SUN Newsletter
Home / Actualités / La pandémie remet en cause les avancées historiques en matière d’accès des enfants aux repas scolaires

La pandémie remet en cause les avancées historiques en matière d’accès des enfants aux repas scolaires

  |   Réseau des Nations Unies pour le Mouvement SUN, Réseau des pays SUN

(c) Photo : PAM/Haiti

Selon un rapport qui vient d’être publié par le Programme alimentaire mondial des Nations Unies, la pandémie de COVID-19 risque de réduire à néant une décennie d’avancées durement acquises par des efforts mondiaux visant à fournir une alimentation nutritive aux enfants les plus vulnérables du monde grâce à un repas quotidien gratuit à l’école.

Un écolier sur deux, soit 388 millions d’enfants dans le monde, recevait des repas à l’école lorsque la pandémie a frappé, soit le nombre le plus élevé de l’histoire, selon le rapport intitulé  La situation de l’alimentation scolaire dans le monde . En avril 2020, 199 pays ont fermé leurs écoles et 370 millions d’enfants ont été soudainement privés de ce qui, pour beaucoup, constituait leur seul repas nutritif de la journée.

Pour les gouvernements, ces fermetures ont mis en lumière le rôle essentiel joué par l’alimentation scolaire dans le soutien aux enfants les plus vulnérables et la protection de leur avenir. C’est ce qu’expliquent les auteurs du rapport, qui appellent à une action mondiale pour ramener la couverture aux niveaux d’avant la pandémie et l’étendre, afin d’atteindre les quelque 73 millions d’enfants vulnérables qui sautaient des repas même avant la pandémie.

« L’alimentation scolaire change la donne –  pour les enfants, les communautés et les pays », explique le directeur exécutif du PAM, David Beasley. « C’est souvent d’abord pour ce repas quotidien que les enfants sous-alimentés allaient à l’école. C’est aussi une forte incitation pour s’assurer qu’ils reviendront après le confinement. Nous devons faire en sorte que ces programmes fonctionnent à nouveau – et même mieux qu’avant – pour empêcher le COVID de détruire l’avenir de millions d’enfants parmi les plus vulnérables du monde. »

Le rapport indique qu’en 2021, le PAM mettra en place une coalition pour soutenir les gouvernements dans le renforcement des programmes de repas scolaires, en travaillant avec les agences de développement, les donateurs, le secteur privé et les organisations de la société civile.

Entre 2013 et 2020, le nombre d’enfants recevant des repas scolaires a augmenté de 9 % dans le monde et de 36 % dans les pays à faible revenu, car les gouvernements ont développé leurs programmes et fait de l’alimentation scolaire le filet de sécurité sociale le plus étendu au monde.

Des études ont montré que dans la vie d’un enfant issu d’une famille pauvre, les repas scolaires peuvent avoir un impact majeur. Ces repas combattent la faim, favorisent la santé à long terme et aident l’enfant à apprendre et à s’épanouir. C’est particulièrement vrai pour les filles : dans les établissements où il existe un programme de repas scolaires, la scolarité des filles est plus longue, le taux de mariage d’enfants baisse et le nombre de grossesses précoces diminue également.

Lorsqu’ils utilisent des aliments produits localement, les programmes de repas scolaires peuvent également stimuler l’économie au niveau d’une communauté.   Ils créent une demande pour des aliments plus diversifiés et plus nutritifs, et créent des marchés stables, soutenant l’agriculture locale et renforçant les systèmes alimentaires locaux.

Selon le rapport sur la Situation de l’alimentation scolaire dans le monde, dans l’après-COVID-19, les programmes d’alimentation scolaire constituent encore plus un investissement prioritaire, car ils aident les pays à renforcer la santé et l’éducation de la population, tout en soutenant la croissance nationale et en favorisant le développement économique.

Des programmes d’alimentation scolaire efficaces rapportent jusqu’à 9 dollars pour chaque dollar investi. Ils créent également des emplois ;  selon les calculs du PAM, à chaque fois que des repas scolaires sont fournis à 100 000 enfants, quelque 1 668 nouveaux emplois sont créés.

« Le PAM est pleinement résolu à travailler avec ses partenaires pour faire en sorte qu’aucun enfant, où qu’il vive, n’aille à l’école le ventre vide ou, pire encore, n’aille pas du tout à l’école. Après la tourmente de ces derniers mois, nous devons saisir l’occasion de commencer à construire le monde meilleur que nous voulons tous », a déclaré David Beasley, le Directeur exécutif, dans l’avant-propos du rapport.

 

Post A Comment

No Comments