gashumba, ministre de la Santé de Rwanda


Dans son allocution de bienvenue, Butera John Mugabe, coordinateur de l’Alliance de la société civile SUN au Rwanda, a exhorté les partenaires de la société civile à apprendre les uns des autres afin de renforcer leur capacité de lutte contre la malnutrition, qui est un sujet fortement préoccupant pour l’Afrique. Mettre fin à la malnutrition sous toutes ses formes est l’un des défis lancés par les dirigeants mondiaux lors de l’adoption des objectifs de développement durable en 2015.  Selon le Rapport mondial 2016, environ 45 % de décès d’enfants de moins de cinq ans sont liés à la malnutrition, et les conséquences économiques représentent des pertes de l’ordre de 10 % du produit intérieur brut (PIB). Ces pertes exercent une pression considérable sur l’économie mondiale, qui est en outre mise à rude épreuve par le climat social et économique en constante mutation.

Les partenaires du Réseau de la société civile SUN, du Secrétariat du Mouvement SUN et des agences donatrices ont joint leur voix à l’appel à l’action pour améliorer la nutrition, afin d’améliorer les résultats en matière de santé et de développement :

  • Dans sa déclaration, Marie Rumsby, Vice-présidente du Comité SUN, a déclaré que le réseau mondial d’alliances de la société civile, avec ses 2500 membres, a travaillé sans relâche pour mettre fin à la malnutrition sous toutes ses formes. Grâce au renforcement des capacités, le Réseau de la société civile vise à renforcer la démarche adoptée par les parties prenantes pour remédier à ce fléau en atteignant les plus vulnérables grâce au rôle d’« yeux et oreilles dans les communautés qui peuvent partager les expériences communautaires sur les interventions qui fonctionnent ».
  • Alam Khattak, Conseillère en politiques du Secrétariat du Mouvement SUN, a rappelé aux parties prenantes le but du mouvement : « Pour nous, le Mouvement SUN est la source d’inspiration et d’engagement qui mobilise divers membres pour la lutte contre la malnutrition pour sortir 159 millions, soit le tiers de tous les enfants, du retard de croissance. En investissant un dollar dans l’alimentation, un pays obtiendra un rendement de 16 Dollars ».
  • Pour Cara Flowers, Coordonnatrice du Réseau de la société civile SUN, son message appelle à réfléchir sur « ce que nous pouvons apprendre du Rwanda ». Elle a souligné l’importance de saisir ce processus d’apprentissage par la documentation pour permettre aux alliances de devenir des agents de changement efficaces et de leur donner la capacité de se soutenir les unes les autres, ce d’autant que « la société civile enrichit l’élaboration des politiques. Elle sait comment mieux communiquer avec les communautés et a la capacité d’habiliter les citoyens à changer les comportements ».

Décrivant l’environnement d’apprentissage et d’échange dont les participants devaient faire l’expérience au cours de ce lancement de six jours, Cecilia Ruberto, Coordinatrice de l’Itinéraire d’apprentissage de Save the Children UK, a donné aux parties prenantes un aperçu du programme de l’Itinéraire d’apprentissage :


L’Itinéraire d’apprentissage est un programme de deux ans, le premier exercice en Afrique conçu en adéquation avec les besoins des alliances de la société civile en se fondant sur l’idée qu’il est équiprobable que ces pays soient confrontés à des défis similaires dans la lutte contre la malnutrition. Pour la société civile SUN, c’est la première fois que cet outil de partage de connaissances de personne à personne a été utilisé avec la conviction qu’il peut favoriser la coopération et le partage de nouvelles idées et solutions parmi les pays et l’espoir qu’il puisse être reproduit ».

Cecilia Ruberto, Coordonnatrice de l’Itinéraire d’apprentissage, Save the Children UK


, La valeur de cette démarche a été davantage renforcée par Giulia Pedone, Coordinatrice méthodologique de PROCASUR Corporation à travers des exemples de la façon dont cet outil avait été utilisé pour faciliter le changement social en relevant des défis mondiaux par le biais de divers projets de développement rural. Les gouvernements et alliances de la société civile des huit pays ont sonné l’appel de clairon sur l’augmentation des investissements dans la nutrition, en reconnaissance des avantages globaux de l’amélioration de la nutrition pour rendre le monde meilleur. En réaction, Brie O’Keefe de la Fondation du fonds d’investissement pour l’enfance (CIFF) a reconnu que « tous les enfants méritent de survivre et de prospérer ». La Fondation du fonds d’investissement pour l’enfance investit dans la résolution de problèmes en conformité avec ses principes. La nutrition est un domaine dans lequel la Fondation de fonds d’investissement pour l’enfance investit avec un accent particulier sur le retard de croissance et l’émaciation. En fournissant des fonds à des mouvements durables tels que la société civile, la Fondation de fonds d’investissement pour l’enfance garantit qu’ils seront en mesure d’atteindre les plus vulnérables au niveau local, participant ainsi à l’amélioration des résultats nutritionnels.

Pour clôturer le lancement, le ministre de l’Administration locale, Vincent Munyeshyaka, a remercié les participants en leur demandant de poursuivre leurs efforts pour mettre fin à la malnutrition. Les parties prenantes ont toutefois été sérieusement préoccupées par la nécessité de l’intensification de la coopération comme condition inéluctable pour la réussite dans l’amélioration de la nutrition pour tous. Mme Flowers l’a bien résumé :


Un vieux proverbe dit « Si tu veux aller vite, marche seul mais si tu veux aller loin, marchons ensemble ». Nous devons faire les deux, aller vite et ensemble, si nous voulons atteindre les cibles de nutrition d’ici 2030 ».

Cara Flowers, Coordonnatrice du Réseau de la société civile SUN


 

Post A Comment

No Comments