SUN Newsletter
Home / Actualités / La première dame du Ghana rejoint le réseau des « Dirigeants africains pour la nutrition » (ALN)

La première dame du Ghana rejoint le réseau des « Dirigeants africains pour la nutrition » (ALN)

  |   Réseau de la société civile SUN, Réseau des pays SUN

L’initiative des Dirigeants africains pour la nutrition (African Leaders for Nutrition) souhaite la bienvenue à la première dame du Ghana, Rebecca Akufo-Addo, en tant qu’Ambassadrice de la nutrition, en reconnaissance de son travail et de son engagement en faveur d’une nutrition saine et du bien-être des mères et des nourrissons.

L’initiative ALN est une plate-forme de plaidoyer et d’engagement de haut niveau en faveur de la nutrition en Afrique, approuvée par la Conférence des chefs d’État et de gouvernement de l’Union africaine (UA). Elle est dirigée par les Ambassadeurs de l’initiative ALN, parmi lesquels figurent des chefs d’État actuels et anciens, des ministres des finances et des dirigeants éminents reconnus pour leur capacité à catalyser et à soutenir les efforts visant à mettre fin à la malnutrition en Afrique.

La première dame rejoint d’autres Ambassadeurs de la nutrition engagés en 2018 : Son Excellence Hery Rajaonarimampianina de Madagascar, Sa Majesté le Roi Letsie III du Royaume du Lesotho et Howarth Bouis, directeur général par intérim de HarvestPlus.

La première dame a déclaré que sa nomination était un honneur et a ajouté : « Parmi les besoins vitaux de base, je considère que rien n’est plus profondément critique pour le développement collectif et le bien-être de l’humanité qu’une bonne nutrition. Le temps est venu pour nous de porter un coup définitif à la malnutrition en Afrique. »

La première dame a pris la parole à l’occasion d’une cérémonie qui s’est tenue à Accra, dans la capitale du Ghana, en présence de responsables gouvernementaux, de hauts responsables de l’initiative ALN, de représentants de la Fondation John A. Kufuor, du Panel mondial sur l’agriculture et les systèmes alimentaires pour la nutrition et du Programme alimentaire mondial.

Oley Dibba-Wadda, directeur du Département du capital humain, de la jeunesse et du développement des compétences de la Banque africaine de développement, a décrit cette nomination comme « l’ajout d’une personnalité de premier plan à notre réseau d’Ambassadeurs de la nutrition qui va faire avancer les objectifs de l’ALN, afin que les systèmes et les régimes alimentaires en Afrique favorisent une bonne nutrition ».

Akuffo Addo a dirigé plusieurs campagnes visant à promouvoir le bien-être des femmes et des filles au Ghana. Son projet, Save A Child, Save A Mother (Sauver un enfant, sauver une mère), a permis de collecter 2 millions USD pour créer une unité mère-enfant ultramoderne au sein de l’hôpital universitaire gouvernemental Komfo Anokye à Kumasi, au Ghana, ce qui a permis de désengorger fortement les services.

Son Excellence John Kufuor, ancien président du Ghana et coprésident du Panel mondial, s’est également félicité de cette nomination et a déclaré : « La première dame va fournir le leadership nécessaire afin que les systèmes alimentaires africains soient réorientés et donnent la priorité non plus à « l’alimentation de la population » mais à la « nutrition de la population ».

De nombreux pays africains enregistrent actuellement d’excellents progrès dans la lutte contre la malnutrition. Le Ghana, par exemple, a réduit son taux de retard de croissance de 35 % à 19 % entre 2003 et 2014. Mais il reste encore beaucoup à faire. La malnutrition liée à un régime alimentaire de mauvaise qualité constitue une menace plus grave pour la santé publique que le paludisme, la tuberculose ou la rougeole.

Selon les dernières données des Nations Unies, 7,1 % des enfants africains de moins de 5 ans souffrent d’émaciation et 30 % sont en retard de croissance. Dans le même temps, le nombre d’enfants et d’adultes en surpoids augmente. Quarante et un pour cent des hommes africains et vingt-six pour cent des femmes présentent une surcharge pondérale.

Les pays africains subissent actuellement un phénomène émergent de « triple fardeau » de la malnutrition, dans lequel les individus souffrent à la fois d’apports caloriques insuffisants, de carences en micronutriments, ou bien souffrent d’être en surpoids ou obèses, avec les maladies non transmissibles associées qui sont liées au régime alimentaire. Au cœur de cette situation se trouve une alimentation déficiente causée par des systèmes alimentaires inadéquats.


* Initialement publié par la Banque africaine de développement

Post A Comment

No Comments