SUN Newsletter
Home / Actualités / Le Costa Rica se lance dans un combat contre l’épidémie de surpoids et d’obésité

Le Costa Rica se lance dans un combat contre l’épidémie de surpoids et d’obésité

  |   Réseau des Nations Unies pour le Mouvement SUN, Réseau des pays SUN

Le surpoids et l’obésité ont des effets néfastes aussi bien sociaux qu’économiques sur les individus, les familles et le système national de santé. Un recensement du poids et de la taille des enfants scolarisés réalisé en 2016 a révélé que dans le pays, 34,6 % de ces enfants sont en surpoids.

Dans le cadre de la Journée mondiale de l’alimentation, le gouvernement de la République du Costa Rica a annoncé la mise en place d’une série de mesures visant à promouvoir des pratiques alimentaires saines et à lutter contre l’épidémie de surpoids et d’obésité qui sévit dans le pays.

Mardi, au cours d’une séance du Conseil du gouvernement, une « Charte d’engagement pour l’adoption d’une approche intégrale de lutte contre le surpoids et l’obésité chez les enfants et les adolescents du Costa Rica » a été signée, avec l’approbation de 10 ministres et en présence de témoins d’honneur, le président de la République, Carlos Alvarado Quesada, le coordinateur infrarégional de la FAO pour la Mésoamérique, Tito Díaz Muñoz, et la représentante de l’Organisation panaméricaine de la santé au Costa Rica, María Dolores Pérez.

« Une alimentation équilibrée composée de fruits, de légumes et de produits frais garantit un régime optimal pour nos enfants et nos jeunes et contribue à prévenir un très grand nombre de maladies » précise Carlos Alvarado, le président de la République du Costa Rica.

Le document, qui englobe 16 points au total, propose une série d’engagements visant à inverser la progression du surpoids et de l’obésité chez les enfants et les adolescents et à réduire la charge des maladies non transmissibles causées par les pratiques alimentaires malsaines des populations.

En outre, le gouvernement a promulgué un décret exécutif déclarant d’intérêt public les interventions au sein des communautés et des entreprises. Ce décret devrait permettre, entre autres, d’encourager les institutions publiques et les communautés à promouvoir la santé à l’échelle des individus et des collectivités par l’adoption d’une alimentation saine associée à la pratique d’activités physiques, à une bonne santé mentale et à la lutte contre le tabagisme dans les espaces publics.

De plus, une directive présidentielle a été prise pour que, au sein des institutions publiques, les employés élaborent, en collaboration avec les responsables de la médecine du travail, des plans d’amélioration graduelle des services d’alimentation, qu’ils soient officiels ou de tierces parties, et de développement de stratégies favorisant la bonne santé de tous. Ces initiatives seront coordonnées par le ministère de la Santé dans le cadre de mesures de santé communautaire du programme Bandera Azul Ecológica.

Selon la ministre de la Santé, Giselle Amador Muñoz, le surpoids et l’obésité ont des effets néfastes aussi bien sociaux qu’économiques sur les individus, les familles et le système national de santé. Un recensement du poids et de la taille des enfants scolarisés réalisé en 2016 a révélé que dans le pays, 34,6 % de ces enfants sont en surpoids.

Selon elle, la signature de ces documents crée les conditions propices aux prestataires de soins, au secteur public et au secteur privé pour qu’ils suscitent, organisent et élaborent des projets définis et menés par les directeurs du ministère de la Santé.

De même, cela permet aux différents groupes de populations d’accéder, dans des conditions adéquates, à une alimentation saine, diversifiée, équilibrée et élaborée conformément à certaines normes qualitatives et nutritionnelles.

La mise en place de solutions pratiques dans les domaines de l’éducation et de l’information nutritionnelles sera également encouragée et reposera sur des guides d’alimentation nationaux déjà existants et sur des stratégies adaptées en matière d’alimentation saine.

C’est dans ce but que sera renforcé le lien entre développement agricole durable et systèmes alimentaires afin que toute la population ait davantage accès à des aliments nutritifs, frais et sûrs.

À ce sujet, le ministre de l’Agriculture et de l’Élevage, Renato Alvarado Rivera, a déclaré que « avec l’aide de la FAO, nous allons soutenir les cultures traditionnelles qui sont à l’heure actuelle négligées, notamment celles de fruits et de légumes, afin que toute la population ait accès à des aliments nutritifs, sûrs et abordables. Ces types de produits amélioreront la nutrition des populations et auront l’avantage d’avoir été cultivés selon des méthodes socialement et écologiquement responsables ».

« Nous souhaitons féliciter le gouvernement du Costa Rica pour avoir intégré à ses politiques publiques les phénomènes de surpoids et d’obésité et pour avoir adopté une approche intégrale qui favorise l’alimentation saine et nutritive pour cette tranche importante de la population dans le cadre des célébrations de la Journée mondiale de l’alimentation » a déclaré Tito Díaz, coordinateur infrarégional de la FAO pour la Mésoamérique.

 

Post A Comment

No Comments