SUN Newsletter
Home / Actualités / La Semaine mondiale de l’allaitement maternel dans les pays du Mouvement SUN d’Afrique orientale et australe

La Semaine mondiale de l’allaitement maternel dans les pays du Mouvement SUN d’Afrique orientale et australe

  |   Réseau de la société civile SUN, Réseau des donateurs SUN, Réseau des Nations Unies pour le Mouvement SUN, Réseau des pays SUN

© UNICEF UN0123364 Nakibuuka

L’allaitement : racines de vie

La Semaine mondiale de l’allaitement maternel contribue à sensibiliser le public sur l’importance de l’allaitement. Pourquoi ? Parce que l’allaitement est une solution universelle qui donne une chance à tous les bébés d’avoir un bon départ dans la vie. L’allaitement améliore la santé, le bien-être et la survie des femmes et des enfants dans le monde entier.

 Au Kenya et au Swaziland, l’allaitement exclusif a enregistré un accroissement annuel moyen de plus de 10 % et en 2017, le Rwanda et la Zambie affichaient des taux d’allaitement exclusif respectifs de 87,3 % et 72,5 %.


 

Kenya

Le ministère de la Santé a dévoilé un programme de banques de lait pour les nourrissons orphelins. Selon Veronica Kirogo, directrice adjointe des services nutritionnels et diététiques, cette mesure permettra aux nourrissons de bénéficier d’un allaitement exclusif prescrit au cours des 6 premiers mois de vie. « Tout comme les banques de sang, les banques de lait demandent aux mères d’extraire leur lait qui est ensuite stocké en toute sécurité et donné aux nourrissons orphelins ». Selon madame Kirogo, cela permettra au personnel qui s’occupe des bébés orphelins de faire des économies en soins hospitaliers du fait que les nourrissons en bénéficiant ne tomberont pas malades. « En outre, les enfants nourris au lait maternel lors des six premiers mois de vie ont tendance à présenter un quotient intellectuel plus élevé que ceux qui ne le sont pas », précise madame Kirogo.

Le gouvernement kenyan s’est engagé à renforcer la pratique de l’allaitement exclusif et à passer d’un taux actuel de 61 % à un taux de 90 %, indique un représentant officiel du ministère de la Santé. « Le Kenya a fait d’incroyables avancées en doublant le nombre de bébés recevant un allaitement exclusif, passant de 32 % en 2008 à 61 %. Il doit cependant redoubler d’efforts pour s’assurer que tous les enfants soient nourris uniquement au lait maternel au cours de leurs six premiers mois de vie » précise Gladys Mugambi, responsable adjointe des services nutritionnels et diététiques.

Parmi les mesures prises pour relever les défis en matière d’allaitement par les femmes actives figure un amendement de la loi sur la santé afin d’inclure un article imposant aux entités de plus de 30 employés d’aménager un espace où les mères peuvent allaiter. « Nous préparons actuellement des directives d’application de la loi et dès que cela sera fait, nous lancerons l’aménagement de structures d’allaitement dans tous les bureaux gouvernementaux du pays. Nous allons également collaborer avec les autorités des comtés pour nous assurer qu’ils mettent tout en place pour appliquer cette loi » déclare madame Mugambi.

Nigeria

Source : Nigeria Health Watch

Le ministre de la Santé du Nigéria, monsieur Hassan Muhammad Lawal, a inauguré la Semaine mondiale de l’allaitement maternel qui donnera lieu à des activités dans tout le pays avec un appel à soutenir et à encourager l’autonomisation des mères afin de promouvoir l’allaitement. Conscient des avantages que présente cette pratique, il a déclaré que la première tétée éveille les stimuli du bébé et provoque une réaction chez tout être humain essentielle à sa survie et à son développement. Selon lui « l’allaitement permet aux bébés d’acquérir de remarquables capacités qui leur seront utiles toute leur vie durant ».

Pernille Ironside, représentante adjointe de l’UNICEF au Nigeria, déclare que pour développer la pratique de l’allaitement exclusif dans le pays, ce dernier doit investir dans des programmes encourageant l’allaitement exclusif : « nous devons encourager les mères à allaiter car cela permet de sauver la vie des mères et des enfants. Nous devons donner les moyens aux femmes en âge de procréer de prendre soin de leur bébé et de l’allaiter pendant au moins deux ans. »

Avec le lancement de la Semaine mondiale de l’allaitement maternel au Nigeria, nous voulons adresser un message à tous et à toutes : « soutenez les mères ». Mais nous avons aussi un message tout particulier aux mamans, très bien exprimé en chanson par les chanteurs du public : « maman, donne-moi ton lait, car si tu me donnes ton lait, je grandirai pour devenir fort ».

Lesotho

« Les bébés correctement allaités bénéficient d’une bonne croissance et grandissent en bonne santé pour devenir aussi forts que des champions olympiques ». Tel était le message que Masenate Mohato Seeiso, reine du Lesotho, a communiqué aux familles de tout le pays le mois dernier à l’occasion de la Semaine mondiale de l’allaitement maternel qui avait pour thème « Soutien aux mères : objectif, la médaille d’or ». Le message de la reine a été formulé sur fond du projet IYCN (Infant and Young Child Nutrition, nutrition des nourrissons et jeunes enfants), une initiative financée par l’Agence américaine pour le développement international et menée par PATH, avec l’aide de CARE, du Manoff Group et de la University Research Corporation.

Le projet IYCN vise une amélioration de la nutrition chez les femmes, les nourrissons et les jeunes enfants. En collaboration avec le ministère de la Santé et du Bien-être social du Lesotho, ce projet a permis à la reine de sensibiliser la population sur l’importance de l’allaitement alors que la campagne d’une semaine de promotion de l’allaitement dans tout le pays tirait à sa fin. Durant la Semaine mondiale de l’allaitement maternel, le projet IYCN a travaillé en étroite collaboration avec le ministère, des défenseurs de l’allaitement et des groupes locaux pour informer les communautés sur l’allaitement et la nutrition infantile.

Rwanda

Paul Kaggwa, le commissaire par intérim des services de santé, a demandé, au cours de cette Semaine mondiale de l’allaitement maternel (qui s’est déroulée du 2 au 7 août), à tout le peuple de l’Ouganda de prendre connaissance de ses droits et de lutter pour eux : « c’est pour cette raison que le Parlement souhaite augmenter la durée des congés maternité et paternité. Le congé maternité est un droit. Ce n’est pas aux chefs d’entreprises de décider si leurs employés ont droit ou non à une semaine ou un mois. Si un chef d’entreprise refuse, vous avez le droit de le poursuivre en justice » déclare-t-il.

Brenda Kaijuka Muwanga, spécialiste de la nutrition à l’UNICEF, indique que si les mères allaitent dans le strict respect des consignes de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), elles n’ont aucune raison de craindre une transmission du VIH à leurs enfants. Elle ajoute que, selon le rapport actuel sur l’allaitement exclusif en Afrique de l’Est, le Rwanda dépasse de loin ses voisins avec un taux de 87 %, suivi par le Burundi avec 69 %, l’Ouganda avec 63 %, la Tanzanie avec 42 % et le Kenya avec 32 %.

« Le Rwanda est le pays présentant le meilleur taux d’allaitement exclusif au cours des six premiers mois en raison d’une forte sensibilisation des populations, résultat de programmes de soins communautaires, et d’un engagement du gouvernement en faveur de l’allaitement » précise-t-elle.

 

 

Éthiopie

Le ministère de la Santé a organisé les célébrations de la Semaine mondiale de l’allaitement maternel avec l’appui du bureau national de l’UNICEF qui travaille depuis plusieurs années avec le gouvernement pour faire adopter le Code international de commercialisation des substituts du lait maternel afin de protéger la pratique de l’allaitement. Selon des informations présentées aux médias par le ministère, l’allaitement fait partie de la culture éthiopienne puisque près de 96 % des mères allaitent leurs enfants. Toutefois, bon nombre d’entre elles n’allaitent pas pendant les six premiers mois de vie de leur bébé et seulement 58 % des mères sont conscientes de l’importance d’allaiter leur enfant jusqu’à l’âge de six mois, sans eau ni autre forme de nourriture.

Tanzanie

Lors d’une célébration organisée dans le cadre de la Semaine mondiale de l’allaitement maternel de 2018 par le Centre de nutrition tanzanien, la représentante de l’UNICEF dans le pays, madame Maniza Zaman, a insisté auprès du gouvernement pour qu’il augmente les fonds nationaux alloués à la promotion des pratiques optimales d’allaitement en Tanzanie. La ministre de la Santé, du Développement communautaire, du Genre, des Personnes âgées et des enfants, Ummy Mwalimu, a annoncé que « le gouvernement envisage le déploiement de professionnels de soins communautaires dans tout le pays avec pour mission de promouvoir et d’améliorer les pratiques optimales d’allaitement chez les nouvelles mères ». Selon des statistiques dont dispose le ministère, en Tanzanie, au moins 97 % des nouvelles mères allaitent.

Zimbabwe

L’alliance des organisations de la société civile du Mouvement SUN au Zimbabwe (ZCSOSUNA) a appelé à promouvoir l’allaitement en soulignant l’importance qu’il revêt : « les célébrations qui se sont déroulées dans le cadre de la Semaine mondiale de l’allaitement maternel de 2018 appellent tous les pays à promouvoir, protéger et soutenir l’allaitement des nourrissons et des jeunes enfants. Les commémorations furent l’occasion d’informer le public sur les incroyables avantages de l’allaitement pour la santé et le bien-être des mères et des bébés, et ses répercussions sur la nutrition, la lutte contre la pauvreté et la sécurité alimentaire.

Malawi

Au Malawi, l’UNICEF a mené une enquête sur sa plateforme U-Report de sondage par SMS afin d’en savoir plus sur les connaissances et les opinions des jeunes sur l’allaitement. Résultats : 96 % des sondés déclarent que l’allaitement est important à la survie et à la bonne santé des enfants mais seulement 57 % savent qu’un enfant doit être allaité jusqu’à l’âge de deux ans. En outre, selon les données de l’enquête démographique et de santé, le pourcentage des enfants allaités diminue avec l’âge, passant de 91 % des enfants âgés de 12 à 17 mois à 77 % des enfants âgés de 18 à 23 mois.

En réponse au rapport récemment publié par l’UNICEF et l’OMS, le représentant de l’UNICEF au Malawi, Johannes Wedenig, a indiqué que l’allaitement donne à chaque enfant un bon départ dans la vie car il est pour tout bébé le premier vaccin est la meilleure source nutritionnelle. Pourtant, le nombre d’enfants bénéficiant d’un allaitement exclusif au cours de ses six premiers mois de vie a diminué dans le pays, passant de 71 % en 2011 à 61 % en 2016 comme le révèle l’enquête démographique et de santé de cette même année.

 

Post A Comment

No Comments