SUN Newsletter
Home / Actualités / La faim dans les zones de conflit continue de s'intensifier, les agences des Nations Unies font le point auprès du Conseil de sécurité

La faim dans les zones de conflit continue de s’intensifier, les agences des Nations Unies font le point auprès du Conseil de sécurité

  |   Réseau des Nations Unies pour le Mouvement SUN, Réseau des pays SUN

Le 29 janvier 2018, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et le Programme alimentaire mondial (PAM) ont présenté un rapport dans le cadre des comptes rendus semestriels envoyés au Conseil de sécurité des Nations Unies sur la sécurité alimentaire. L’insécurité alimentaire – ou l’absence d’accès à une nourriture suffisante – continue de se détériorer dans les zones touchées par les conflits, préviennent les agences des Nations Unies, citant Yémen, le Soudan du Sud et la Syrie parmi les pays les plus durement frappés par la famine. Le rapport souligne l’extrême nécessité d’apporter un soutien humanitaire continu aux communautés affectées.

Le conflit est un dénominateur commun qui affaiblit la sécurité alimentaire dans les 16 pays couverts par le rapport, lequel désigne l’intensification des conflits comme étant une cause majeure de la récente réapparition des niveaux élevés de la faim dans le monde après des décennies de constant déclin. Les 16 pays surveillés (dont 12 pays SUN) sont les suivants : l’Afghanistan, le Burundi, la République centrafricaine, la République démocratique du Congo, la Guinée-Bissau, Haïti, l’Irak, le Liban, le Liberia, le Mali, la Somalie, le Soudan du Sud, le Soudan, la Syrie, l’Ukraine et le Yémen.

Parmi eux, le Yémen, le Soudan du Sud, la Syrie, le Liban, , l’Ukraine, l’Afghanistan et la Somalie voient plus d’un quart de leur population confrontée à une crise ou à un niveau alarmant de famine. Au Yémen, 60 pour cent de la population, soit 17 millions de personnes, sont en proie à une grave famine. Ce chiffre atteint 45 pour cent (4,8 millions) au Soudan du Sud, 33 pour cent (6,5 millions) en Syrie et 33 pour cent (1,9 million) au Liban – un pays qui accueille un grand nombre de réfugiés syriens. Mais ces pays sont loin d’être les seuls où la situation est jugée préoccupante.

En République démocratique du Congo, où les graves problèmes de sécurité alimentaire ont été éclipsés par des crises survenues dans d’autres parties de l’Afrique, la situation se détériore rapidement, prévient le rapport. 11 pour cent de la population se trouvent actuellement en phase de crise – ou au-dessus – et viennent s’ajouter aux 7,7 millions de personnes qui souffrent de grave famine. Au Soudan, 3,8 millions de personnes sont en situation de crise ou au-dessus. En Irak, ce chiffre s’élève à 3,2 millions, tandis que dans le Bassin du lac Tchad, il est de 2,9 millions de personnes. Au Burundi et en Haïti, il s’élève à 1,8 et 1,3 million de personnes respectivement.

D’après les données publiées en octobre dernier, le nombre de personnes souffrant de la faim dans le monde a atteint 815 millions de personnes en 2016, contre 777 millions en 2015. La majorité de ces personnes (489 millions) vivent dans des pays ravagés par les conflits.

Informations connexes

Conflict casts shadow on fight to end hunger in some regions
Hunger continues to intensify in conflict zones – UN News Centre

Post A Comment

No Comments