SUN Newsletter
Home / Actualités / Journée internationale de la sécurité sanitaire des aliments : la sécurité sanitaire des aliments, c’est la responsabilité et l’affaire de tous

Journée internationale de la sécurité sanitaire des aliments : la sécurité sanitaire des aliments, c’est la responsabilité et l’affaire de tous

  |   Réseau des Nations Unies pour le Mouvement SUN

Unissant leurs forces, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et l’Organisation mondiale de la Santé (OMSsoulignent le fait que « la sécurité sanitaire des aliments est une responsabilité partagée » et que chacun a un rôle à jouer, qu’il s’agisse des gouvernements, de l’industrie agro-alimentaire, des producteurs, des négociants ou des consommateurs.

La pandémie de COVID-19 a également mis en lumière l’importance de surveiller et d’assurer la sécurité alimentaire, d’adapter les systèmes de sécurité alimentaire pour remédier aux perturbations des chaînes d’approvisionnement et de garantir un accès continu à des aliments sûrs.

Le responsable de l’Unité de la sécurité sanitaire et de la qualité des aliments de la FAO estime qu’en ces temps difficiles, le slogan de l’année – la sécurité sanitaire des aliments est l’affaire de tous – est « plus pertinent que jamais ».

« Quelle que soit la situation, tout le monde a besoin d’une alimentation saine chaque jour » a déclaré Markus Lipp. « Nous ne devons pas baisser la garde, nous devons garantir la sécurité de nos aliments ».

Un investissement dans la santé

La sécurité sanitaire des aliments est non seulement essentielle pour la santé et la sécurité alimentaire, mais également pour les moyens de subsistance, le développement économique, le commerce et la réputation internationale de chaque pays.

« Des millions de personnes à travers le monde dépendent du commerce international pour leur sécurité alimentaire et leurs moyens d’existence », ont déclaré les directeurs généraux de la FAO, QU Dongyu, de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus et de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), Roberto Azevedo, dans un communiqué conjoint.

« Alors que plusieurs pays ont adopté des politiques visant à freiner la propagation de la pandémie COVID-19, il est important de travailler également à minimiser les potentiels impacts sur l’approvisionnement alimentaire ou les conséquences inattendues sur le commerce mondial et la sécurité alimentaire ».


Les agences soutiennent que, chaque année, on estime à 700 000 le nombre de personnes qui décèdent dans le monde du fait d’infections résistantes aux antimicrobiens.

« L’amélioration des pratiques d’hygiène dans les secteurs alimentaire et agricole contribuent à réduire l’émergence et la propagation de la résistance antimicrobienne le long de la filière alimentaire et dans l’environnement », expliquent-elles.

En mettant l’accent sur la nécessité de disposer de meilleures données pour comprendre les répercussions considérables d’une alimentation insalubre, l’OMS et la FAO estiment qu’investir dans l’éducation des consommateurs à la sécurité sanitaire des aliments permettrait de réduire les maladies d’origine alimentaire et de dégager une rentabilité multipliée par dix pour chaque dollar investi.

« Nous devons nous assurer que notre réponse face à la pandémie de la COVID-19, ne crée pas de manière involontaire, des pénuries injustifiées de produits essentiels et exacerbe la faim et la malnutrition », ont déclaré les directeurs de la FAO, de l’OMS et de l’OMC. « Le moment est venu de montrer de la solidarité, d’agir de manière responsable et d’adhérer à notre objectif commun qui est d’améliorer la sécurité alimentaire, la salubrité alimentaire et la nutrition et le bien-être général des populations à travers le monde ».

La production alimentaire

D’après l’OMS, les infections causées par les aliments contaminés ont des répercussions beaucoup plus graves sur les populations en mauvaise santé ou à la santé fragile, et peuvent facilement entraîner des maladies graves et des décès chez les nourrissons, les femmes enceintes, les malades et les personnes âgées.

Par ailleurs, tout au long des différentes étapes des chaînes d’approvisionnement complexes actuelles, des risques importants de contamination alimentaire existent, de la production à la ferme jusqu’à l’abattage ou la récolte, en passant par le processus de transformation, le stockage, le transport et la distribution.

En outre, la mondialisation de la production et du commerce des aliments rallonge encore la filière alimentaire, ce qui complique les enquêtes sur les épidémies de maladies d’origine alimentaire et les rappels urgents de produits.

Les effets de la contamination des aliments vont au-delà des conséquences directes pour la santé publique. Ils compromettent les exportations alimentaires et déstabilisent le tourisme, les moyens de subsistance des préparateurs des aliments et le développement économique, à la fois dans les pays développés et les pays en développement.

Pour améliorer la sécurité sanitaire des aliments, l’OMS encourage les différents ministères et organismes gouvernementaux – dans les secteurs de la santé publique, de l’agriculture, de l’éducation et du commerce – à collaborer entre eux et à associer la société civile, en particulier les associations de consommateurs.

Régler le problème

Pour assurer le contrôle de la sécurité sanitaire et de la qualité des aliments, les systèmes de gestion doivent être renforcés aux niveaux national, régional et international, affirme la FAO.

Elle réclame entre autres :

  • des initiatives visant à évaluer et à mettre en place des systèmes de contrôle des aliments, y compris des politiques et des cadres réglementaires
  • la gestion au niveau institutionnel et individuel de la sécurité sanitaire des aliments, y compris la gestion des situations d’urgence
  • des avis scientifiques fiables à l’appui des normes aux niveaux national, régional et international
  • la mise en place de plateformes, de bases de données et de dispositifs favorisant le dialogue et l’accès mondial à l’information
  • la collecte, l’analyse et la communication d’informations sur la filière alimentaire

Post A Comment

No Comments