SUN Newsletter
Home / Actualités / La Tanzanie lutte contre la malnutrition en investissant dans la production alimentaire

La Tanzanie lutte contre la malnutrition en investissant dans la production alimentaire

  |   Réseau des pays SUN

Étant donné l’importance de la nutrition pour l’ensemble du développement physique et cognitif de l’enfant, il est nécessaire de se concentrer sur les 1 000 premiers jours de la vie de l’enfant afin d’empêcher les effets négatifs de la malnutrition de devenir irréversibles. Pour cela, une approche multisectorielle, qui s’attaque aux facteurs de risque – d’une alimentation inadéquate à la maladie en passant par un accès limité à l’eau potable, l’assainissement et l’hygiène – est de mise. Des taux élevés d’anémie et un indice de masse corporel bas chez les adolescentes et les femmes enceintes suscitent également une certaine inquiétude.

L’amélioration du bien-être de l’enfant dès le plus jeune âge doit faire partie intégrante de l’éducation et des mesures de réduction de la pauvreté, et ce, de manière systématique. Il est essentiel de soutenir la première phase d’apprentissage qui commence avec les parents. Pour garantir la suppression des décès évitables résultant de la malnutrition, en particulier chez les enfants de moins de 5 ans, des mesures concertées sont nécessaires. Pour que la Tanzanie avance en ce sens, investir dans la nutrition s’avère essentiel.

En 2015, on estimait à plus de 2,7 millions le nombre d’enfants tanzaniens de moins de 5 ans présentant un retard de croissance et à plus de 600 000 ceux souffrant de malnutrition aigüe, dont 100 000 étaient des cas sévères. Selon les estimations, le pays perdra 20 milliards de dollars US d’ici à 2025 si sa situation nutritionnelle ne s’améliore pas. En revanche, s’il investit dans la nutrition et améliore le statut nutritionnel de sa population, il pourrait gagner jusqu’à 4,7 milliards de dollars US d’ici à 2025. La dénutrition détruit la vie des enfants. À l’échelle mondiale, 161 millions d’enfants souffrant de dénutrition chronique ne reçoivent pas les nutriments et les soins adéquats au bon moment.

La dénutrition est la cause sous-jacente de 43 % des décès d’enfants. Au niveau du gouvernement local, les dépenses moyennes pour la nutrition sont passées de 65 millions de TZS à 125 millions de TZS entre les années fiscales 2011-2012 et 2015-2016. On compte chaque année près de 3,1 millions de décès d’enfants de moins de 5 ans. Dans les pays les plus touchés, quatre enfants sur dix présentent un retard de croissance. Leur corps et leur cerveau ne se sont pas développés correctement. Et ce problème, depuis longtemps négligé, ne s’arrête pas là. Les filles qui souffrent de dénutrition deviennent des mères dénutries qui donnent naissance à des enfants dénutris.

L’organisation Yara International, qui se donne pour mission de combattre la famine à l’échelle mondiale, a aidé à établir SAGCOT (Southern Agricultural Corridor of Tanzania), un partenariat public-privé ambitieux mené par le gouvernement visant à revitaliser 300 000 kilomètres carrées de terres arables. Cette initiative devrait accroître les revenus de milliers d’agriculteurs. Au cours de la dernière décennie, le gouvernement tanzanien a encouragé les investissements dans la culture commerciale du riz, du sucre et du maïs ainsi que dans les équipements de transformation. « Cette démarche a permis de créer des marchés pour ces produits, le gouvernement ciblant, soutenant et reliant les producteurs de riz au marché », a souligné M. James Craske, directeur de pays pour Yara.

L’augmentation prévue en matière de productivité a déjà entraîné une demande pour davantage d’engrais. Pour y répondre, Yara a investi 26 millions de dollars US et établi un terminal d’engrais dans la capitale, Dar es Salaam, alors même que l’organisation et le gouvernement tanzanien négocient avec les banques locales pour fournir des financements aux agriculteurs. Le modèle tanzanien s’attaque à l’insécurité alimentaire, au chômage des jeunes et aux exclusions socioéconomiques. Il a le potentiel de stimuler le développement rural. Cependant, il a été critiqué pour avoir entraîné la destruction des mangroves appartenant à l’État qui assuraient la sécurité alimentaire de nombreux citoyens.

Informations connexes

« Towards a food-secure Africa » (« Vers la sécurité alimentaire en Afrique »)
« Kagera fights malnutrition by investing in food production » («Kagera lutte contre la malnutrition en investissant dans la production alimentaire »)
• Profil pays de la Tanzanie (2017) : English | Français | Español

Post A Comment

No Comments