SUN Newsletter
Home / Actualités / Le Coronavirus risque de provoquer une recrudescence mondiale de la malnutrition, compromettant l’avenir de 10 millions d’enfants supplémentaires

Le Coronavirus risque de provoquer une recrudescence mondiale de la malnutrition, compromettant l’avenir de 10 millions d’enfants supplémentaires

  |   Réseau des Nations Unies pour le Mouvement SUN

Photo : PAM / Will Baxter, Somalie.

Le nombre d’enfants souffrant de malnutrition aiguë dans le monde pourrait augmenter de 10 millions à cause du Coronavirus. D’après les estimations du Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations Unies, le nombre de jeunes enfants touchés par cette forme de sous-nutrition potentiellement mortelle pourrait croître de 20 % suite à la pandémie de COVID-19*.

Le virus peut avoir des effets dévastateurs sur l’organisme d’un enfant déjà affaibli par une mauvaise nutrition. Parallèlement, la pandémie touche de plein fouet les familles vulnérables qui dépendent d’un salaire quotidien ou de l’envoi d’argent. Le confinement et les restrictions de circulation dus au COVID mettent à mal les moyens de subsistance et exacerbent les menaces existantes telles que les conflits et les systèmes de santé défaillants : pour les familles des nations pauvres, il devient tout particulièrement difficile de s’acheter des aliments nutritifs.

« Si nous n’agissons pas dès maintenant, nous ferons face à de très lourdes pertes en vies humaines et en matière de santé et de productivité chez les générations futures. S’attaquer à la problématique de la nutrition dès aujourd’hui déterminera l’ampleur des conséquences du COVID-19 sur les enfants pour les mois, les années voire les décennies à venir » a déclaré Lauren Landis, directrice de la Nutrition auprès du PAM.

Le Rapport sur la nutrition mondiale de cette année souligne les inégalités inhérentes à la nutrition, les retards de croissance et l’émaciation étant prédominants au sein des communautés les plus pauvres. Les enfants qui souffrent de malnutrition, en particulier ceux âgés de moins de cinq ans, risquent d’être les premières victimes de la pandémie et de ses retombées socio-économiques.

Vingt-deux millions d’enfants de moins de cinq ans, tout comme des femmes enceintes et des mères allaitantes, comptent sur le PAM pour leur apport en micronutriments et en aliments spécifiques dans le cadre de la prévention et du traitement de la malnutrition. Le PAM collabore avec les gouvernements afin de surveiller la situation des populations vulnérables au COVID-19 en adaptant l’aide nutritionnelle lorsque cela est nécessaire. Le PAM veille également à ce que la production d’aliments nutritifs spécialisés ne soit pas perturbée par les restrictions commerciales et tire parti de sa présence sur le terrain pour relayer les informations relatives au COVID-19 aux communautés qui n’ont pas accès à des systèmes de santé déjà précaires.

Le PAM est prêt à intensifier ses actions de prévention et de traitement de la malnutrition aiguë ainsi que d’amélioration des régimes alimentaires nutritifs des enfants, mais requiert de toute urgence 300 millions de dollars américains pour y parvenir.

La malnutrition aiguë résulte d’une consommation alimentaire insuffisante, d’une maladie voire des deux, entraînant une perte soudaine de poids qui, si elle n’est pas traitée, peut s’avérer mortelle.

 

Post A Comment

No Comments